Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • Merci professeur !

    Transir et brûler


    Que signifient les verbes « transir » et « brûler » ? Actuellement, quand et comment pouvons-nous les utiliser dans la langue française ? Le professeur nous répond.

    Présentation : Bernard Cerquiglini

    Transcription

    A + B



    Syllabes



    Métaphores



    W



    Oxymores



    Mon chou, tes couettes sont chouettes sous la couette, les toucher c'est chou.

    Bonjour, Professeur ! Bonjour, Marie ! J'ai ici une question que nous avons reçue sur notre appli mobile, voici son contenu. Ce mobinaute est carrément saisi d'effroi lorsqu'il entend la locution "transir de froid". Sans vouloir v (...)

    A + B



    Syllabes



    Métaphores



    W



    Oxymores



    Mon chou, tes couettes sont chouettes sous la couette, les toucher c'est chou.

    Bonjour, Professeur ! Bonjour, Marie ! J'ai ici une question que nous avons reçue sur notre appli mobile, voici son contenu. Ce mobinaute est carrément saisi d'effroi lorsqu'il entend la locution "transir de froid". Sans vouloir vous contrarier ou être raseur, il note là un pléonasme, Professeur. En effet, chère Marie. Dans "Ferragus", Honoré de Balzac écrit : "Tel est le sort de l'amant, transir ou brûler." Jean Racine est plus pessimiste, qui fait dire à Phèdre, passionnément amoureuse d'Hippolyte : "Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue. Un trouble s'éleva dans mon âme éperdue. Mes yeux ne voyaient plus, je ne pouvais parler. Je sentis tout mon corps et transir et brûler." Ces deux écrivains usaient avec élégance et précision de la langue française. Car si "brûler", se consumer par le feu, et au figuré "être animé d'une vive ardeur", et d'emploi aisé, il n'en est pas de même de "transir". "Transir" vient du latin "transire", aller au-delà, et donc mourir. Ce verbe eut le sens latin jusqu'au 16ème siècle, on disait "transir de vie" pour décéder, et notamment "transir de froid". À partir du 17ème siècle, "transir", en emploi propre, ne réfère plus qu'au froid. Il signifie désormais "être paralysé par le gel". "Aussi bien, je commence à transir et à ne plus sentir le bout de mon nez", écrit Théophile Gautier dans "Le Capitaine Fracasse". L'emploi figuré n'est pas rare. "Transir" signifie alors "glacer de terreur". Henri Pourrat : "Il y eut un cri à faire transir, un vrai cri d'assassiné." Les choses sont donc claires. En français contemporain, l'expression si fréquente "être transi de froid" est un pléonasme. Le choix est donc limpide : transir ou brûler, emploi correct ou pléonasme. C'est tout simple. A + B



    Syllabes



    Métaphores



    W



    Oxymores



    X Y

    Voir plusmoins
    00:02:21
    Tous publics
    Tous publics