Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • Merci professeur !

    Goûter

    Une chronique sur la langue française, ses curiosités, son actualité et ses accents.

    Présentation : Bernard Cerquiglini.

    Transcription

    Dans son expansion mondiale et sa vitalité joyeuse, la langue française a conservé des emplois qu'en France on a considérés comme anciens, régionaux ou familiers. Ils nous intéressent, au contraire, car ils permettent d'enrichir le français de référence en le ressourçant. Prenez le verbe "goûter". En Belgique, au Burundi, en Louisiane, au Québec, au Rwanda : ce verbe s'emploie de façon transitive direct au sens de "avoir la saveur agréable ou désagréable de quelque chose". "La soupe goûte le jam (...)

    Dans son expansion mondiale et sa vitalité joyeuse, la langue française a conservé des emplois qu'en France on a considérés comme anciens, régionaux ou familiers. Ils nous intéressent, au contraire, car ils permettent d'enrichir le français de référence en le ressourçant. Prenez le verbe "goûter". En Belgique, au Burundi, en Louisiane, au Québec, au Rwanda : ce verbe s'emploie de façon transitive direct au sens de "avoir la saveur agréable ou désagréable de quelque chose". "La soupe goûte le jambon." "Ton vin goûte le vinaigre." De façon transitive indirecte, "plaire par la saveur" : "Cette sauce me goûte bien". En emploi absolu : "Le boudin, cela goûte mieux quand il fait froid". Ces emplois courants, comme on le voit dans une grande partie de la francophonie, conservent deux significations anciennes du verbe "goûter". D'une part : avoir le goût de, d'où l'adjectif "goûteux". "Les arbres s'éployaient comme renouvelés de fraîcheur et de force; des parfums passaient, succulents, goûteux", écrit La Varende. D'autre part : trouver à son goût, doux apprécier. "Il goûtait ceux qui le bravaient ou le secondaient", écrit Jean Cocteau. Il serait aisé de revivifier ces emplois bienvenus et utils. Ils goûtent très agréablement.

    Voir plusmoins
    00:01:45
    Tous publics
    Tous publics