Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • Merci professeur !

    Glace et sorbet



    Quelle distinctions devons-nous faire entre « glace » et « sorbet » ? Quelles sont les origines de ces termes ? Comment les employer ? Le professeur nous explique.

    Présentation : Bernard Cerquiglini

    Transcription

    Syllabes



    Métaphores



    W



    Oxymores

    Si sa saucisse sent ces 600 saucisses…

     X Y 

    Bonjour, Professeur !



    Bonjour, Marie !

    J'ai reçu une question de l'application mobile de notre modeste et humble émission. Ce mobinaute gourmand est tellement absorbé par la nuance entre la "glace" et le "sorbet" qu'il est tout irrité et en manque de douce (...)

    Syllabes



    Métaphores



    W



    Oxymores

    Si sa saucisse sent ces 600 saucisses…

     X Y 

    Bonjour, Professeur !



    Bonjour, Marie !

    J'ai reçu une question de l'application mobile de notre modeste et humble émission. Ce mobinaute gourmand est tellement absorbé par la nuance entre la "glace" et le "sorbet" qu'il est tout irrité et en manque de douceurs. Tempérez ses ardeurs et dites-nous, Professeur.

    Chère Marie, la différence entre la glace et le sorbet ne tient pas seulement à la nature de ces douceurs. "Sorbet" est univoque, le terme appartenant au seul art culinaire. Il fut emprunté à la Renaissance à l'italien "sorbetto", boisson turque, lui-même issu du turc "chorbet", tiré d'un arabe dialectal "surba", boisson. "Sorbet" a d'abord désigné une boisson méditerranéenne à base de jus de fruits et de sucre, puis, au 18ème siècle, une préparation glacée à l'eau et aux fruits, éventuellement parfumée d'une liqueur. À base d'eau de par son origine désaltérante, le sorbet se distingue du parfait, formé de crème fraîche et d'un parfum, et surtout de la glace. Contrairement au sorbet, ce dernier terme est un bel exemple de polysémie. Désignant proprement de l'eau congelée, il s'est prêté à bien des emplois dérivés ou métaphoriques. Dans ce registre, glace se dit depuis le 17ème siècle pour "crème glacée", préparation contenant du lait, du sucre, des fruits, des arômes variés. "À la fin du souper, on servit des glaces dites plombières", écrit Balzac. Le terme polysémique reste équivoque. On comprend que des francophones l'aient désambiguïsé : "crème à glace" au Québec, "crème glace" au Sénégal, en Belgique, où l'on dit également "crème à la glace". "Un marchand de crème à la glace", c'est parfait ! Bon appétit ! A + B



    Syllabes



    Métaphores



    W



    Oxymores



    X Y

    Voir plusmoins
    00:02:23
    Tous publics
    Tous publics