Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • Merci professeur !

    Kilomètre par heure

    Kilomètres par heure

    Que signifie l'expression « kilomètres par heure » ? Quelle est son origine ? Que représente-elle ? Comment l'emploie-t-on et pourquoi ? Découvrez la leçon du professeur à ce sujet.

    Présentation : Bernard Cerquiglini

    Transcription

    A + B



    Syllabes



    Métaphores



    W



    Oxymores



    Mon chou, tes couettes sont chouettes sous la couette, les toucher c'est chou.

    Plusieurs téléspectateurs m'interrogent sur l'expression "kilomètres par heure", qu'ils entendent avec fréquence depuis quelque temps. Ainsi, un bulletin météorologique affirmera : "La tornade est passée à une vitesse de 200 kilom (...)

    A + B



    Syllabes



    Métaphores



    W



    Oxymores



    Mon chou, tes couettes sont chouettes sous la couette, les toucher c'est chou.

    Plusieurs téléspectateurs m'interrogent sur l'expression "kilomètres par heure", qu'ils entendent avec fréquence depuis quelque temps. Ainsi, un bulletin météorologique affirmera : "La tornade est passée à une vitesse de 200 kilomètres par heure." C'est, à l'évidence, un anglicism : "by hour". Mais, reprenons la question dans son ensemble. La préposition "à", plurisémique, indique notamment l'idée de mesure. Dans ce sens, son emploi est très étendu. "Un costume à 500 euros." "Taper son texte au kilomètre." "Louer une maison à l'année afin d'y vivre à cinq", etc. On dira donc, et c'est l'expression de bon usage, "une vitesse de 200 kilomètres à l'heure". Nous refuserons donc le calque anglicisme qui se répand dans les dépêches d'agence, rapidement adapté de l'anglais, et dans la langue scientifique influencée par le modèle anglo-américain : 200 kilomètres par heure, calque de "200 miles by hour". En revanche, je ne serai pas sévère avec une troisième possibilité bien attestée et qui n'emploie pas de préposition : "200 kilomètres-heure".  Cette formation appositive, que l'on écrit avec un trait d'union, n'est pas contraire au génie de la langue. Elle prend la suite outre "kilomètre carré et cube", de "kilomètre-marchandise", "kilomètre-passager", "kilomètre-voyageur". "Calculez le prix de revient du kilomètre-passager." La langue française a donc le moyen d'exprimer, simplement et souplement, une vélocité sans recourir à un anglicisme, auquel je vous invite à renoncer au plus vite ! A + B



    Syllabes



    Métaphores



    W



    Oxymores



    X Y

    Voir plusmoins
    00:02:08
    Tous publics
    Tous publics