Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • Merci professeur !

    Écuyer



    D'où vient le mot « écuyer » ? Que représente-t-il ? Comment l'utiliser correctement dans la langue française ? Découvrez les réponses dans cette vidéo.

    Présentation : Bernard Cerquiglini


    Transcription

    Bonjour Professeur.

    Bonjour Marie.

    Voici une question envoyée depuis l'application mobile de Merci Professeur. Notre mobinaute du jour voudrait connaître l’origine du très joli mot écuyer. Alors, racontez-nous l'histoire Professeur.

    Chère Marie, étymologiquement, l’écuyer est celui qui tient un bouclier. De nos jours, c'est un bon cavalier. Le mot écuyer est issu du bas latin scutarius, soldat de la garde impériale qui portait un bouclier. Lui-même dériv (...)

    Bonjour Professeur.

    Bonjour Marie.

    Voici une question envoyée depuis l'application mobile de Merci Professeur. Notre mobinaute du jour voudrait connaître l’origine du très joli mot écuyer. Alors, racontez-nous l'histoire Professeur.

    Chère Marie, étymologiquement, l’écuyer est celui qui tient un bouclier. De nos jours, c'est un bon cavalier. Le mot écuyer est issu du bas latin scutarius, soldat de la garde impériale qui portait un bouclier. Lui-même dérivé de scutum, l’écu. Apparu en français, écuyer est d’abord le sens latin et désigne un valet chargé de l'écu, c'est-à-dire du bouclier d’un chevalier. Mais, le sens du mot évolue rapidement. Au Moyen Age, le terme désigne plus généralement un jeune noble n'ayant pas encore été adoubé, qui accompagne et sert un chevalier à la guerre. C'est en somme un serviteur provisoire de noble extraction. Sous l'ancien régime, écuyer se dit, par extension, d'un officier qui exerce, auprès d'un prince, une charge particulière. On rencontre alors, l'écuyer tranchant qui découpe la viande, l’écuyer de bouche qui sert à la table du Roi, etc. L'ensemble des écuyers formait l'écurie d’un prince. On voit poindre la sémantique équestre. Sans doute, parce que dans écuyer, on croyait entendre equus, cheval en latin, le terme s’est spécialisé dans ce domaine. L’écuyer désignait celui qui s'occupe du cheval, puis qui enseigne l'équitation, enfin, qui est passé maître dans cet art. Il en est ainsi au féminin, l’écuyère, qui fut longtemps une servante, désigne, depuis le 19e siècle, une femme qui dans un cirque pratique la voltige équestre. Curieuse évolution. Mais, comme disait mon maître, Boby Lapointe, la petite écuyère ne trouve pas sa louche.

    Voir plusmoins
    00:02:19
    Tous publics
    Tous publics