Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • Merci professeur !

    Un va-t'en guerre


    Transcription

    Bonjour, Professeur !

    Bonjour, Marie !

    J'ai ici une question qui nous est envoyée depuis l'application mobile de l'émission. Notre mobinaute du jour s'interroge sur l'expression "va-t-en guerre". Cette question demande une réponse, Professeur.

    Chère Marie, l'expression est attestée en 1918 chez l'écrivain Romain Rolland. Elle provient de la chanson Malbrouck s'en va-t-en-guerre, qui se chantait en France depuis le dix-huitième siècle. Beaumarchais a cont (...)

    Bonjour, Professeur !

    Bonjour, Marie !

    J'ai ici une question qui nous est envoyée depuis l'application mobile de l'émission. Notre mobinaute du jour s'interroge sur l'expression "va-t-en guerre". Cette question demande une réponse, Professeur.

    Chère Marie, l'expression est attestée en 1918 chez l'écrivain Romain Rolland. Elle provient de la chanson Malbrouck s'en va-t-en-guerre, qui se chantait en France depuis le dix-huitième siècle. Beaumarchais a contribué à la populariser en intégrant à sa pièce "Le Mariage de Figaro", où elle est chantonnée par un page. On sait que Marie-Antoinette la chanta. Dans cette ritournelle, les Français se moquent de leur ennemi Anglais, John Chruchill, premier Duc de Malbrough : "Malbrough s'en va-t-en guerre, Mironton, mironton, mirontaine. Malbrough s'en va-t-en guerre, ne sait quand reviendra…

    Ne sait quand reviendra. "

    La faute de liaison "s'en va-t-en guerre" est propre au parler populaire. Une consonne de transition est souvent insérée pour faciliter l'élocution. Le bon usage ne l'admet qu'avec les pronoms. "Comment va-t-il", "…va-t-elle?". Le phénomène se retrouve au deuxième couplet : "Il reviendra (z') à Pâques, Mironton, mironton, mirontaine. Il reviendra (z') à Pâques, ou à la Trinité.

    Ou à la Trinité. "

    Un "va-t-en guerre" est une personne belliqueuse, recherchant l'affrontement, voire un individu proprement belliciste, qui incite au combat. On dit aussi "une tête brûlée", qui agit sans réfléchir, se lance dans la bataille à corps perdu, sans préparation stratégique. Avec le succès qu'on devine. Un va-t-en-guerre, souvent, n'en revient pas, ni à Pâques, ni à la Trinité.

    Voir plusmoins
    00:02:16
    Tous publics
    Tous publics