Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • L'invité

    Quincy Jones

    Invité : Quincy Jones.

    Présentation : Patrick Simonin.

    Transcription

    L'invité de TV5 MONDE au Montreux Jazz Festival,

    c'est un événement d'accueillir une véritable légende vivante

    de la musique mondiale

    Bonjour, Quincy JONES.

    Bonjour, mon frère.

    On est très heureux içi de vous recevoir.

    Moi aussi.

    Partenaire de ce formidable festival, ici, en Suisse,

    de ce légendaire festival dont vous êtes une des plus grandes figures.

    Et puis surtout, da (...)

    L'invité de TV5 MONDE au Montreux Jazz Festival,

    c'est un événement d'accueillir une véritable légende vivante

    de la musique mondiale

    Bonjour, Quincy JONES.

    Bonjour, mon frère.

    On est très heureux içi de vous recevoir.

    Moi aussi.

    Partenaire de ce formidable festival, ici, en Suisse,

    de ce légendaire festival dont vous êtes une des plus grandes figures.

    Et puis surtout, dans quelques instants,

    ici, nous sommes en coulisses,

    eh bien, vous allez présenter Stevie WONDER, ici sur scène.

    Le rêve de Claude. Le grand rêve de Claude NOBS.

    Le fondateur.

    Et moi aussi.

    Claude NOBS qui a donc fondé ce festival,

    a toujours rêvé de faire venir Steve WONDER,

    et aujourd'hui, ce rêve se réalise.

    Ça veut dire autant de choses pour moi que pour Claude.

    Claude était comme un frère né d'une autre mère, pour moi.

    Il y a le fabuleux Gumbo All Stars avec vous,

    avec qui vous avez joué l'année dernière ici encore à Montreux.

    C'est important d'encourager, comme ça, la relève ?

    Oui, le groupe a doublé depuis que vous l'avez vu, la dernière fois.

    Maintenant, on a Barbara STREISAND et son fils, Jason GOULD,

    et l'homme le plus talentueux que je connaisse.

    Un petit bonhomme de 18 ans de Londres.

    Il va vous mettre une claque, vous allez voir.

    On vous voit comme un enfant, Quincy.

    Vous êtes toujours à l'affût de cette musique, comme ça,

    qui a toujours été la musique de votre vie.

    Oui, c'est ma vie, mon cœur.

    Si je vous dis une question…

    Oui, la vie, oui.

    Parce que vous avez embrassé tous les styles de musique dans votre carrière.

    Pourquoi pas. C'est ça, la partie que j'adore.

    Au début, je me souviens de Nadia BOULANGER qui me disait :

    "Quincy, jusqu'à ce que le bon Dieu nous donne 13 notes,

    nous n'en avons que 12. "

    Et il faut voir ce que tout le monde a fait avec 12 notes.

    On n'a que 12 notes à notre disposition.

    Il faut qu'on travaille avec ça, le personnaliser au maximum.

    C'est une tâche difficile.

    C'est la divinité qui commande tout, en fait.

    Je crois que la mélodie, c'est la voix de Dieu.

    Ça rassemble le monde, ça réunit tout le monde, la musique.

    Même si vous ne comprenez pas les langues,

    la musique rassemble tout le monde.

    C'est étonnant.

    Stevie ! Salut, petit gars.

    Voilà, il y a Stevie WONDER qui passe derrière nous.

    Et vous allez le présenter tout à l'heure, Quincy.

    Quand on parle, évidemment, de tout ça, et on parle de Montreux,

    on peut pas ne pas parler de Miles DAVIS,

    et surtout quelques mois, hélas, avant sa disparition,

    quand vous êtes retrouvés sur scène avec lui à Montreux en 1991.

    C'était fantastique. J'ai un souvenir merveilleux.

    J'ai connu Miles pendant très longtemps.

    Quand j'ai lu son autobiographie, je l'ai lue après sa mort.

    Et il y avait Prince, Bing CROSBY, Prophety et moi même.

    Nous étions ses cinq amis les plus proches.

    Ça nous a beaucoup touchés.

    Et, comme SINATRA,

    Miles était comme un chien qui aboie, mais qui ne mord pas.

    Il était parfois dur, mais pas méchant, comme SINATRA, d'ailleurs.

    Oui. Parce que évidemment d'avoir vu vos arrangements

    joués sur la Lune avec des astronautes.

    Buzz ALDRIN, 1969.

    "Fly Me To the Moon".

    Le fait d'être joué partout, y compris sur la Lune…

    Pourquoi pas. Après Montreux, il n'y a rien, après ça.

    C'est la Lune.

    Ce qui est incroyable dans votre vie, Quincy,

    c'est que vous rencontrez immédiatement, dès vos débuts,

    vous rencontrez des personnes extraordinaires.

    J'ai travaillé avec Billie HOLIDAY quand j'avais 14 ans,

    j'ai travaillé avec Cab CALLOWAY, Ella FITZGERALD,

    Sarah VAUGHAN, SINATRA, Billy ECKSTINE…

    C'était fou. On ne peut pas planifier ces choses là.

    C'est Dieu qui décide. On ne peut pas planifier tout ça.

    On ne peut pas dire : "M. Sinatra, je veux travailler avec vous. "

    Ça ne se passe pas comme ça.

    Mais on a travaillé avec Frank DONUT à Monte Carlo.

    Un jour, il m'a dit que Grace KELLY avait appelé,

    "M. Sinatra veut que votre orchestre de 55 musiciens,

    avec les Double Six,

    que vous jouiez lors d'un concert caritatif dans le Sporting Club. "

    Et on l'a fait. Et il y avait Stéphane GRAPPELLI, Kenny CLARKE,

    Lucky THOMPSON, Don BYAS, Maurice VANDER.

    Ils sont mes frères.

    Toutes les musiques du monde, finalement, vous intéressent, Quincy ?

    Pourquoi pas. On ne vit qu'une fois.

    Et Frank disait tous les soirs :

    "Q, vis chaque jour, comme si c'était le dernier.

    Un jour, ce sera le cas. "

    Et Michael JACKSON, quelques mots, quand même.

    Ça a changé véritablement votre vie.

    Vous étiez à l'enregistrement.

    Vous aviez compris que "Thriller" allait devenir une révolution mondiale.

    Eh bien, à ce moment-là,

    on essayait simplement de chasser un peu le disco,

    de bousculer un peu le disco,

    parce que le disco était roi à ce moment-là,

    donc il a fallu bousculer un petit peu le disco.

    Et j'avais produit Donna SUMMER juste avant de faire "Thriller".

    Ça, c'était du boulot.

    Qui est-ce qui vous fait, aujourd'hui…

    Quincy est très perturbé par notre camerawoman.

    Avez-vous des sœurs ? Êtes-vous mariée ?

    Elle n'est pas mariée, alors Quincy, tous les espoirs sont permis.

    Quincy, vous avez toutes les récompenses dans votre vie.

    Avec votre fondation, vous combattez pour la paix,

    pour les enfants, pour l'éducation.

    C'est un combat qui reste essentielle pour vous, aujourd'hui, Quincy ?

    Les enfants du monde, je me battrai pour eux jusqu'à ce que je parte.

    J'ai été élevé dans les rues de Chicago,

    donc je comprends qui se passe à Soweto,

    dans les favelas au Brésil, au Cambodge…

    Je ressens une grande solidarité avec eux,

    et j'adore cette lutte, les enfants.

    Le combat contre le racisme n'est pas encore gagné.

    La musique peut servir à ça ?

    C'est pire que jamais, aujourd'hui.

    Depuis qu'Obama est président, c'est pire que jamais.

    Ça sort maintenant, ça émerge.

    Donald STERLING, regardez ce cas-là, c'est fou,

    mais il y en a beaucoup d'autres.

    Donc, on a fait beaucoup de chemin,

    mais on a encore beaucoup de chemin à faire

    avant d'atteindre l'égalité.

    Mais on y on y arrivera.

    Cette musique que vous faites aujourd'hui,

    c'est aussi une forme de fidélité au peuple noir ?

    au combat du peuple noir ?

    Vous n'êtes pas responsable de ça.

    Vous n'avez pas fait ça.

    Moi, j'ai pas fait ça. C'est ridicule.

    Et elle, elle n'a pas fait ses fossettes. Les fossettes ?

    Mais vous aimez tellement rire, Quincy.

    Vous êtes tellement heureux. (langue étrangère).

    Oui, c'est vrai.

    C'était un grand bonheur de vous accueillir ici…

    Moi aussi. Mon plaisir.

    et échanger avec vous.

    Il y a la scène, pas très loin,

    et vous allez rejoindre Stevie WONDER dans quelques instants,

    et lui dire combien vous l'aimez,

    pour tout ce public qui l'attend ici pour la première fois

    à Montreux Jazz Festival.

    Très spécial, ce soir.

    Cette nuit, avec Stevie, c'est très spécial.

    Merci beaucoup, Quincy JONES.

    Plaisir.

    Voir plusmoins
    Publié le 28 juil. 2014
    00:08:05
    Disponible jusqu'au : 4 août 2020
    Tous publics
    Tous publics