Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • L'invité

    Michel Rivard

    Invité : Michel Rivard, fondateur du groupe Beau Dommage, il conduit le spectacle hommage à Félix Leclerc, à l'occasion du centième anniversaire de sa naissance.

    Présentation : Patrick Simonin.

    Transcription

    L'invité de TV5 monde, ravi de vous retrouver ici, au Festival d'été de Québec sur "Les plaines d'Abraham". Bonjour Michel Rivard.

    Bonjour.

    Vous êtes un des grands auteurs-compositeurs-interprètes du Québec, bien sûr avec le groupe Beau Dommage"et puis 8 albums en solo et encore, ça continue. Et sur scène, vous avez tenu à être là pour ce spectacle magnifique, tu te souviens Félix Leclerc.

    J'avais été triste de ne pas à être là parce que ma relation d'am (...)

    L'invité de TV5 monde, ravi de vous retrouver ici, au Festival d'été de Québec sur "Les plaines d'Abraham". Bonjour Michel Rivard.

    Bonjour.

    Vous êtes un des grands auteurs-compositeurs-interprètes du Québec, bien sûr avec le groupe Beau Dommage"et puis 8 albums en solo et encore, ça continue. Et sur scène, vous avez tenu à être là pour ce spectacle magnifique, tu te souviens Félix Leclerc.

    J'avais été triste de ne pas à être là parce que ma relation d'amour avec l’œuvre de Félix Leclerc date des années 50. En fait, j'ai écouté Félix Leclerc en 78, je peux me venter, moi d'avoir écouté Félix Leclerc en 78 en 33 tours, en 45 tours, en cassette, en CD et en MP3. Et comme il y avait cette filiation, Félix qui, sur son album le "Tour De L'île", avait repris "La complainte du phoque en Alaska" que j'avais composé pour Beau dommage. Et ensuite, les rencontres. On s'est rencontrés et on a même fait à Saint-Jean un soir, un show de Saint-Jean avec Félix et Beau dommage. Donc, c'était pour moi vraiment, j'avais voulu être là ce soir et je vais y être, donc je suis très heureux.

    Voilà, vous ne chantez pas Michel Rivard "La complainte du phoque en Alaska", parce qu'évidement c'est votre chanson que Félix l'a popularisée aussi. Et ça s'est passé comment en fait?

    C'est extraordinaire parce que, quand Beau Dommage a sorti son premier album, on va fêter d'ailleurs le 40e anniversaire de la sortie de…

    Un magnifique coffret qui est là.

    Oui, le coffret, l'album de famille. En fait, le 40e anniversaire est l'année donc de notre premier album, un succès immédiat au Québec, en France aussi.

    Tous les paniers.

    Tous les paniers, "Harmonie du soir" à Châteauguay etc et "La complainte du phoque en Alaska". Et là, quelqu'un me téléphone un jour et me dit, vous êtes invité avec vos amis du groupe à venir entendre le nouveau disque de Félix Leclerc. Alors là, moi je me dis, c'est bien. Quand on devient célèbre, on nous invite dans des lancements, dans des auditions privées comme ça. Et là, la secrétaire au bout du fil me dit, mais vous êtes au courant ? Je dis au courant de quoi ? Elle dit, ils ont repris une de vos chansons. Alors, une fois que je me suis réveillé, sorti de mon évanouissement, j'ai dit, vous êtes certaine ? Elle dit, oui, venez, alors là on volera avec le groupe, on rencontre Félix et on écoute l'album le "Tour de L'île" qui est absolument magnifique.

    Magnifique album oui.

    Et au milieu du "Tour De L'île", il y a Félix qui chante La complainte et qui vient me voir après, qui m'a même mis la main sur l'épaule et me dit, vous avez écrit une très belle chanson.

    Et là, il avait dit une bonne tune.

    Une bonne tune exactement, vous avez raison. Alors ça, c'est assez pour donner confiance à un jeune auteur-compositeur.

    Je vais vous dire un secret. Quand Félix l'a interprété, je me suis dit, il y avait déjà dans cette chanson-là l'influence de Félix, parce que Félix a fait beaucoup de fable animale. Ce soir au spectacle, je chante "La mort de l'ourse", il y en a plusieurs dans son œuvre. Alors, l'idée d'avoir pris un phoque, l'éloignement et la solitude du phoque sur sa banquise, c'est peut-être tout simplement le fait d'avoir écouté beaucoup de Félix (inaudible).

    Oui, mais c'est un petit peu l'histoire de Félix, c'est-à-dire qu'évidemment, il ne rêvait pas d'être clown, mais de chanter, d'être chancelier comme on disait, et il part à Paris sans rien et il se retrouve débutant comme ça dans cette Paris qu'il ne connaît pas, comme un phoque en Alaska en quelque sorte.

    Peut-être tout simplement, ce qui m'avait, moi, ravi en plus, c'est qu'il ne l'avait pas faite comme nous, il avait fait à sa façon. Et ça pour moi, je trouvais ça bien parce que ça voulait dire, je chante votre chanson, mais vous allez me retrouver dedans. Et c'est un peu ce que moi je vais maintenant quand j'interprète du Félix, la dernière chose que je voudrais c'est de l'imiter. De toute façon, il est inimitable. Alors donc, moi le fait qu'il ait pris "La Complainte du phoque" et qu'il ait adapté à sa façon, ça me donne carte blanche pour dire, celle-là, je la fais en majeur, en mineur, je change le rythme. Et Félix, je l'ai rencontré plusieurs fois, était très heureux que je fasse ça, il me l'avait dit. Il dit, j'entends en vous le musicien qui décide, qui va personnaliser la chanson qu'il va chanter.

    Il va même y avoir un groupe de hard rock qui va prendre de Félix Leclerc, on peut tout faire avec.

    Oui, ce soir, il y de tout, il y a du RAP, il y a du slam, il y a du hard rock, il y a une chanteuse opératique, il y a moi qui me retrouve tout seul avec ma guitare puis en harmonica et c'est fabuleux.

    Et donc avec "La mort de l'ours", vous allez chanter "Gaspésie" ?

    Oui.

    Pourquoi ces chansons -à?

    En fait, la seule dans mon répertoire, je n'en avais que 2. Il y a "Bozo" que je faisais régulièrement et il y a "Ce matin là" que j'avais fait sur mon premier album solo. Et quand on m'a appelé pour le spectacle, je dis, je vais faire "Bozo". Et là on m'a dit, c'est parce que Diane Dufresne le fait et quand, juste l'idée d'entendre Diane Dufresne chanter "Bozo", j'ai dit d'accord.

    D'accord.

    Un peu toutes les phases parce qu'elle est absolument extraordinaire.

    Et alors, quand Beau Dommage démarre et devient le groupe emblématique du Québec en France et tournait avec Julien Clerc, évidemment Maxime Le Forestier, avec qui vous allez écrire des chansons et finalement Félix est là, toujours là à ce moment-là. Il représente encore véritablement l'histoire de la chanson québécoise et vous, vous arrivez et vous bousculez un peu tout ça avec le groupe.

    On bouscule un peu tout ça. Bon, on était plusieurs. Il y a, au moins, ce que j'appelle la classe de 74, le Beau Dommage, Harmonium, Octobre, le Seguin, tous ces groupes-là et ces auteurs-compositeurs-là à l'époque. En fait on bousculait les choses mais dans la tradition de la chanson quand même. On avait beau changé les rythmes, le faire différemment, on s'inscrivait totalement dans la lignée dans la (inaudible), Félix, Vignon, Charlebois et tout ça, il y avait (inaudible).

    C'est ça l'histoire.

    On n'était pas là pour briser des icônes à classe, non, on était allé tout simplement pour emboîter la pop.

    Mais faire de la pop Québécoise, c'est-à-dire voilà, on va commencer à se dire avec Harmonium et vous, la pop était née.

    La pop était née, mais avec des textes qui voulaient dire quelque chose, avec des harmonies de voix. Donc, le message je dirais le cadeau de Félix, de Vignon et de Claude Gauthier de tous les autres, on l'a accepté et on a dit oui, on va faire de la pop, mais on va écrire des textes qui sont significatifs pour le Québec.

    Voilà, là ça c'est un coffret. Michel Rivard à ce jour, c'est 8 albums qui sont sortis de la magnifique coffret. On dit, à ce jour parce qu'évidemment, c'est une aventure qui continue, ça continue.

    Oui il y a 3 petits points. A ce jour, 3 petits points. A ce jour, 3 petits points, et l'aventure a déjà continué parce qu'en octobre dernier, je sortais "Roi de rien" qui est donc le 9ème.

    Oui, quand je dis ça continue c'est parce que, c'est une filiation, il y a Félix, il y a vous, il y a Michel Rivard, donc vous-même, et puis il y a tous ces chanteurs qui arrivent. C'est la chanson francophone en quelque sorte qui continue de vivre.

    Qui continue et il ne faut pas trop se fier. C'est sûr qu'il y a des radios commerciales au Québec où on entend que de la pop américaine (inaudible). Mais à côté de cela, actuellement, il y a une relève extraordinaire, il y avait des Patrice Michau et Marie-Pierre Arthur et combien d'autres, je pourrais faire de jaloux, Louis-Jean Cormier. Il y a plein de gens qui arrivent avec une attitude encore plus moderne que nous, la classe de 74 et qui continue dans la même tradition et avec qui on est copain, en se voit et on sait qu'on fait partie d'un grand courant.

    Michel Rivard, mais vraiment ravi de vous accueillir ici; aux "Plaines d’Abraham" pour le festival d'été de Québec et chapeau hommage à Félix Leclerc, merci.

    Merci, au revoir.

    Voir plusmoins
    Publié le 21 juil. 2014
    00:08:05
    Disponible jusqu'au : 28 juil. 2020
    Tous publics
    Tous publics