Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • L'invité

    Jerry Leonide

    Invité : Jerry Leonide.

    Le pianiste mauricien mélange le jazz et la musique mauricienne sur la scène du Montreux Jazz Festival.

    Présentation : Patrick Simonin. Depuis Montreux.

    Transcription

    Le Festival Jazz de Montreux. On est ravi de vous retrouver sur TV5 Monde, avec une révélation. Bonjour Jerry Léonide.

    Bonjour.

    Vous nous venez de l'Île-Maurice. Puis, vous êtes la révélation du piano solo, puisque vous avez gagné le concours ici à Montreux l'année dernière, et vous voici revenir à Montreux en vedette.

    En vedette, oui, j'ai vraiment de la chance, ça fait partie des prix. Donc, c'est de se produire justement au Jazz Club, j'aurai la chanc (...)

    Le Festival Jazz de Montreux. On est ravi de vous retrouver sur TV5 Monde, avec une révélation. Bonjour Jerry Léonide.

    Bonjour.

    Vous nous venez de l'Île-Maurice. Puis, vous êtes la révélation du piano solo, puisque vous avez gagné le concours ici à Montreux l'année dernière, et vous voici revenir à Montreux en vedette.

    En vedette, oui, j'ai vraiment de la chance, ça fait partie des prix. Donc, c'est de se produire justement au Jazz Club, j'aurai la chance d'ouvrir un concert avec des artistes formidables, (Manu Catier), Richard Bona. Donc, je suis vraiment très content de revenir faire ça cette année.

    Oui, c'était un rêve pour le Mauricien qui a grandi, d'abord, en faisant de la musique classique.

    Oui, j'ai commencé tout petit. Puis, mon père étant guitariste, plus pop, jazz, tout ça, donc, je me suis vite fait orienter vers la musique improvisée. Puis, oui, au final, c'est quand même un rêve qui se réalise, parce que c'est vraiment chose inimaginable, commencer la musique à l'Île-Maurice et finir sur une des scènes principales de Montreux Jazz. C'est vraiment très motivant pour la suite de ma carrière.

    Oui, on va revoir des images de ce concours (inaudible), concours solo, piano l'année dernière. Il y avait beaucoup d'émotions quand vous avez joué comme ça.

    Oui, surtout vers la fin, quand j'ai appris les résultats. Donc, c'était assez difficile à contenir, parce qu'il y a un travail énorme en amont, et le fait de présenter ces morceaux, tout ça. Et avoir le résultat positif, c'est-à-dire le prix du public et le premier prix du jury. Donc, il y avait beaucoup d'émotions, c'est quelque chose vraiment que je n'oublierai jamais.

    (langue étrangère)

    Donc, la victoire, la victoire au bout de la compétition, le parcours.

    Oui, c'est marrant, ça fait 1 an depuis que c'est arrivé. Vraiment, ça a changé ma carrière, ça a changé ma vie tout simplement. Donc, notamment grâce au prix que j'ai reçu, où j'ai pu justement enregistrer mon album.

    Voici l'album, qui s'appelle The key, la clé. Pourquoi la clé ?

    La clé, parce que c'est tout simplement le surnom que donnaient à l'Île-Maurice, les marins appelaient à l'époque, il n'y avait pas encore le canal de Suez. Donc, ils faisaient le tour et la première chose qu'ils voyaient, donc ils appelaient ça la clé de l'océan indien. Donc, je me suis inspiré un peu de ça, c'est un peu le thématique de cet album, donc, la musique mauricienne, les mélodies et les rythmes de chez moi, mélangées au jazz parce que vraiment, c'est la musique que je joue, la musique improvisée. Et là, donc, j'ai la chance de m'entourer de pas mal de Mauriciens, de Français aussi pour faire ce projet. Tout ça, c'est grâce au concours.

    Oui. Alors, sur cet album, vous dites : il y a ce mélange. On arrive à mélanger la musique traditionnelle mauricienne avec le jazz, avec cette consonance du jazz ?

    Oui, ça marche très bien. Il y a une forte ascendance africaine dans la musique mauricienne et tout ce qu'on peut faire avec la musique, par exemple, comme il y en a eu en Afrique du Nord, en Afrique de l'Ouest, on peut le faire aussi avec la musique mauricienne parce que c'est assez proche. Et puis, il y a cette ouverture dans l'harmonie et puis, de belles mélodies. L'Île-Maurice, c'est le pays de la mélodie, tout le monde chante tout le temps, et ces mélodies-là, je n'ai qu'à les cueillir et faire jouer avec une trompette jazz et mettre des accords de jazz dessus, et puis, voilà, de couleur jazz, et puis habiller tout ça pour rendre la chose intéressante.

    Et ça donne The key. Un premier album comme ça, c'est le début d'une aventure ?

    Oui, c'est vraiment le début, et puis, c'est quelque chose à laquelle j'ai réfléchi il y a longtemps déjà, mais, je n'avais pas les moyens. Pour être honnête avec vous, je n'avais pas les moyens de le faire. Et² grâce au Montreux Jazz, la fondation, avec le prix en argent que j'ai reçu, donc, j'ai financé cet album. J'ai rencontré Monsieur (Ziggy) qui est le créateur du label Act Music basé en Allemagne au concours. Il était parmi le jury, et il a bien aimé ma performance, et il m'a dit : "Le jour où tu fais quelque chose, envoie-moi, on verra ce qu'on peut faire". Et puis, je lui ai envoyé l'album quand je l'ai enregistré, ça l'a plu, il m'a appelé. Et puis, voilà, aujourd'hui, j'ai signé chez eux. C'est un des plus grands labels en Europe. Je suis vraiment très content de commencer un premier album avec ce genre de personnes.

    Jerry, on voit derrière nous, là, il y a des noms mythiques, c'est le programme de cette année du Jazz Festival. Là, vous vous produisez ici parce que tous ces noms-là vous ont fait rêver gamin, j'imagine. Il y a (inaudible), il y a tout le monde.

    Et surtout, parce que moi, j'ai travaillé aussi avec la fondation pour faire la conférence de presse, et quand j'ai vu les noms, j'étais assez ému. J'ai même une photo que j'ai envoyée à ma mère pour vous dire. Oui, j'ai pris une photo devant le mur parce que c'était tellement quelque chose d'inimaginable de côtoyer, d'être dans la même programmation que ces gens-là. Donc, c'est juste un rêve qui devient réalité.

    Alors, si vous vous asseyez, Jerry, quelques instants, vous allez faire clignoter le mur, regardez.

    Oui, c'est le principe.

    Merci Jerry, super, parce que ça, c'est la liberté qu'offre le jazz. C'est de se mettre à un piano, d'improviser, de créer.

    Oui. Puis, surtout, les gens qui font partie de cette programmation, c'est eux justement les porteurs de cette histoire, je vois Wayne Shorter, Buddy Guy, Pharrell Willams pour la suite avec la pop.

    Et puis, tous les mélanges, parce qu'il y a Robert Plant, et puis, il y a Métronomy. Il y a tous les groupes, le rock aussi qui se mélange finalement.

    Mais, oui, tout se mélange très bien.

    Vous écoutiez quoi, vous, Jerry, dans l'enfance ?

    Etant enfant, voilà, j'avais du mal encore à écouter des choses très pointues dans le jazz, et je vois le nom de Stevie Wonder, j'avais 9-10 ans, je ne sais pas. C'est mon premier groupe où on faisait des reprises de Police, de Stevie Wonder, c'est magnifique, de Toto, que des groupes de la musique populaire, soul, tout ça.

    En même temps, une musique qui raconte quelque chose, évidemment, Stevie Wonder, c'est aussi le peuple noir, c'est aussi la saoul musique.

    Mais, oui, c'est ça, c'est-à-dire qu'après, l'évolution du jazz a mené automatiquement à la soul. Donc, en passant par le Rythm'n'Blues, des gens comme Ray Charles, etc. , forcément, avec tous les travers de la culture américaine qu'on connaît, les histoires du racisme, etc. Donc, tout ça aussi a contribué à faire que le jazz aujourd'hui est la soul, peu importe, est ce qu'elle est aujourd'hui.

    Et c'est une musique qui se réinvente toujours.

    Tout le temps. La musique vient de la musique. Donc, on rencontre d'autres musiciens, on écoute ce qu'ils font. On s'en inspire, on collabore, on crée, puis, la chose, elle avance indubitablement, tout le monde avance en même temps. Donc, c'est ça un peu le mouvement du jazz.

    Allez, on avance. Jerry Léonide, on était ravi vraiment de vous saluer. Vous êtes la découverte Jazz piano solo, le grand Prix ici au Montreux Jazz Festival, où nous sommes ravis d'être pour TV5 Monde. Merci beaucoup Jerry. A bientôt !

    Merci à vous. Au revoir.

    Voir plusmoins
    Publié le 28 juil. 2014
    00:08:09
    Disponible jusqu'au : 4 août 2020
    Tous publics
    Tous publics