Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Les Haut-Parleurs

    Repassage des seins au Cameroun : atrocité pour les jeunes filles


    Par Kirk au Cameroun


    #SOCIETE


    C'est une tradition ancestrale au Cameroun : le repassage des seins des jeunes filles. Une pratique infâme qui révolte Kirk et de nombreuses autres personnes qui se mobilisent.


    Réalisation : Kirk Bayama
    Photographies : "Plastic dream" - Gildas Paré
    Rédaction en chef : Hanane Guendil, Hélène Seingier
    Preneur de son : Ariel Chanel Anyegue Ndong
    Assistant cameraman : Annie Zambo
    Prise de vue Plateau : Sudvidéo Plus (Paris)
    Musique : Tambula malembe, Olivier Tshimanga
    Merci à Célestine Ketcha Cortès, au RENATA, au docteur Flavien Ndonko et à tous ceux qui ont participé au financement participatif de ce tournage !


    Transcription

    Les mamans ont souvent peur que vous soyez convoitées par les garçons. Et elles prennent cette mauvaise habitude de vouloir faire stopper ou disparaître la poussée des seins. Alors elles utilisent des objets préchauffés comme la pierre a écraser, et ça fait comment ?

    Mal !



    Près de trois millions de filles ou femmes ont été victimes du repassage des seins. Je suis Kirk Bayama, je vais vous parler de ces pratiques infâmes, très peu connues, que l'on croyai (...)

    Les mamans ont souvent peur que vous soyez convoitées par les garçons. Et elles prennent cette mauvaise habitude de vouloir faire stopper ou disparaître la poussée des seins. Alors elles utilisent des objets préchauffés comme la pierre a écraser, et ça fait comment ?

    Mal !



    Près de trois millions de filles ou femmes ont été victimes du repassage des seins. Je suis Kirk Bayama, je vais vous parler de ces pratiques infâmes, très peu connues, que l'on croyait disparues. Cathy a subi le repassage des seins à l'âge de douze ans. La première fois, elle a chauffé une pierre à écraser comme celle-ci. Il fallait déposer sur la petit poitrine un écrasant de manière à ce que la boule soit écrasée, qu'elle disparaisse. Elle a continué pendant des semaines, quelques temps après, mais sans arrêter de pousser. Comme Cathy, près de trois millions de filles ou femmes ont été victimes du repassage des seins. En faisant cela, les mamans veulent tout simplement protéger leurs filles des viols, grossesses et mariages précoces. Sauf que les conséquences sont dramatiques : douleurs atroces, démangeaisons, kystes, seins brûlés, et même le risque de développer un cancer du sein. C'est surtout très, très, très douloureux. Pour celle qui pense qu'elle est dans son bon droit, elle va continuer de le faire tellement fort que des fois la glande disparaît complètement. Et donc il ne reste que le tissu adipeux. Cela donne donc lieu à ces seins flasques qui ne peuvent plus se tenir tout droits et qui font la honte des petites filles.

    L'idéal, dans la conception africaine, c'est que tant que l'enfant est encore au primaire, la deuxième partie du primaire, cours élémentaire 2, cours moyen 1, ou cours élémentaire 2. Le fait qu'elle ait des seins précocement pose d'abord des problèmes à l'enfant elle-même. Parce qu'elle sera regardée différemment, elle peut être même moquée.

    Aujourd'hui, de plus en plus de femmes veulent briser le silence et faire changer les mentalités. Elles s'emparent donc des réseaux sociaux pour dire au monde toutes les souffrances qu'elles ont subies. Pour moi, avoir de la poitrine. C'était juste absurde, c'était une aberration, c'était comme être une fille volage. Et j'ai dû mettre un bandage pareil pendant très longtemps, pour qu'on ne voie pas ma poitrine à travers les vêtements que je portais. Aujourd'hui, moi je dis stop. Plus de bandage, ça n'existe plus. Et je vais être une femme comme toi, comme toutes les autres.

    Depuis l'âge de 16 ans, Cathy se bat sans relâche pour sensibiliser les autres femmes dans les villes et dans les campagnes.

    Moi, je disais que nous sommes les tantines, nous sommes une association de jeunes filles mères. Et parmi elles, il y a des femmes qui sont victimes du repassage des seins. Et nous avons décidé de lutter contre ce phénomène. La maman souvent masse pour que ça rentre. Ce n'est pas la bonne idée, parce que ça ne résout pas le problème, plutôt au contraire, ça expose l'enfant à d'autres conséquences.

    Bonjour ! Bonjour, Madame !

    Quand une adolescente, à l'âge que vous avez, commence à avoir les seins qui poussent. Les mamans ont souvent peur que vous soyez convoitées par les garçons. Et elles prennent cette mauvaise habitude de vouloir faire stopper ou disparaître la poussée des seins. Alors elles utilisent des objets préchauffés comme la pierre a écraser, la spatule, le pilon, le bâton, qu'elles font chauffer, et elles le posent sur la poitrine. Et ça fait comment ? Mal ! Ça fait très…

    Mal ! C'est pour cela qu'il faut dire non.

    Il est temps que, nous les hommes, nous nous révoltions contre ces pratiques. Des pratiques qui avilissent, qui détruisent et tuent les femmes. Même si le repassage des seins, lorsqu'il est fait, les hommes ne sont pas au courant. Les mamans, lorsqu'elles prennent ces décisions atroces, c'est parce qu'elles veulent protéger leurs filles des hommes. Des hommes qui sont incapables de faire la différence entre une petite fille et une femme accomplie. Et cet homme peut être moi, ou encore vous qui êtes en train de regarder cette vidéo. Et pour mettre fin à ce genre de comportement, il est important et vital que les hommes prennent conscience qu'aucun homme, vraiment aucun homme, n'est au-dessus d'aucune femme. Je vous invite à regarder les autres vidéos du réseau Haut-Parleurs, où des femmes et des hommes engagés et passionnés vous informent et font bouger les choses.

    Voir plusmoins
    Publié le 26 sept. 2018
    00:05:02
    Disponible jusqu'au : 19 nov. 2020
    Tous publics
    Tous publics