Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Les Haut-Parleurs

    Pic de pollution, mon oeil ! Caroline en Belgique

    Les mesures de pic de pollution, à quoi ça sert ? A Bruxelles on n'a jamais enclenché la grosse sonnette d'alarme: Bruxelles propre? Non, j'ai découvert que Bruxelles a surtout des problèmes pour évaluer la pollution.

    Crédits :
    Caroline Bordecq - Pokitin Production

    Transcription

    Salut ! C'est Caroline, à Bruxelle !

    Alors j'ai appris un truc trop cool, c'est qu'apparemment ici, on n'a jamais eu à enclencher un plan de pic de pollution important, genre en mode "l'air est vraiment dégueulasse". Mais c'est trop bien ! Ca veut dire que l'air est pur ici ! Ça veut dire que je peux aller me balader en vélo tranquillou ! Non, mais c'est irrespirable ! Non, mais je ne comprends pas, on n'a jamais mis en place un plan de pic de pollution à Bruxelles et pourtant l'ai (...)

    Salut ! C'est Caroline, à Bruxelle !

    Alors j'ai appris un truc trop cool, c'est qu'apparemment ici, on n'a jamais eu à enclencher un plan de pic de pollution important, genre en mode "l'air est vraiment dégueulasse". Mais c'est trop bien ! Ca veut dire que l'air est pur ici ! Ça veut dire que je peux aller me balader en vélo tranquillou ! Non, mais c'est irrespirable ! Non, mais je ne comprends pas, on n'a jamais mis en place un plan de pic de pollution à Bruxelles et pourtant l'air est pourri ! Mais, en fait le problème, c'est la façon dont on calcule la qualité de l'air. J'ai contacté l'agence qui s'occupe de faire ça en Belgique. Et ils m'ont expliqué qu'on va enclencher un plan de pic de pollution quand on prévoit qu'une certaine quantité de particules fines dans l'air va être enregistrée. Mais le problème, c'est que, parfois, ben, ils se plantent dans les prévisions. Alors il est arrivé en Belgique, à Bruxelles, que la qualité de l'air était vraiment pourrie. Mais vu qu'on ne l'avait pas prévu, ben, on n'a pas mis les mesures en place. Ici, il y a une plateforme citoyenne qui cherche à faire bouger les politiques. On a rencontré des membres de Bruxelles Air Propre, et ils nous ont expliqué qu'il y avait vraiment un gros problème de pollution de l'air.

    En fait, on a un aperçu très général sur la situation de Bruxelles parce qu'on a des stations de mesure sur Bruxelles. Mais on trouve que ce n'est pas assez parce qu'effectivement, on ne mesure pas tous les polluants. Et on trouve particulièrement que les particules ultrafines sont quand même très importantes.

    Les membres de la plateforme Bruxelles Air Propre utilisent un appareil pour mesurer la quantité de concentration de particules ultrafines dans l'air. Alors il faut savoir qu'en moyenne dans une ville, on enregistre à peu près 20 000 particules ultrafines par centimètre cube. Mais ici on est carrément montés à 200 000 !

    C'est "woooooooooooooh" !

    Alors ces chiffres ne font pas seulement flipper parce qu'ils sont énormes, mais surtout on se demande quelles sont les conséquences pour la santé.

    Ces particules ultrafines, elles entrent vraiment dans nos poumons, elles entrent dans le sang. Et c'est là vraiment que, en fait, elles commencent à causer vraiment des graves problèmes. Comme des problèmes chroniques pulmonaires, l'asthme, des bronchites fréquentes, même le cancer.

    Bon, le but, c'est quand même d'avoir des solutions concrètes. Et ça, Bruxelles Air Propre, ils en ont plein des propositions.

    Il y a beaucoup de mesures qu'on connaît déjà et qui ont avoir avec les voitures les plus polluantes en ville. Mais on peut aussi un peu regarder autour de nous. Des villes comme Zurich, ils ont installé un système, par exemple, au lieu d'avoir uniquement des stations de mesures statiques, ils ont des capteurs de pollution sur les transports en commun qui mesurent en temps réel les polluants les plus importants. Dans les particules très fines se trouve aussi le "Black Carbon", hein, qui trouve son origine dans le diesel entre autres. Et là, il faut savoir que le "Black Carbon" est le facteur le plus puissant après le CO2 qui est responsable pour le réchauffement climatique.

    Bon, même, si les dirigeants n'ont pas l'air de vouloir se bouger, il va falloir quand même qu'ils comprennent que mieux on pourra mesurer la qualité de l'air, et surtout l'impact des voitures et du diesel, et, ben, mieux ce sera pour l'environnement et pour la santé publique.

    Voir plusmoins
    Publié le 18 nov. 2015
    00:03:35
    Disponible jusqu'au : 19 nov. 2020
    Tous publics
    Tous publics