Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Les Haut-Parleurs

    Objectif zéro déchets à Roubaix - Salim en France

    A Roubaix, dans le Nord, 80 familles d'irréductibles essaient d'atteindre l'objectif fou de ne produire aucun déchets.

    Crédits : Salim Berkoun

    Transcription

    Salut tout le monde. Moi, c’est Salim, j'ai 25 ans, je suis journaliste à Paris, mais aujourd'hui, je me suis déplacé dans le Nord de la France, dans la ville de Roubaix, parce que là-bas, il y a près de 100 familles qui essayent de relever le défi de produire zéro déchet.

    Alors, aujourd'hui en France, on pourrait dire qu'un projet pareil relève presque de l'utopie, puisqu'en moyenne, une personne produit 350 kilos de déchets par an. Pour obtenir cet objectif, il faut donc changer (...)

    Salut tout le monde. Moi, c’est Salim, j'ai 25 ans, je suis journaliste à Paris, mais aujourd'hui, je me suis déplacé dans le Nord de la France, dans la ville de Roubaix, parce que là-bas, il y a près de 100 familles qui essayent de relever le défi de produire zéro déchet.

    Alors, aujourd'hui en France, on pourrait dire qu'un projet pareil relève presque de l'utopie, puisqu'en moyenne, une personne produit 350 kilos de déchets par an. Pour obtenir cet objectif, il faut donc changer radicalement de vie, c'est-à-dire qu'il faut commencer à composter ses épluchures de légumes, qu'il faut réparer l'imprimante qui ne marche plus, plutôt que de la balancer. Je me suis donc rendu à Roubaix pour rencontrer Marie-Noëlle qui, en fait, est dans le projet depuis presque 1 an avec toute sa petite famille. Elle nous montre tout de suite dans sa cuisine qu'elle essaye d'acheter un maximum de produits en vrac.

    J’ai acheté pas mal de bocaux en brocante, on gardait certains bocaux, donc j’arrive à trouver facilement des légumes secs, du riz, des pâtes, de la semoule, et bien même le meuble, en fait, c’est un vieux meuble que j’ai dû l'acheter chez Marius. C’est çà, on se pose plus la question de "est-ce qu’on a besoin d’acheter quelque chose de neuf ? " Je compose la plupart de mes aliments, de mes restes de végétaux, on va dire les épluchures, il me reste un peu de restes de jardin, les coquilles d’œufs et pour amuser mes enfants, j’ai mis un petit escargot dans le composte, comme ça, quand ils jettent leurs aliments, ils vont s’amuser à nourrir l’escargot.

    Mais bon, Marie-Noëlle, elle reste humaine, donc forcément, elle achète encore, par exemple, du fromage râpé, même si elle fait beaucoup plus attention que nous au recyclage de l'emballage.

    Tous ceux où je suis encore obligée d’avoir des contenants, comme le lait, par exemple, je ne peux pas aller à la ferme tous les 2 jours pour m’acheter du lait en vrac. Comme j’y vais, je le fais, mais sinon, il faut utiliser une bouteille.

    Alors, toutes les familles gèrent les choses un peu comme elles veulent et c'est pour ça que le projet marche aussi bien. La Mairie ne pose pas de sanctions, mais les aide plutôt à prendre les choses un peu comme ils peuvent. Bon, d'accord, ça se passe relativement bien à Roubaix, mais est-ce que ce serait possible d’étendre un projet pareil à toute une ville, ou même tout un pays ? Dans le monde, la ville la plus médiatique sur cette question, c’est San Francisco, ils en sont à peu près 99 % de déchets recyclés. Bien sûr, il y a d'autres plus petites villes qui arrivent, comme la ville de Trévise en Italie, mais moi, je suis resté à Roubaix, parce que devant la Mairie, il y a des palmiers, comme en Californie. Et j’ai rencontré Alexandre Garcin qui est délégué au développement durable à la Mairie. Alors, Alexandre Garcin, il est plutôt cool et en plus de sourire aux vieilles dames qui passent, et bien, lui, il pense que ce sont les politiques qui ne font pas assez d'efforts pour réduire les déchets.

    C’est-à-dire, en fait, à chaque fois on raisonne en réduction, on va s'améliorer un petit peu et en fait, le zéro déchet, c’est revoir tout à zéro, tout reprendre.

    Non, non, on est plutôt dans le sens de l’histoire et ceux qui parlent encore de société de consommation à outrance, c’est plutôt par le passé.

    La première année est terminée, mais 5 nouvelles familles vont bientôt reprendre le flambeau. Vous l'avez compris, si vous voulez que les choses changent, et bien, vous pouvez commencer, même chez vous, et vous, vous faites quoi pour réduire vos déchets ?

    Voir plusmoins
    Publié le 23 déc. 2015
    00:03:29
    Disponible jusqu'au : 19 nov. 2020
    Tous publics
    Tous publics