Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Les Haut-Parleurs

    Le sac plastique, nouveau it-bag ! - Léonor au Burkina Faso


    Au Burkina Faso, les sacs plastiques sont un vrai fléau pour l'environnement. Pour leur redonner une seconde vie, l'association Swop les utilise pour créer des objets au crochet.

    Crédits: Léonor Lumineau et Raphaël Fournier

    Transcription

    Salut à tous, moi c'est Éléonore, je suis journaliste freelance. Normalement j'habite à Paris, en ce moment je me trouve au Burkina Faso en Afrique. Alors moi je voudrais vous parler d'une découverte que j'ai faite ici en me baladant dans les rues de Ouagadougou, la capitale. En fait, dans un petit atelier, je suis tombée sur des objets pas vraiment comme les autres : il y avait des corbeilles, des bracelets, de sacs à main, des tapis et ce qui est étonnant c'est qu'ils n'étaient pas faits en ti (...)

    Salut à tous, moi c'est Éléonore, je suis journaliste freelance. Normalement j'habite à Paris, en ce moment je me trouve au Burkina Faso en Afrique. Alors moi je voudrais vous parler d'une découverte que j'ai faite ici en me baladant dans les rues de Ouagadougou, la capitale. En fait, dans un petit atelier, je suis tombée sur des objets pas vraiment comme les autres : il y avait des corbeilles, des bracelets, de sacs à main, des tapis et ce qui est étonnant c'est qu'ils n'étaient pas faits en tissus, mais en sacs plastiques. En fait c'est l'association "SWOP" qui a eu l'idée de les recycler tout en ayant un impact social positif. Il y avait 2 objectifs principaux qui étaient le travail, l'accès au travail des femmes en difficulté au Burkina Fasso, et l'environnement. D'avoir l'idée de trouver une deuxième vie à ces sacs plastiques en les crochetant avec un crochet, ça permettait aux femmes d'avoir du travail et au Burkina de se débarrasser de ces sachets. Les femmes qui sont une trentaine à travailler ici achètent les sacs plastiques dans la rue à des collectrices, ensuite elles les lavent au savon, elles les sèchent et elles les découpent en fines lanières qu'elles utilisent ensuite pour les crocheter et créer les objets. En tout, elles offrent une seconde vie à une quarantaine kilos de sacs plastiques par mois. Grâce à leur travail, les femmes contribuent à préserver l'environnement, parce qu'ici au Burkina Faso les sacs plastiques sont un vrai fléau. On les utilise beaucoup partout et pour tout. Mais comme il n'y a pas de poubelles, les gens les jettent directement à même le sol et au final on les retrouve partout, dans les rues des villes et dans la nature. Le gros souci, c’est qu'ils sont extrêmement nocifs pour l'environnement, et puis ils mettent des centaines d'années à se biodégrader. C'est donc une menace pour la santé des humains, pour le bétail qui les avale souvent, et puis dans les villes quand ils se mettent dans les systèmes d'évacuation, ils causent parfois des inondations très dangereuses. D'ailleurs ce problème atteint toute l'Afrique de l'Ouest à tel point qu'ici on appelle ces sacs "les fleurs du Sahel". Il y a eu beaucoup de pays qui les ont interdits, c'est le cas du Burkina Faso depuis février 2015. Le problème, c'est que ce n'est pas très respecté. Et puis de toute façon, il n'y a pas de système de collecte, du coup les associations comme SWOP ont un rôle hyper important à jouer dans leur récupération. Et puis, cela permet aussi de lutter en faveur des femmes en leur fournissant un revenu régulier. Henriette, que l'on a rencontrée à SWOP, nous a expliqué que sa vie n'est plus la même.

    Ça a changé beaucoup, et puis être femme au foyer sans rien faire ce n’est pas facile. Ça m'aide beaucoup à m'en sortir dans les petites dépenses familiales, et au niveau de mes enfants aussi ça m'aide beaucoup.

    Les femmes de SWOP vendent leurs créations ici et dans le monde entier. Et chez vous où est-ce que terminent les sacs plastiques ? Allez à plus tard.

    Voir plusmoins
    Publié le 12 janv. 2016
    00:02:54
    Disponible jusqu'au : 19 nov. 2020
    Tous publics
    Tous publics