Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Les Haut-Parleurs

    Boycott au Maroc : le réel pouvoir des consommateurs ?


    Par Maha au Maroc

    #SOCIETE


    Les consommateurs marocains font trembler les multinationales ! En quelques semaines de boycott, les citoyens ont fait perdre des millions de dirhams à trois entreprises, dont Danone. Mais que se cache-t- il derrière ce mouvement, jamais vu auparavant ? Maha a baladé sa caméra dans les supérettes du royaume.

    Ecriture et réalisation : Maha Hasnaoui Rédaction en chef : Hanane Guendil, Hélène Seingier Archives : 19.ma, H24Info.ma, "Always fight with love" : Democracy now !, L'économiste.ma, lesiteinfo.com, TV5MONDE


    Transcription

    (langue étrangère)

    Eh oui, cet homme est en colère face à l'augmentation de certains produits. Comme lui, beaucoup de Marocains ont décidé de boycotter des produits laitiers, d'eau et d'essence, et c'est la première fois qu'on voit un mouvement de consommateurs aussi puissant au Maroc. Je suis (Maha) de Casablanca et je me suis demandée si le boycott est vraiment l'arme idéale pour les consommateurs.

    Tout a commencé en avril 2018, quand des anonymes ont fait un grand (...)

    (langue étrangère)

    Eh oui, cet homme est en colère face à l'augmentation de certains produits. Comme lui, beaucoup de Marocains ont décidé de boycotter des produits laitiers, d'eau et d'essence, et c'est la première fois qu'on voit un mouvement de consommateurs aussi puissant au Maroc. Je suis (Maha) de Casablanca et je me suis demandée si le boycott est vraiment l'arme idéale pour les consommateurs.

    Tout a commencé en avril 2018, quand des anonymes ont fait un grand appel à boycott sur les pages Facebook. En fait, c'était un grand succès, puisqu'en quelques jours, le mouvement des (langue étrangère), c'est-à-dire les boycotteurs, a pris une ampleur incroyable. Il cible trois grandes marques qui monopolisent le marché : Centrale Danone, la marque d'eau Sidi Ali, et la station d'essence Afriquia.

    Elle fait 4,50 dirhams la bouteille de 1,5 litre, alors qu'une autre bouteille d'une société marocaine aussi, fait un dirham de plus par bouteille d'un 1,5 litre. Je trouve que cette différence est vraiment élevée.

    (langue étrangère)

    Cette augmentation des prix est vraiment handicapante, sachant que le salaire moyen d'un Marocain est environ de 4000 dirhams par mois. Et il faut savoir aussi qu'à travers ce mouvement, les Marocains ont voulu viser les fortunes de ce pays, c'est-à-dire qu'Afriquia et Sidi Ali appartiennent respectivement à deux multimilliardaires : Aziz Akhannouch qui est ministre de l'agriculture et aussi homme d'affaires, et Miriem Bensaleh qui est l'ancienne patronne des patrons. Et les produits laitiers dépendent de la multinationale française Danone.

    (langue étrangère)

    Les sociétés qui ont été visées ont été visées parce qu'elles faisaient beaucoup de profits, et surtout parce que vu le monopole qu'ils ont et le peu de concurrence qu'ils ont, ils se permettent des marges un petit peu… que je trouve qui sont insupportables par rapport au niveau de vie du Marocain. On a des sociétés marocaines concurrentes. Lorsque je consomme, j'essaie de trouver le meilleur rapport qualité-prix.

    Concrètement, comment font les Marocains qui boycottent ? En fait, ils achètent des produits des marques concurrentes. Et l'impact est gigantesque, parce qu'en un mois, Centrale Danone a perdu 150 millions de dirhams, c'est-à-dire 20% de son chiffre d'affaires, et pareil pour Sidi Ali, dont sa cote en Bourse a baissé de 17%. Les entreprises ont tellement paniqué, à tel point que le PDG de Danone a fait le déplacement depuis la France pour venir calmer les choses.

    Et bien que je suive la situation de près depuis le début, j'ai souhaité venir moi-même aujourd'hui écouter, rencontrer des consommateurs, des jeunes, des épiciers, les représentants de nos salariés, nos équipes, mais également des agriculteurs, pour écouter le message des Marocains.

    Il faut savoir aussi que d'un autre côté, tous les Marocains ne sont pas forcément pour le boycott et ne voient pas ça d'un très bon œil.

    (langue étrangère)

    Moi, je suis complètement contre ce boycott qui, je pense, initialement, visait à atteindre un certain nombre de dirigeants. Et en fait, je trouve que ça fait complètement l'effet contraire, parce que ça nuit à des gens qui sont dans le besoin et qui travaillent de cette industrie-là.

    Eh oui. Au-delà des patrons, les personnes qui sont le plus touchées, ce sont les agriculteurs, mais aussi les personnes qui travaillent dans ces entreprises. D'ailleurs, plus d'une centaine de salariés de Centrale Danone sont venus manifester en début de juin dernier à Rabat.

    (langue étrangère)

    Et puis, il ne faut pas oublier aussi qu'il y a un risque de manipulation, parce que ce boycott, il est lancé par des anonymes. On ne sait pas qui l'a lancé. Et puis, il y a cette dimension politique, puisque les deux multimilliardaires sont opposés au Parti Conservateur ici. Donc, on se demande à qui profite le crime. En tout cas, c'est la première fois qu'on a un boycott massif au Maroc et les marques ont cédé au bout de trois semaines. Centrale Danone a décidé de ne plus faire de profits sur les laits pasteurisés et Sidi Ali a baissé d'un dirham le prix de la bouteille dans les grandes surfaces.

    Donc, on sent que les consommateurs ont pris conscience de leur pouvoir et on sait que le boycott est une arme économique fatale qui remonte d'ailleurs depuis le dix-huitième siècle et qui est d'autant plus puissant quand il y a un leader clair derrière. Et on peut penser d'ailleurs au boycott aux États-Unis, il y a longtemps, des bus de Montgomery à l'appel de Martin Luther King. En tout cas, pour nous, c'est la première fois et on apprend sur le tas. Et chez vous, est-ce qu'il y a eu des campagnes de boycott efficaces ? Et saviez-vous qu'en tant que consommateurs, vous avez du pouvoir ?

    Voir plusmoins
    Publié le 05 sept. 2018
    00:05:45
    Disponible jusqu'au : 19 nov. 2020
    Tous publics
    Tous publics