Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Les Haut-Parleurs

    Accros au smartphone : peut-on résister ?

    Par Xuman au Sénégal

    #SOCIETE


    Honnêtement, vous pourriez vivre combien de temps sans votre smartphone ? Le rappeur Xuman a posé la question à des jeunes dans les rues de Dakar. Comme des millions d'autres sur la planète, ils sont accros à leur téléphone et aux réseaux sociaux. Mais il est possible de se désintoxiquer !


    Auteur: Makhtar Fall
    Compositeur : Demolisha DeeJays
    Images : Mouride Diop
    Rédaction en chef : Hélène Seingier
    Montage : Under Fx
    Archives : Pixabay et FlickR

    Transcription

    Bonjour. Bienvenue, installez-vous, pour les Haut-Parleurs. Voici les nouvelles d'ailleurs. Notre continent est hyper-connecté, malgré sa population souvent pauvre et illettrée. Rien qu'en Afrique occidentale, 172 millions d'abonnés pour une population totale de 300 millions. Le Sénégal compte environ 8 millions d'internautes, dont 2 500 000 déjà actifs sur Facebook. Les réseaux sociaux ont donc fini de tisser leur toile, du bureau à la maison, jusque dans les cours d'école. L'Afrique est de pla (...)

    Bonjour. Bienvenue, installez-vous, pour les Haut-Parleurs. Voici les nouvelles d'ailleurs. Notre continent est hyper-connecté, malgré sa population souvent pauvre et illettrée. Rien qu'en Afrique occidentale, 172 millions d'abonnés pour une population totale de 300 millions. Le Sénégal compte environ 8 millions d'internautes, dont 2 500 000 déjà actifs sur Facebook. Les réseaux sociaux ont donc fini de tisser leur toile, du bureau à la maison, jusque dans les cours d'école. L'Afrique est de plain-pied dans la révolution numérique, s'adaptant aux évolutions digitales et analogiques. Mais, devons-nous obéir aveuglément à des algorithmes et les laisser nous dicter leur logique. La tête baissée, les yeux fixés sur l'écran, le cerveau éteint, hypnotisé par le cadran, le téléphone portable a rendu les gens si dépendants, que même au milieu de la foule, ils vivent dans l'isolement. On a laissé notre caméra se promener dans la rue, allons donc voir ce qu'elle nous a ramené. Je ne dirais pas non parce que je reste souvent le soir, du matin jusqu'au soir, jusqu'à trois heures du matin. Disons plus de 18 heures. Tant que je ne dors pas, je parle avec. Je ne peux pas rester longtemps sans mon téléphone et sans me connecter. Je dis que c'est quasi-impossible parce que je ne peux pas m'en passer. Au jour d'aujourd'hui, je ne dirais pas que je suis accro, mais je ne pourrais pas m'en passer quand même. Déjà, avec les smartphones, on est au courant de la vie des autres. En plus de ça, on expose notre vie. Et on peut aussi apprendre des choses sur les réseaux sociaux. Ça rend les liens plus forts avec nos amis, et même des fois avec certaines personnes qui ont leurs parents à l'extérieur, ils peuvent avoir des liens plus proches. Une génération de zombies, droguée au buzz et aux trolls, qui colportent les "on-dit", qui se nourrit de hashtags, se glorifie de selfies. Génération de "m'as-tu-vu", ou "as-tu vu ce que j'ai vu" et qui expose toute sa vie. Naviguant au hasard et s'intéressant à peu de choses. La consommation abusive de métadonnées à forte dose peut rendre taciturne, inattentif, d'humeur morose. Cette addiction peut entraîner la dépression ou la névrose. Mais, la tablette n'est pas toute noire, il y a des éclaircies d'espoir. Même si de nos jours, rester deux jours sans téléphone, est un exploit. On peut s'en désintoxiquer, relever la tête, montrer au smartphone que ce n'est pas lui maître. Chacun est figé sur son téléphone et ne communique pas avec l'autre, pourtant, il est tout proche avec cette personne, mais il préfère parler avec une autre personne qui est peut-être loin, à des kilomètres. Je communique moins avec les gens, surtout à la maison. On est tout le temps sur les réseaux sociaux. On était parti à l'anniversaire de ma mère et tout le monde était sur son téléphone. J'en avais marre. J'ai dit : "Hop, c'est fini tout le monde stoppe ça. On est venu pour passer un moment ensemble, mais pas tous à une même table et concentré sur son téléphone. Donc, tout le monde pose son téléphone et on profite de la fête." Dans le futur, le portable sera si présent qu'on se demandera, par le passé, comment on a pu vivre sans. C'était Xuman pour les Haut-Parleurs. Oui, à bon entendeur.

    Voir plusmoins
    Publié le 05 sept. 2018
    00:03:14
    Disponible jusqu'au : 19 nov. 2020
    Tous publics
    Tous publics