Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    David Hallyday

    Invité : David Hallyday, auteur-compositeur-interprète français.

    Suite à la disparition de son père Johnny Hallyday et pris dans la tourmente d'un conflit familial suivi par la France entière, David Hallyday a décidé de s'exprimer par la musique et sort l'album « J'ai quelque chose à vous dire ».

    Présentation : Patrick Simonin.

    Transcription

    Bonjour David Hallyday. Bonjour. C'est un bonheur de vous voir et puis de vous dire que ces 11 chansons sont formidables. Merci beaucoup. C'est un album qui dit : "J'avais envie de vous dire, j'ai quelque chose à vous dire, quelque chose d'important". Un album écrit évidemment dans la douleur, aussi dans une certaine urgence.

    Oui, c'est vrai que généralement, on écrit dans la douleur, mais ce genre de douleur malheureusement nous arrive à tous. Et tous ceux qui sont concernés saven (...)

    Bonjour David Hallyday. Bonjour. C'est un bonheur de vous voir et puis de vous dire que ces 11 chansons sont formidables. Merci beaucoup. C'est un album qui dit : "J'avais envie de vous dire, j'ai quelque chose à vous dire, quelque chose d'important". Un album écrit évidemment dans la douleur, aussi dans une certaine urgence.

    Oui, c'est vrai que généralement, on écrit dans la douleur, mais ce genre de douleur malheureusement nous arrive à tous. Et tous ceux qui sont concernés savent que c'est extrêmement violent de perdre un proche. Et j'ai voulu en faire quelque chose de spécial, de me livrer comme jamais et puis de dire ce que vraiment je ressentais, sur mon vécu par rapport à ça. Et puis aussi pour aller de l'avant, parce que voilà le plan A, c'est se recroqueviller et ne pas avancer ; le plan B, c'est d'aller de l'avant, donc aussi, parler beaucoup… D'amour. …d'amour d'abord, parce que c'est ce qui nous fait aller de l'avant et puis de la force aussi, la force de vouloir y aller. Oui, et pousser un dernier cri. Oui. "Je vous laisse juste un cri", c'est comme ça cette chanson, on va voir les images du clip. C'était ça l'urgence ? C'est ça oui. C'est forcément dans ce que j'ai vécu et toute ma famille évidemment, pas que moi. Et c'est vrai qu'il y a cette notion de vouloir, il y a un mélange de sentiments vraiment très compliqués à gérer. Donc il y a de la colère, mais il y a beaucoup d'amour aussi, il y a énormément de choses. Donc comment "simplifier" tout ça - si on peut employer ce terme-là -, condenser tout ça - ça serait plutôt le terme - et ne retenir que le principal. Donc j'avais déjà des idées très précises sur chaque chanson que j'ai composée, avec les premières phrases généralement. Donc je savais un petit peu où je voulais aller et je l'ai sorti vraiment comme ça, sans revoir la copie derrière, j'ai laissé tout ce qui est sorti. Ça s'appelle "Ma dernière lettre". "Ce que je vous laisse, c'est juste un dernier cri avant le paradis", David Hallyday. "Ce que je n'ai jamais dit, ce que je n'ai jamais dit, ce que je n'ai jamais dit. Puisque demain, je ne pourrai plus rire, loin de ce monde pour de bon, je voudrais qu'on me donne un dernier soupir, pour juste sentir les saisons…"  Il y a ce loup et qui est important, qui symbolise quelque chose aussi, un force.. Eh bien c'est lui, c'est lui, le fédérateur de ce clip. Oui. D'abord, je voulais dire que je suis super fier de ma sœur, parce qu'elle… Oui, c'est Laura, c'est Laura Smet, qui a réalisé le clip.

    Elle a vraiment un talent tellement énorme, dans ce département aussi. Cette Emma, on la connaît très bonne comédienne mais franchement, là, je n'ai rien pu faire, je lui ai laissé carte blanche, c'est elle qui a fait ce clip merveilleux. Je peux vraiment en parler, parce que je ne l'ai pas fait.

    Oui. On va voir d'ailleurs des images de l'enregistrement du clip. Donc c'est en famille, il y avait Tony Franck aussi, photographe magnifique, qui n'était pas loin. Oui, il fait partie de la famille, oui oui oui, depuis que je suis né.

    Voilà. Et faire ce clip comme ça tous les deux, Laura et David, dans ce moment-là, c'était quoi ?

    Eh bien c'est un moment assez extraordinaire, en même temps, assez douloureux aussi, parce que ça rappelle des souvenirs, la symbolique est très forte. Donc voilà, c'était une journée de tournage assez magique. Elle s'est terminée et on ne sait pas si on l'avait vécue, si on l'avait vraiment vécue, en fait, il y avait un côté très mystique, tout au long vraiment, ce qu'on peut regarder. Là c'était avant, pour voir si Ouh là là, qui est le nom du loup d'ailleurs, m'acceptait, on voit qu'il m'accepte bien. Oui, oui, il faut faire attention. Me voilà ravi d'ailleurs, parce que le contraire aurait été compliqué. Mais oui, c'était une journée symbolique pour nous, elle a vécu les mêmes choses que moi, on a vécu les choses ensemble, donc il était évident que ce soit elle qui réalise ce clip. Elle en avait déjà fait un auparavant et donc je savais qu'elle allait bien le faire. Mais franchement, vu le résultat, j'ai été encore plus heureux. Oui. "Je sais à chaque pas, que nous allons nous revoir", dit une des chansons, qui s'appelle "My Reflexion". C'est vrai ça ? Vous allez vous revoir ?

    Bien sûr. Mais après, on peut parler de choses mystiques, ésotériques, c'est compliqué de parler de ça à la masse populaire. Parce qu'il y en a qui sont très terre-à-terre, qui n'y croient pas, puis il y en a qui croient qu'il y a vraiment quelque chose au-delà, qui nous entoure. Moi, je fais partie des gens qui pensent que la nature est tellement bien faite et tellement puissante, quand on s'approche un peu et puis qu'on prend le temps de regarder, je ne peux pas m'imaginer une seconde qu'il n'y ait rien. Parce qu'on ressent des vibrations, on ressent tous plus ou moins, à une échelle différente, les choses qui nous entourent et ce n'est pas pour rien.

    Oui. Une chanson qui s'appelle "Seul au monde", mais qui dit : "Je sais que je ne suis pas seul". Vous n'êtes pas seul David, Laura est là et finalement vos parents, à qui vous dédiez ce disque, votre père aussi est là.

    Bien sûr. Il y a tous les gens qu'on a aimés, qu'on aime et qui nous ont aimés aussi, qui sont toujours autour de nous, oui bien sûr. Il y a la citation, c'est la seule, qui est une chanson de Johnny, c'est "Que je t'aime"… Oui. …qui est dans le texte. Oui oui, exactement, oui. Ça compte ça ?

    On l'a un peu fait exprès. Un peu exprès, oui. Mais ça compte ce cri d'amour, comme ça ? Bien sûr, oui. "Quelques cris" d'ailleurs, il y a aussi là-dessus, sur l'album. Oui oui, la vie est faite un peu comme ça, oui.

    Oui. Comme des loups au fond, on est un peu animal ? C'est ça, c'est ça oui, oui.

    Et tout ça se retrouve dans cette musique, David. On était ravis David, de se retrouver. Eh bien merci beaucoup. Cet album est vraiment magnifique. C'est gentil, merci. Il y a beaucoup de force, tout est extraordinairement touchant et la musique est merveilleuse. Mais c'est quand même le rock. Bravo à Arno Santamaria, Julie D'aimé et Lionel Florence, avec qui j'ai beaucoup travaillé et qui sont des auteurs incroyables ; et qui ont réussi à transcrire vraiment toutes les émotions et tout ce que j'ai pu leur dire. C'est quelque chose de très très difficile, de mettre des mots sur des sentiments et ils l'ont fait vraiment à merveille, donc voilà.

    Oui. Et retrouver le public là, avec ces chansons-là… Oui. Eh bien c'est très fort. Évidemment, avec tout ce qu'on a raconté, tout ce qu'il y a de plus beau et tout ce qu'il y a de moins beau, les gens ont vécu les mêmes choses, finalement. Et quand je chante ces chansons, ils les vivent aussi avec moi et c'est un partage exceptionnel. Et c'est pour ça qu'en tournée le public, il y a vraiment quelque chose de…une émotion énorme qui se passe entre nous et c'est ce qui me fait avancer aussi.

    Oui. Est-ce qu'on pourrait dire, la douleur qu'engendrait aussi… Ils y sont pour quelque chose, oui. La douleur qu'engendrait tout ça, s'est transformée en amour ? Oui ?

    Voilà, c'est ça, exactement, il faudrait qu'il y en ait encore plus.

    Merci, David Hallyday. Merci à vous. C'est un grand bonheur. On salue tous ceux qui nous écoutent, même Sylvie Vartan, si elle nous écoute à Los Angeles. Je ne sais pas si elle est…

    Eh bien non seulement là, mais oui, il y a la famille… La famille, tout le monde. Et puis, je vois ce plateau, quand je vais en vacances de temps en temps, je le vois de 12 kilomètres, donc là je… Et on les embrasse et Laura, voilà. Allez ! Et tous nos potes aussi, de l'étranger. Salut alors, David, à bientôt David. À bientôt, merci.

    Voir plusmoins
    00:08:08
    Tous publics
    Tous publics