Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Bertrand Piccard, André Borschberg

    Invités : Bertrand Piccard, André Borschberg.

    Bertrand Piccard est psychiatre et aéronaute, André Borschberg est pilote. Les deux Suisses ont réalisé le tour du monde avec Solar Impulse.

    Présentation : Patrick Simonin.


    Transcription

    Le tour du monde à bord d’un avion solaire, ils ont fait l’exploit Bertrand PICCARD, André BORSCHBERG, sont mes invités. Objectif Soleil, c’est le récit de leur exploit. C’est 15 années d’aventure, Bertrand PICCARD, qui ont été réalisées. Tous les deux, à bord de cet avion incroyable, sans aucune goutte de carburant.

    Mais c’était le but, montrer que les technologies propres, les énergies renouvelables peuvent faire des choses impossibles. Voler jour et nuit, perpétuellement dans un (...)

    Le tour du monde à bord d’un avion solaire, ils ont fait l’exploit Bertrand PICCARD, André BORSCHBERG, sont mes invités. Objectif Soleil, c’est le récit de leur exploit. C’est 15 années d’aventure, Bertrand PICCARD, qui ont été réalisées. Tous les deux, à bord de cet avion incroyable, sans aucune goutte de carburant.

    Mais c’était le but, montrer que les technologies propres, les énergies renouvelables peuvent faire des choses impossibles. Voler jour et nuit, perpétuellement dans un avion et essayer ensuite d’appliquer ces mêmes technologies-là dans notre vie de tous les jours.

    Oui, et pouvoir faire 43 000 km.

    Vous savez, si ce n’est pas le tour complet de la planète, les gens ne nous prennent pas au sérieux. Il faut montrer quelque chose qui parait impossible, arriver à le réaliser, et entraîner les gens ensuite dans ce mouvement, dans ce rêve. Montrer que le rêve est possible, mais montrer aussi et c’est ça qu’on fait, avec André, dans ce livre, c’est de montrer que pour arriver à réaliser ses rêves, il faut aussi passer à travers beaucoup de doutes, beaucoup de peur, beaucoup de problèmes, beaucoup de difficultés.

    Vous êtes aussi pilote de chasse, André BORSCHBERG. Et là, c’est un rêve avec évidemment Bertrand, d’avoir pu réussir cet exploit, c’est une autre vie aujourd’hui qui commence.

    Mais c’est un rêve qui se construit d’abord quand on est tout petit. Je pense autant Bertrand que moi. On était passionné par ce qu’on a vu, lui ce qu’il a vu aux États-Unis, moi ce que j’ai lu au travers des livres que je lisais à l’âge de 12 ans. Et finalement, ce rêve se construit à ce moment-là. Et je pense qu’on est tous les deux attirés aussi par ce qui est, je dirais, nouveau, inconnu, peut-être difficile à atteindre. C’est stimulant, et ça, c’était notre base commune. De l’autre côté, on est complètement différent, lui est psychiatre, moi je suis ingénieur. Lui est explorateur, moi je suis entrepreneur.

    Et pilote de chasse, je le disais.

    C’est là que c’est devenu intéressant, et c’est ce qu’on peut lire dans le bouquin.

    C’est presque un livre de thérapie de couple à certains moments.

    C’est publié chez Stock, l’aventure Solar Impulse. On va voir des images de cette aventure. Quelques-uns des grands moments. Quand on dit ça fait rêver des millions de personnes qui suivaient cette aventure à travers le monde Bertrand PICCARD, c’était ça aussi le but, c’était de faire rêver.

    C’était de faire rêver, mais plus que ça, montrer que le rêve est possible parce que vous savez, il y a des tas de gens dans leur vie qui vivent dans la dépression et dans l’angoisse parce qu’ils ont des rêves et des espoirs, mais il ne se donne pas les moyens de passer à travers leur peur pour y arriver, pour les réaliser, pour les accomplir. Et nous, on veut vraiment montrer ce message qu’il y a tellement plus de choses qui sont possibles que ce qu’on croit. La vie est une aventure qu’il faut arriver à dompter.

    Oui et quand on est à bord de Solar Impulse, qu’est-ce qu’on ressent le plus finalement ?

    La magie de voir le soleil, de voir tourner les 4 moteurs électriques avec des hélices à côté du cockpit, avec aucun bruit, aucune pollution, aucun carburant et savoir qu’on peut voler aussi longtemps qu’on veut. Et ça, c’est comme de la science-fiction sauf que c’est aujourd’hui, c’est possible aujourd’hui. Et c’est ça, la chose la plus incroyable, on a l’impression de décoller dans le futur, et puis malheureusement quand on atterrit, de revenir dans le passé où il y a toujours de la pollution, du gaspillage, des moteurs à combustion, toutes les vieilles technologies.

    Ce qui est incroyable c’est qu’il y avait 17 248 cellules photovoltaïques parce que c’est un exploit technologique André BORSCHBERG.

    Le but était d’avoir un avion qui puisse voler pratiquement de manière éternelle, sans limites. Quand Bertrand avait fait le tour du monde en ballon, il s’est posé avec un tout petit reste propane, il s’était dit à l’époque : "est-ce que je ne peux pas me séparer, finalement, de la dépendance de l’énergie que je dois prendre à bord ?" Donc, l’idée était de construire un avion qui peut voler pour toujours. En fait, le maillon faible finalement c’est le pilote. Le vol le plus long était de 5 jours parce que le pilote lui doit être remplacé, pas qu’il était trop vieux, mais peut-être trop fatigué. Donc, ça nous a amenés à avoir un avion solaire pour la source d’énergie, un avion électrique parce qu’il est le plus efficient. C’est une démonstration d’efficacité énergétique.

    C’était le rêve de Jules VERNE un peu ça.

    Jules VERNE, ce qui est fantastique c’est que ce n’est pas un auteur de science-fiction, c’est un auteur d’anticipation. C’est-à-dire que tout ce qu’il a imaginé s’est réalisé, même la lune. C’est là qu’on voit à quel point dans la vie de tous les jours on se limite soi-même. On devrait être beaucoup plus ambitieux, rêver beaucoup plus, accomplir beaucoup plus de rêve. Alors, pour nous c’était le tour du monde en avion solaire, pour d’autres gens, c’est peut-être de développer leur pays, de lutter contre la pauvreté, de soigner des malades. Il y a des tas de choses qu’il faut faire et il faut se donner les moyens d’y arriver. Sinon la vie reste misérable.

    Ça va à 75 km/h pour faire le tour du monde.

    Mais c’est ça qui est magnifique. Le but n’est pas d’arriver le plus vite possible à destination, le but est d’y arriver d’une manière complètement différente. Donc, ça vous donne la possibilité de vivre le moment présent, si vous prenez un jour de plus, ce n’est pas dramatique. Et c’est cette vie d’un moment présent qui est pour nous, et qui était pour nous, l’expérience je dirais la plus forte de tous ces vols.

    Oui, regardons ces images, encore, qui sont extraordinaires parce que… Bertrand PICCARD, je dis que là, on se dit : on est en train de faire quelque chose de surhumain.

    Ce n’est pas de surhumain, c’est quelque chose qu’on croit être impossible et qui est quand même possible. Et c’est le résultat d’un travail d’équipe, c’est le résultat de notre amitié, de notre complémentarité, on s’est remis en question, on a dû inventer des nouvelles manières de penser et en fin de compte, ça se fait. C’est bien pour ça que quand on parle de changement climatique, protection de l’environnement, de développement social, on croit toujours que c’est impossible, on croit toujours qu’on n’y arrivera pas, mais on peut très bien y arriver aussi.

    C’est une question d’état d’esprit. Si vous dites que 5 jours et 5 nuits ça va être long, très long, c’est vrai que ça va être insupportable. Si vous dites que c’est une expérience extraordinaire et peut-être que 5 jours ne sont pas assez, 6 seraient mieux, 7 encore mieux, vous le vivez complètement différemment.

    Oui, mais il y a l’aventure, il y a les tempêtes, il y a les risques de panne.

    Alors, c’est vrai que c’est un avion qui était difficile à manier, qui ne pouvait pas affronter des tempêtes, mais il faut bien se rappeler, le premier ordinateur avait la taille d’une maison. Maintenant on en a tous un dans la poche avec notre téléphone. Et Solar Impulse, il est grand, il n’est pas maniable, il est difficile à piloter, mais je vous promets que dans moins de 10 ans, il y aura des avions électriques qui transporteront 50 passagers sur du court à moyen-courrier. Et ça, ça va arriver. Le mouvement est lancé, les gens voient que c’est possible, et beaucoup de constructeurs aéronautiques qui riaient de nos projets il y a 13 ou 14 ans, maintenant ont lancé des programmes d’aviation électriques. Ça va arriver.

    Regardez ! Ces images-là sont incroyables parce que c’est beau finalement. Un avion qui n’a pas de carburant et qui vit finalement avec le soleil.

    Mais vous vous rendez compte que si cet avion vole avec le soleil, que le soleil suffise pour le faire voler, c’est parce qu’il est extrêmement efficient. Il ne gaspille pas d’énergie. On a des moteurs qui ont 97 % de rendement, on a des matériaux ultramodernes, ultralégers, on a l’envergure d’un 747 pour le poids d’une voiture. Ça montre bien les progrès fantastiques que la technologie nous permet de faire.

    Ils disent 12, 13, 14 ans de travail pour en arriver là.

    Ce n’était pas de développer une nouvelle technologie, c’était de trouver la manière de mettre ensemble les meilleures solutions techniques pour arriver à construire cet avion, qu’il puisse voler pratiquement de manière éternelle. Et c’est finalement la question qu’on a tous les jours dans notre vie. L’industrie automobile n’a jamais réussi à construire une voiture électrique digne de ce nom. Il a fallu avoir quelqu’un de l’extérieur, qui vienne avec une autre approche, qui s’appelait Elon MUSK pour nous proposer la Tesla. C’est ça le défi aujourd’hui. C’est ça le défi qu’on a aussi dans le domaine de l’aviation, mais pas seulement dans le domaine de l’aviation, dans les énergies. Comment est-ce qu’on peut utiliser ces technologies pour être efficient dans notre vie quotidienne. On peut l’être, je dis toujours qu’on peut réduire de 50 % les consommations d’énergie si on utilise les technologies qu’on a à disposition.

    C’est pour ça que le but maintenant, c’est d’amener d’ici moins de 2 ans, 1000 solutions rentables et efficientes pour protéger l’environnement.

    Merci beaucoup Bertrand PICCARD et André BORSCHBERG d’avoir été nos invités. Ça s’appelle donc : Objectif Soleil, l’aventure Solar Impulse, c’est publié chez Stock. Quelle belle aventure. Merci d’avoir été avec nous.

    Merci beaucoup Patrick.

    Voir plusmoins
    00:08:18
    Tous publics
    Tous publics