Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Marc Déry

    Invité : Marc Déry, auteur-compositeur-interprète québécois.

    Il est le fondateur des groupes musicaux mythiques « Les Colocs » et « Zébulon ». Marc Déry fête vingt ans de carrière sur la scène des Francos et sort un cinquième album solo « Atterrissage ».

    Présentation : Patrick Simonin. Depuis les Francos de Montréal.


    Transcription

    Marc Déry, première. C'est moi. C'est là, c'est parti Marc. On est sur une scène… Sur la scène Loto-Québec aux Francofolies.

     Et là, qu'est-ce qu'il va se passer dans quelques heures ? Je vais faire mon premier concert depuis longtemps aux Francofolies en tant que moi-même ,en tant que Marc Déry. C'est très excitant. Je viens de finir un album avec ces messieurs en plus. C'est pour commémorer les 20 états de mon premier album solo. C'est bien excitant, c'était les mêmes gars qui ét (...)

    Marc Déry, première. C'est moi. C'est là, c'est parti Marc. On est sur une scène… Sur la scène Loto-Québec aux Francofolies.

     Et là, qu'est-ce qu'il va se passer dans quelques heures ? Je vais faire mon premier concert depuis longtemps aux Francofolies en tant que moi-même ,en tant que Marc Déry. C'est très excitant. Je viens de finir un album avec ces messieurs en plus. C'est pour commémorer les 20 états de mon premier album solo. C'est bien excitant, c'était les mêmes gars qui étaient avec moi. Marc Déry qui fait un concert en tant que lui-même, c'est drôle. Je suis dans le groupe Zébulon. Ex-Zébulon Un ex-Zébulon, mais Zébulon qui a repris du service, fait des tournées à n'en plus finir. Je viens de finir un album en solo. 20 ans plus tard, c'est mon cinquième.

    C'est ça. Et là, tout le monde installe parce que c'est ça le concert. Il y a du boulot. Il y a du boulot. Eux travaillent, et moi je bavarde. C'est parfait. C'est parce que, regarde, c'est marqué "artiste". L'artiste a tous les droits. 

    Il est écrit "diva", aussi. Il y a quand même une info, le monde est rendu Peace. Ouais. C'est vrai, ça. Ce n'est pas vrai, mais… Si, le monde est tellement merveilleux, il n'y a pas de guerre, tout le monde s'aime, les religions s'entendent bien. C'est vrai… Ça a pris un temps, mais maintenant ça y est. Il fallait le chanter, il fallait le dire pour que tout le monde le sache. 

    Ce que je me disais, c'est qu'il fallait commencer par la chanter, c'était pour arriver ça fait 20 ans de ça. Ça arrive, non.

    Enfin une chanson optimiste. Ça s'appelle "Le monde est rendu peace". Un peu sarcastique, mais ça se voulait…  

    J'avais lu quelque part que certains moines sont tellement dans le positivisme qu'à un moment donné, ils sont dans une mare de boue, puis ils voient de l'eau claire. Pour eux, ils se baignent dans de l'eau pure. Je trouvais ça intéressant. Je me suis dit que j'allais commencer tout de suite. Je suis encore dans la mare de boue, mais… Voilà, regardez. …je ne désespère pas.

    Marc Déry. Aujourd'hui j'ai vu Un rabbin d'Outremont Sur une terrasse en prenant le pastis Avec un skinhead et un péquiste Tout est beau tout est possible Alléluia I believe Y a des images qui hypnotisent le monde est rendu peace

    Ça fait du bien, Marc, d'entendre des bonnes nouvelles comme ça.

    Le monde est rendu beau, le monde est rendu peace. C'est vrai, non ?  On a vu, les religions sont dehors. Chose du passé, monsieur. 

    Merci d'annoncer de si bonnes nouvelles. Et tout ça, ça coûte 20 piastres, comme on dit ici. 20 piastres à peine. C'est le prix d'un disque. Le prix d'un disque, quoi.  Je dis ça parce que c'est le titre d'une chanson. On dit "20 piasses". Ouais, 20 piasses.  Piasses. Piasses.  C'est "piastres", mais on fout le camp avec le "-tre". C'est "piasses". C'est pour pas dire "20 dollars" ?  On pourrait dire 20 dollars, mais ça ne rimait pas. "Le temps que j’me refasse, t’aurais pas ça sur toi vingt piastres."  C'est ça, la chanson.  Ouais, c'est ça.

    "Le temps que j'me refasse." En fait, j'avais écrit une chanson un peu "preacher". Je cherchais un refrain pour désamorcer tout ça… Un peu comment ? "Preacher". 

    J'aimerais bien… On va sous-titrer. "Preach, to preach. Ça veut dire quoi en français de France ? Un prêcheur… C'était une chanson "prêcheresse". Et je cherchais une phrase pour désamorcer ça. Et il y a un gars, comme je cherchais, (chantonnant), je marchais sur la rue en revenant d'un resto, il me dit : "Tu n'aurais pas sur toi 20 piastres ?" Je dis : ""Tu n'aurais pas sur toi 20 piastres…" Mais ça fonctionne. Voilà, merci beaucoup ! C'est lui l'auteur de la chanson, alors ? Un peu. Mais il n'y a pas de droit, je lui ai donné 20 piastres. Ce n'est pas cher. Non, ce n'est pas cher.

    Ça inspire des chansons, des mots qui claquent comme ça. 

    C'est le rythme des mots qui m'inspire. 

    C'est beau, ça : jouer avec les mots. On aime ça, au Québec. Beaucoup. J'imagine qu'en France aussi.

    Oui, mais vous avez des expressions… Le mieux, c'est d'écoutez… Allons-y.

    C'est gratuit, exceptionnellement pour ceux qui nous écoutent sur TV5 Monde. D'accord. Marc Déry. Hey, t’aurais pas ça sur toi vingt piastres T’aurais pas ça sur toi vingt piastres Le temps que ça se replace un peu Un tout petit peu, un tout petit peu

    L'argent voyage, Marc. Le piastre…  La pièce voyage, on a fait ça de photo en photo. Ça a pris trois jours à faire tout ça, pour trois minutes. C'était palpitant, mais fatiguant.  On a retrouvé l'argent, ou pas ? L'argent, je ne l'ai jamais revu moi-même. Mais je crois qu'on l'a récupéré, j'espère.  C'est bon de s'amuser quand même. C'est fun.

    Il y a quand même un humour sur le monde, une poésie sur le monde. C'est un peu une chronique sarcastique, avec un certain détachement je dirais.

    C'est l'envie de chanter ça, d'être en solo, d'être soi-même.

    C'est ma façon d'exprimer ma vision du monde, sans trop être lourd. Je veux que ça passe légèrement, même si c'est percutant. Devenu Zébulon ? Qu'est-ce que c'est, être un Zébulon ?  Être un Zébulon, c'est un joyeux zig. Pendant des années, on a tourné… Un carton. Non, on a fait un carton. Un groupe star au Québec.

    Zébulon qui était le personnage du Manège Enchanté, un dessin animé que vous aviez sûrement partout dans la francophonie. Et Zébulon, c'était le magicien qui disait "Tournicoti, tournicoton".

    Ça vous inspire un groupe, ce manège enchanté ? Pourtant, je trouvais ça plat, personnellement, le Manège Enchanté. Mais le bonhomme était intéressant.

    C'est un peu l'inspiration. Après, bassiste chez Les Colocs. Les Colocs… Les Colocs, c'est un groupe mythique ici. C'est vrai. J'ai eu la chance de fonder ce groupe avec Jimmy Bourgoing et Dédé Fortin, et aussi Louis Léger dans le tas. En même temps que Zébulon faisait Les Colocs. À l'époque, tout le monde jouait avec tout le monde, c'est une espèce de commune sur le plateau. C'était fun. Et puis, il y avait Jean Leloup. Tout le groupe, tout le monde était ensemble. Ça faisait des groupes, puis on se produisait un peu partout. Et les Colocs en est un. Zébulon est sorti de ça aussi. Ici, on est dans un endroit, on ne peut pas le voir, mais il y a un jardin. Le public d'ailleurs va arriver dans pas longtemps. Nous, on va devoir partir parce que là… Vous pouvez rester, vous êtes invité, il y a des victuailles… Mais là, les musiciens ont presque terminé l'installation. C'est le moment où ça va démarrer. On va faire les tests de son. Ça va démarrer. Et là, on se dit quoi, Marc ? "Il va falloir faire chauffer tout ça" ? Je suis en forme. J'ai juste hâte parce que j'ai… Avec les réseaux sociaux, aujourd'hui, on tâte le poux.Je reçois plein de mots d'amour de partout. "On a hâte de te voir, ça va être cool, ça va être malade !" Je suis excité.

    Ça va être malade !  C'est le dernier texto que j'ai eu. "Ça va être malade !"  Merci, Marc. Merci beaucoup, Marc, à bientôt.

    Voir plusmoins
    00:08:16
    Tous publics
    Tous publics