Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Enki Bilal

    Invité : Enki Bilal.

    Enki Bilal, l´un des plus grands auteurs de la bande dessinée contemporaine, est de retour avec « Bug », un voyage vers l´apocalypse, provoquée par la dépendance de l´humanité à Internet. Un récit d´anticipation glaçant où Enki Bilal retrouve son style classique de narration avec ses couleurs légendaires.

    Présentation : Patrick Simonin.

    Transcription

    Un des plus grands artistes de la bande dessinée,

    Enki BILAL est avec nous pour son nouvel album événement,

    bonjour Enki BILAL.

    Ça s'appelle Bug. C'est un bug incroyable, on est en 2041,

    c'est un récit d'émancipation qui est fascinant,

    parce que, évidemment le monde entier va se retrouver

    pris dans une sorte d'apocalypse.

    Du jour au lendemain, tout le réseau numérique mondial,

    la toile (...)

    Un des plus grands artistes de la bande dessinée,

    Enki BILAL est avec nous pour son nouvel album événement,

    bonjour Enki BILAL.

    Ça s'appelle Bug. C'est un bug incroyable, on est en 2041,

    c'est un récit d'émancipation qui est fascinant,

    parce que, évidemment le monde entier va se retrouver

    pris dans une sorte d'apocalypse.

    Du jour au lendemain, tout le réseau numérique mondial,

    la toile web, tout est asséché, tout disparaît, en une fraction de seconde,

    plus un numéro de téléphone, plus une centrale nucléaire qui fonctionne,

    plus un avion en vol qui fonctionne, c'est une catastrophe absolument planétaire.

    L'explication, je ne la donnerai qu'à la fin, mais c'est vraiment…

    je dois dire que si j'avais dû traiter de manière très réaliste ce sujet,

    ça aurait été le chaos au bout de 24 heures, 48 heures maximum.

    C'est ce qui arriverait si ça devait se produire vraiment.

    Et il y aurait plus d'histoire, voilà.

    Donc c'est une fable, un polar, une fable,

    mais moi je passe outre cette espèce de catastrophe que ça devrait logiquement être.

    Quand je dis un récit d'émancipation,

    c'est-à-dire que on voit les conséquences de ce bug.

    C'est-à-dire qu'il n'y a de plus d'internet,

    il n'y a plus de mémoire, il n'y a plus rien.

    On a tout confié, petit à petit, on est en 2041, donc c'est demain,

    il y a une telle addiction, moi le premier,

    on a tout confié, une forme de paresse, à des disques durs etc…

    en se concentrant sur d'autres choses sur la communication etc…

    si jamais un tel accident arrive, c'est effectivement le chaos,

    donc moi je veux quand même raconter une histoire,

    c'est une façon aussi d'interroger, de poser la question,

    de savoir est-ce qu'on s'est pas trop engagé,

    de manière un peu inconsidérée, dans une espèce de course en avant ?

    Une déshumanisation, vous employez le mot.

    Voilà, mais en même temps,

    c'est l'humain qui m'intéresse aussi dans cette histoire

    parce qu'il a quand même une filiation,

    ce qu'il faut dire c'est qu'il y a un des personnages,

    un des protagonistes, hérite de tout ce qui a disparu,

    donc c'est là que les choses se compliquent, et c'est là qu'on rentre dans le récit.

    C'est incroyable parce qu'évidemment, ça se passe entre la Terre et le ciel,

    entre un astronaute qui est en mission, qui revient de Mars,

    et qui va se retrouver pratiquement détenteur à son insu,

    de toute la mémoire de l'humanité.

    En fait, l'histoire m'est venue d'une manière très simple,

    je pensais à bug, le terme bug

    parce que si on regarde un peu l'avenir qui se profile dans les dix ou vingt ans,

    il est truffé de numérique.

    Je veux dire, Elon MUSK veut envoyer des hommes sur Mars,

    c'est pendant dix ans.

    On a le transhumanisme, on a la robotique, on a l'intelligence artificielle,

    tout ça c'est lié par le numérique, par le digital,

    et imaginons tout d'un coup que ça disparaisse, et le mot bug qui s'impose.

    ensuite bug, le sens en anglais : bestiole, petit insecte,

    et puis Mars, je pense à alien,

    et tout d'un coup, j'ai tous les éléments pour lancer le bug,

    et pour lancer cette histoire.

    Je me sens un peu comme un chercheur, je vais avancer,

    je vais un peu au fur à mesure dans ce récit,

    en essayant de découvrir quelles sont les zones

    qui vont définitivement nous poser problème, voilà.

    Oui, et évidemment, les conséquences sont, on le disait, énormes.

    Les avions s'écrasent, les hommes meurent

    parce que ils ont des coeurs qui sont liés à l'informatique,

    et donc tout ça a des conséquences incroyables

    et puis cet homme-là finalement, qui a une trace sur le visage,

    découvre qu'en fait, il va devenir l'objet, évidemment, d'une convoitise planétaire.

    Absolument, et lui, en même temps, il ne pense qu'à une seule chose,

    c'est retrouver sa fille qui vient d'être enlevée,

    qui est enlevée parce que précisément on va essayer de le faire venir,

    de le faire sortir du bois parce que tout le monde s'intéresse à lui :

    les États, les mafias, les industriels, les individus.

    Vous imaginez, vous détenez tout.

    Vous détenez de quoi refaire marcher

    ou un téléphone portable, à titre totalement individuel,

    ou une industrie ou quasiment un pays.

    Oui, ce qui est fascinant, c'est que c'est un suspense imparable,

    finalement une course poursuite.

    C'est… oui, ça commence.

    C'est une course poursuite pour la vie, pour l'humanité,

    pour ce qui reste de l'humanité, cet homme représente ce qui peut…

    Oui, mais c'est l'unique espoir, parce qu'on est tout d'un coup tous démuni,

    moi je serais le premier démuni, perdu,

    par exemple il y a eu un bug absolument énorme gare Montparnasse,

    bon, tout le réseau a été bloqué, on s'est rendu compte à quel point

    c'est impactant pour nos habitudes, pour notre façon de vivre,

    donc imaginez si tout devait s'arrêter du jour au lendemain,

    tout ce qui tient au numérique, ce serait terrifiant.

    Donc voilà, l'idée c'est pas de se complaire dans le dans ce chaos,

    l'idée c'est surtout de cheminer avec ce personnage,

    et avec ses motivations qui sont celle de survivre, et d'essayer de retrouver sa fille.

    Oui, à un moment, il y a un personnage qui dit :

    on va essayer de trouver des gens plus âgés

    parce que ceux-là n'ont pas été totalement absorbés par cette..

    j'allais dire, ce système d'intelligence artificielle qui leur échappe

    et qui ont gardé encore des réflexes de mémoire humaine.

    Mémoire humaine à l'ancienne : qui note sur papier, qui ont des livres,

    qui ont une mémoire constituée.

    Il y a également, par exemple les pilotes des avions anciens,

    des avions d'aujourd'hui par exemple,

    qui sont encore pilotables manuellement.

    On fait appel à des vieux pilotes, environ 80 balais, 75 balais,

    et ils reprennent les commandes de vieux coucous.

    Ça, c'est presque c'est… c'est pas une démonstration ça,

    ce sont des effets presque inhérents au récit.

    Je me suis posé la question, eh bah oui ça, ça va marcher, ça peut marcher.

    Oui, et quand on dit : c'est un récit, c'est à dire qu'au fond,

    tout ce que vous racontez peut être vrai demain.

    Je suis pas sûr que ça puisse arriver de manière aussi radicale.

    Je pense qu'il y a des pare-feux, il y a…

    les scientifiques vous diront qu'il y a de…

    voilà, il peut y avoir des cyberattaques, il peut y avoir des choses…

    On a connu à TV5 Monde une cyberattaque.

    Je sais.

    Écran noir, oui.

    Absolument, mais d'un point de vue aussi radical, non.

    Je crois que c'est pas possible,

    c'est pour ça que mon explication est totalement…

    comment dire… imparable.

    Donc évidemment, je vais pas la donner aujourd'hui,

    mais en tout cas c'est… mais en tout cas, ça pose vraiment la question,

    je pense que chacun peut se dire,

    se poser simplement la question de son rapport simplement à son téléphone portable.

    On connaît, vous connaissez deux numéros à peine par coeur.

    Moi, j'en connais deux pas plus.

    Avant, j'en connaissais dix, et puis je notais.

    Là, vous êtes perdu.

    …oublier les numéros de la force de frappe,

    on pourrait oublier oublier un certain nombre de choses,

    voilà, on en dira pas plus.

    Mais derrière tout ça, finalement ,c'est un cri pour l'humanité, Enki BILAL,

    ce que vous lancez là, c'est une alarme.

    Je ne me sens pas lanceur d'alerte, j'ai un côté un peu…

    pointer du doigt, je cherche pas à pointer du doigt

    parce que moi même,je suis dans la galère et dans l'aventure,

    parce que c'est à la fois une galère et une aventure,

    c'est une sublime aventure, le numérique.

    Mais non, je m'amuse d'un sujet qui me paraît essentiel.

    C'est notre avenir qui est là,

    et quand je dis avenir, ça commence aujourd'hui, c'est notre présent,

    et aussi, c'est notre passé, c'est notre mémoire,

    donc tout est extrêmement lié.

    Tout d'un coup, on a notre mémoire qui commence à boiter quelque part,

    puisqu'on la relègue, on la met dans des disques durs

    en disant c'est bon je le mets de côté, je garde,

    je pourrais toujours m'en servir,

    mais si jamais il arrivait ce bug ou un bug de ce type là,

    la mémoire, on leur a pas retenue, on l'aura pas maîtrisée.

    Mais c'est demain 2041.

    Bien sûr, bien sûr.

    C'est vrai ? C'est très…

    Et donc c'est pas vraiment un récit de de science-fiction,

    c'est plus à anticipation prospective.

    C'est une prospective sur ce que nous sommes en train de faire de notre monde,

    avec son côté absolument incroyable et révolutionnaire,

    parce que vraiment quand je parlais de transhumanisme,

    ça fait peur et c'est très étrange, quand je parle de robotique,

    tout ça, c'est en train d'entrer dans nos vies.

    Et voilà, est-ce que c'est pas non plus, à un moment donné,

    quelque chose qui peut se retourner contre nous.

    Merci beaucoup Enki BILAL, ça s'appelle Bug,

    voici le livre 1 publié toujours chez Casterman,

    d'une série dont on n'a pas fini de parler.

    On était très heureux Enki.

    Merci.

    À bientôt.

    Merci.

    Voir plusmoins
    00:08:22
    Tous publics
    Tous publics