Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Yann Arthus-Bertrand

    Invité : Yann Arthus-Bertrand, photographe, reporter et réalisateur français.

    Alors que les gilets jaunes se mobilisent en France, Yann Arthus-Bertrand réagit à la confrontation entre les défis du monde et les soucis de fin de mois. Son nouveau livre « Laudato si' » est une illustration photographique de l'encyclique du pape en faveur de la planète.

    Présentation : Patrick Simonin.

    Transcription

    Bonjour Yann Arthus-Bertrand. Bonjour. Combattant infatigable pour l'environnement, en plus bien sûr d'être le photographe que l'on connaît. On va parler, dans quelques instants, de ce livre Laudato si'. Mais d'abord, je voudrais vous demander ce que vous pensez des annonces d'Emmanuel Macron. Est-ce que, au-delà évidemment de satisfaire les Gilets jaunes en France, c'est un véritable pas pour l'écologie en France ? J'ai envie de parler de la fin du monde et ces gens-là parlent de leur fin de mo (...)

    Bonjour Yann Arthus-Bertrand. Bonjour. Combattant infatigable pour l'environnement, en plus bien sûr d'être le photographe que l'on connaît. On va parler, dans quelques instants, de ce livre Laudato si'. Mais d'abord, je voudrais vous demander ce que vous pensez des annonces d'Emmanuel Macron. Est-ce que, au-delà évidemment de satisfaire les Gilets jaunes en France, c'est un véritable pas pour l'écologie en France ? J'ai envie de parler de la fin du monde et ces gens-là parlent de leur fin de mois. C'est en effet dramatique la façon. Il y a eu un emballement. Il y a un ras-le-bol. Il y a un ras-le-bol. L'histoire du patron de Renault n'a pas arrangé les choses. Pour moi, il y a un ras-le-bol. Il y a vraiment une France qui souffre et qui ne comprend plus. A laquelle on ne peut pas parler d'écologie, qui a d'autres préoccupations. On peut leur parler d'écologie mais il faudrait, dans ce cas-là, que nos dirigeants soient exemplaires, ce qu'ils ne sont pas. Au-delà, on sait bien que le défi est là. Il faut remplacer le diesel. On a remplacé le diesel. Alors qu'on savait que le diesel était cancérigène, on a continué à faire tourner ses machines et ses moteurs qui faisaient du diesel pendant des années, alors qu'on savait. Il y a une espèce de déni collectif qui est inquiétant. Il y a un manque de courage politique. La COP21, c'était l'engagement d'un pari pour l'humanité. Vous y avez cru, Yann Arthus-Bertrand ? Je crois que les politiques font leur boulot, comme ils peuvent, mais on vit en démocratie. En fin de compte, il y  a toujours la vision électorale et la personne qui décide. On a les hommes politiques qu'on mérite. Mais un exemple sur la COP 21, vous savez que tous ces gens s'étaient rassemblés à la COP21 pour parler de réduire nos énergies fossiles, le pétrole, le gaz, parce qu'on sait que ce sont les énergies fossiles qui sont responsables, en grande partie, du changement climatique. Figurez-vous que dans l'accord de la COP21, il n'y a pas le mot énergie fossile, il n'y a pas le mot charbon, il n'y a pas le mot pétrole, sinon les pays producteurs ne signaient pas. On voit bien une espèce de faux cul diplomatique. Je n'y crois plus beaucoup. Je pense qu'ils essayent de faire leur boulot. Ils ont pris conscience mais cette religion de la croissance, le Graal du point de croissance, le Graal de l'emploi devient plus important que l'environnement et l'écologie. Il y a le triomphe de Trump qui a enterré cette COP 21.  Je n'ai pas tendance, c'est la faute de Trump. Il y a un peu de Trump en nous. On profite tous de cette religion de la croissance, tous, donc on en a besoin. Le pétrole, c'est un peu le centre de l'économie. Il faut savoir qu'aux Etats-Unis, les retraites sont indexées sur la Bourse. Si vous décarbonisez l'économie américaine, elle risque d'être moins performante, donc la Bourse risque de plonger, donc tous les Américains. Trump a été élu démocratiquement. Pourtant, on dit souvent que l'écologie n'est pas contraire à la performance économique, au contraire. Je ne crois pas beaucoup à la green technologies. Je crois qu'il va falloir qu'on apprenne à vivre mieux avec moins. J'ai des gens autour de moi, dont mon fils qui est maraîcher par exemple, qui dit "Papa, nourrir les gens me suffit. Vivre avec ma famille, être utile au monde, ça me suffit, je n'ai pas besoin d'être beaucoup plus riche que ça". Je pense que c'est lui qui a raison. Moi, je ne suis pas comme ça, malheureusement. On voit quelques unes de vos photos les plus célèbres. C'est le cœur de Voh en Nouvelle-Calédonie. Il a fait la couverture du livre La Terre vue du ciel qui s'est vendu dans le monde entier, Yann Arthus-Bertrand. Là, ça s'appelle Laudato si'. C'est une expression du Vatican, du pape François. Et alors là, pour le coup, vous nous dites que les hommes politiques ont failli. Alors qu'est-ce que vous faites, Yann Arthus-Bertrand, vous allez chercher la vérité du côté des religions ? 80 % des habitants du monde sont croyants. Si tous les grands chefs spirituels se mettaient à faire comme ce texte, c'est un texte révolutionnaire.  C'est une encyclique. 

    Il pense que le capitalisme est en train de détruire la planète. Il parle de la conscience joyeuse et inconsciente de nos petits gestes quotidiens en croyant qu'on va sauver le monde en fermant notre robinet. Il parle des choses vraies. Il parle aussi de la dignité humaine. Il faut savoir quand même que les gens les plus pauvres de la planète, ce sont les agriculteurs, dans le monde. Il y a 3 millions de personnes qui rejoignent les villes toutes les semaines à cause de la pauvreté. Le changement climatique va d'abord toucher ce milliard de gens, qu'on appelle les agriculteurs de la subsistance, les gens qui ne vendent pratiquement rien, qui travaillent la terre comme un sacrifice quotidien pour nourrir leur famille. Ce sont ces gens qui seront les premiers touchés par le changement climatique. Le pape est un jésuite. C'est une espèce de pape de gauche, qui était prêtre de gauche, qui battait qui combattait l'extrême droite en Argentine, au Brésil, en Uruguay. C'est un pape que j'aime beaucoup. Il a fait un texte qui est véritablement révolutionnaire. On a pris ce texte. Vous avez décidé de prendre ce texte et de l'illustrer à votre façon, avec vos photos. En quoi ces photos répondent à ce défi ? Je vous montre ce qui est beau et je vous montre comment le monde est abîmé aujourd'hui.  Je pense que la beauté du monde peut nous faire réfléchir. C'est un texte qui n'est pas très facile à lire. Les photos nous aident à mieux comprendre. Ce n'est pas si difficile que ça à lire. Je pense qu'on a besoin d'une révolution. Cette révolution ne sera pas politique, je vous l'ai dit tout à l'heure. Elle ne sera pas non plus scientifique parce qu'on ne va pas remplacer 95 millions de barils de pétrole qu'on consomme tous les jours. Il y a 10 ans, c'était 85 millions. Ce sont 95 millions et on continue à en chercher, à l'exploiter parce que l'exploitation du pétrole est libre. Il n'y a pas de régulation là-dessus. On voit d'ailleurs la France qui continue d'exploiter le pétrole avec Total en Guyane par exemple, en dépit de ce qui est annoncé.  Ce pétrole, c'est le sang de notre économie, donc on en a besoin. Même s'il y a des panneaux solaires, même s'il y a des éoliennes, bien sûr qu'il faut qu'il y en ait beaucoup plus, mais ce ne sera qu'une partie de la solution. Ce ne sera pas non plus une révolution économique parce que l'économie a besoin de pétrole, a besoin de plus de gains, de jeter, d'acheter, de consommer.  Yann Arthus-bertrand, est-ce qu'on est condamné ?  On est condamné à une révolution. On voit le discours du pape. Il y a une extinction des espèces animales sur terre et tout ça continue.  Le rapport du WWF est absolument incroyable. Le rapport officiel WWF, très sérieux, on aurait perdu 60 % du vivant en 40 ans. C'est incroyable. Imaginez que j'ai 72 ans, depuis vingt ans je m'intéresse à l'écologie et je vois cette espèce de dégradation de la vie sur terre. Je pense que la révolution sera spirituelle. C'est pour ça que ce que dit le pape m'intéresse. Je pense que c'est une révolution intérieure qu'on doit tous faire, qu'on ait les moyens ou qu'on ne les ait pas. C'est un discours universel, ce n'est pas un discours catholique. On peut tous faire quelque chose. Ce n'est pas un discours religieux. Les très riches peuvent faire beaucoup plus, et ceux qui ont beaucoup moins peuvent faire à leur façon. Nous sommes le sixième pays le plus riche du monde. On peut faire quelque chose. Il y a des pays qui ne peuvent pas, ils ont besoin de croitre. On devrait donner l'exemple. Aujourd'hui, avec l'internet, je m'occupe d'un petit orphelinat à Brazzaville dont les droits de ce livre. Vous allez reverser vos droits aux soeurs qui s'occupent des enfants au Congo.  Des enfants autistes au Congo. C'est une femme incroyable que j'adore. On la voit en photo. Quand les enfants de l'orphelinat m'appellent sur leur téléphone parce qu'ils ont WhatsApp, ils ont Viber, ils savent très bien ce qui se passe en France. Ils savent quels sont les salaires. Ils savent quels sont les prix des hôtels, le prix des restaurants. Quand vous vivez dans un pays où vous n'avez pas de démocratie,;pas d'éducation, pas de travail. Vous n'avez qu'une envie, c'est de partir. Tous les adolescents veulent tous partir en Europe, tous. En même temps, il faut y croire. Il faut croire en l'homme. Il faut croire qu'on va peut-être réussir à se réveiller. Réveillons-nous tous ensemble et lisons ce texte. Il y en a d'autres.  Merci Yann Arthus-Bertrand. Le texte est du pape François, Laudato si', publié aux éditions Première partie avec vos photos aux quatre coins du monde. Avec de nouvelles photos. Merci beaucoup Yann Arthus-Bertrand. Quelques nouvelles photos. 

    Voir plusmoins
    00:08:01
    Tous publics
    Tous publics