Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Safia Nolin

    Invitée : Safia Nolin.

    À l'honneur aux Francos, qui lui offrent la grande scène en plein air pour un show événement, Safia Nolin, multi-récompensée pour son dernier album, est devenue une figure incontournable de la chanson québécoise avec sa liberté, ses looks débridés et sa voix exceptionnelle. 

    Présentation : Patrick Simonin. Depuis les Francos de Montréal.

    Transcription

    Bonjour, Safia. Bonjour.

    Un grand spectacle aux Francos. C'est le bonheur, pouvoir inviter ses amis.  Patrick Watson.

    Pomme, Kroy. Wahou. Grosse soirée pour mo,i ici. Des duos chantés avec ceux qu'on aime. Et dans le nouvel album, c'est dans le noir. Oui, c'est un peu lourd, mais c'est ça qui est sorti, en même temps.

    C'est raconter aussi des choses… Pas racontables.

    J'en ai besoin pour continuer ma vie, d'extérioriser toutes ces choses-là. (...)

    Bonjour, Safia. Bonjour.

    Un grand spectacle aux Francos. C'est le bonheur, pouvoir inviter ses amis.  Patrick Watson.

    Pomme, Kroy. Wahou. Grosse soirée pour mo,i ici. Des duos chantés avec ceux qu'on aime. Et dans le nouvel album, c'est dans le noir. Oui, c'est un peu lourd, mais c'est ça qui est sorti, en même temps.

    C'est raconter aussi des choses… Pas racontables.

    J'en ai besoin pour continuer ma vie, d'extérioriser toutes ces choses-là.

    C'est dire tout, aussi.  Ses angoisses, dire ce que l'on est, ce qu'on a vécu. Ça ne sert à rien, pour moi sinon, de faire de la musique.

    Ce n'est pas pour m'exprimer. Consommer de la musique, c'est différent. Il y a du monde qui écrit des chansons, ce sont des histoires à raconter qui me font du bien. Mais pour moi, composer et écrire des textes, il faut que ça soit personnel, sinon ça ne me fait pas de bien, ça ne me fait rien. Allez, on regarde "Encore", quelques instants, Safia Nolin. Même si mes rêves se ressemblent  Je dors encore trop fort  Il y a une chanson qui s'appelle "Miroir", Safia. Elle dit : "Je m'excuse de mon corps, je m'excuse pour mon cœur." Pourquoi on s'excuse, en fait ? Je ne sais pas, c'est comme une chanson que j'avais au début écrit par rapport à l'amour non réciproque, qui est juste comme rentrer dans un coffre chez moi, et je ne suis jamais ressorti, jusqu'à ce qu'il m'arrive plein de trucs par rapport à mon image corporelle, dans les médias, dans l'opinion des gens, des chroniqueurs, à la radio. Elle est ressorti, puis elle a eu beaucoup de sens. Je pense que c'est quelque chose que tout le monde, peu importe que ce soit… Claudia Schiffer ne se sent pas bien dans sa peau, des fois. C'est une chanson qui parle du fait de ne pas être bien dans sa peau.

    Savoir qu'il y a du monde que je ne connais pas, et d'emblée n'ont pas de respect pour moi. Je n'en ai pas, ça m'aurait beaucoup déprimée. Je ne pense pas. Je me dis que ce n'est pas de leur faute, ce n'est pas de ma faute, puis bonne journée. C'est ça que je me dis. Aussi, dire : "Je suis ce que je suis." Exactement.

    "C'est comme ça."  "Oui, allez chier". 

    Allez, ouais. Ça fait du bien de le dire aussi.

    Absolument. 

    Dans cette société…

    Oui, moi, ça me fait du bien. C'est ce que je pense aussi. Je ne le dis pas souvent à voix haute aux gens dans la rue que j'envoie chier. Mais, oui. Il y a une chanson qui s'appelle "Lesbian Break-up", chantée notamment avec Pomme, en duo. C'est une chanson bilingue, à thème de rupture de lesbienne… Lesbien.

    J'ai écrit cette chanson-là parce que je trouvais qu'il n'y en avait pas assez. Et moi, si mon cœur est brisé, je n'ai pas de… Je n'ai rien sur quoi m'accrocher. Oui, des fois, ce sont des chansons non genrées, mais il n'y a pas de duos. Je ne connaissais pas un duo de femmes lesbiennes, qui chantent. J'ai chanté cette chanson avec plein de non lesbiennes. C'est un duo d'amour, de femmes, il n'y en a pas… Il y en a, mais je n'en ai pas à portée de main. Donc, j'avais envie d'en créer un. C'est ce qui est arrivé. 

    Oui, c'est ça. Pourquoi il n'y en avait pas ? Pourquoi ça ?

    Parce que ce n'est pas quelque chose auquel le monde réfléchit. Le monde dans une société quand même hétéro normative. Ça m'arrive d'aller à la librairie, regarder les trucs d'enfants. Des fois, je pourrais regarder les livres de "mon premier bébé". Ils sont tous papa / maman. Il n'y a pas "Parent 1 / Parent 2". "Papa / maman". C'est une frustration que j'ai quand même de savoir que si moi je veux avoir une famille, aussi juste évoluer en tant que jeune femme lesbienne ; on me rappelle toujours que je ne fais pas partie de la normalité.

    "Les chemins", c'est une autre chanson de l'album. Il y a plusieurs chemins ?  Oui, il y en a énormément. Tous les chemins du monde. C'est la liberté de choisir son chemin ?  Oui, puis c'est aussi une chanson qui parle de la mort l; du fait que la mort, c'est comme un truc qui rend la vie vraiment exaltante, malheureusement et heureusement. Si on pensait qu'on restait toute la vie sur la planète Terre, elle sera fini parce qu'elle est vraiment plate, il y a plein de décisions qu'on prend… Je me souviens avoir rencontré quelqu'un qui, à ce moment-là, m'avait dit : "Si j'étais immortel, je resterais avec ma copine." Vu que je suis immortelle, je pense que c'est sûr que ça va se terminer parce que j'ai besoin de vivre autre chose. C'est fou comme la mort peut peser dans la balance, de prendre des décisions. C'est pour ça que j'ai écrit cette chanson. Il y a ce père qui est parti, il y a cette enfance difficile. Il y a tout ça. C'est ça qui donne cette émotion dans la voix. J'imagine. Je pense. C'est quand même mon canal d'expression le plus pure, il sort tout le caca que j'ai d'accumulé. Ça fait deux fois que je dis "caca" dans une entrevue. Bref, tout mon caca accumulé sort à travers ma voix.

    Quand on dit ça, Safia, on dit qu'on exprime une émotion universelle. Tout le monde peut s'y retrouver. Tout le monde a pu vivre des choses comme ça.

    Oui, et la souffrance n'est pas quantifiable ; dans le sens que peut-être ça se peut que j'aille mal comme quand… Quand j'ai lâché l'école ou quand ma mère a eu un accident. Et que quand quelqu'un a vécu un truc moins grave, mais ça lui fait autant mal. Je ne pense pas que ça se quantifie. Je pense que n'importe qui peut transposer ses émotions sur les chansons. Je pense que c'est ça qui… J'espère que j'apporte cela aux gens.

    Il a fallu temps et du chemin. Oui. Il fallait se battre. Oui. Il fallait que je m'en chie une coupe.

    Au moment où la salle s'éteint et où on entre sur scène, et où le public est là, il se lève et vous dit qu'il vous aime. C'est ça, la plus belle des récompenses ?

    Pendant le show, parfois c'est stressant. J'ai eu beaucoup d'émotions, parfois c'est un challenge. C'est quand même épuisant de faire un spectacle parce que tu tiens les gens pendant une heure et quart. Tu les amènes où tu veux les amener. C'est dur. Mais j'adore. Je pense au titre du disque, qui s'appelle "Dans le noir". Dans le noir, on peut vivre des choses absolument extraordinaires. Dans le noir d'une salle de spectacle, ou dans le noir tout court. 

    Dumbledore a dit… Je ne vais pas paraphraser Dumbledore, mais il me semble qu'il a dit un truc genre : "C'est dans la noirceur qu'on voit la lumière la plus forte" ; un truc comme ça. C'est vrai. Moi, j'y ai ressenti mes trucs super glauques, ça m'a fait contraster dans ma tête les trucs qui étaient super lumineux dans ma vie. 

    Merci, Safia. De rien. "Dans le noir", le nouvel album aux Francos, spectacle événement avec plein, plein d'amis et plein d'émotions, forcément. Plein d'émotions au rendez-vous.

    Merci, Safia. Tant que la mort n'est pas loin  Je pourrai passer 

    Voir plusmoins
    00:08:13
    Tous publics
    Tous publics