Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Éli Rose, Jacobus

    Invités : Éli Rose, autrice-compositrice-interprète québécoise ; Jacobus, rappeur acadien.

    Deux artistes en pleine explosion aux Francos : Éli Rose, révélation pop québécoise, et Jocobus, le rappeur acadien qui défend les valeurs de tolérance.

    Présentation : Patrick Simonin. Depuis les Francos de Montréal.

    Transcription

    Au programme des Francos de Montréal, la sensation acadienne s'appelle Jacobus. Et puis, la révélation québécoise : la petite Elirose. On les retrouve tout de suite. On ira faire un dernier tour de carrousel 

    Même si le jeu n'en vaudra jamais la chandelle  Pour que tu t'en souviennes  Oh, là là là  Pour que tu t'en souviennes  Oh, là là là 

    Bonjour, Elirose. Bonjour. "Carroussel, c'est une chanson, c'est le  nouvel album. Avant d'aller en France. Rencontrer le public (...)

    Au programme des Francos de Montréal, la sensation acadienne s'appelle Jacobus. Et puis, la révélation québécoise : la petite Elirose. On les retrouve tout de suite. On ira faire un dernier tour de carrousel 

    Même si le jeu n'en vaudra jamais la chandelle  Pour que tu t'en souviennes  Oh, là là là  Pour que tu t'en souviennes  Oh, là là là 

    Bonjour, Elirose. Bonjour. "Carroussel, c'est une chanson, c'est le  nouvel album. Avant d'aller en France. Rencontrer le public français, signer sur un label français. C'est quelque chose qui est génial, non ?

    C'est une vague… Ouf, ça me prend d'assaut en ce moment. Je ne pensais pas être ici, aujourd'hui. Ça va vite. Ça va très vite parce que j'ai été huit ans dans un duo où je faisais tout pour avoir l'attention des labels, des festivals, et tout. Et il y a trois ans, j'ai arrêté la musique. Et maintenant, je recommence toute seule. Et là, ça me vient comme une grosse vague.

    C'est une vague agréable.

    Plutôt, oui. Quand même, c'est cool. Là, vraiment, c'est un coup de cœur du public. Quand on rencontre le public, Elirose, c'est génial ? C'est excitant aussi parce que mes chansons sont un peu mon journal intime. De savoir que le public aime ce que je raconte, ça me touche beaucoup.

    Journal intime, parce que je crois que l'album, ça raconte une rupture qui vous est vraiment arrivée.

    Oui, c'était une idylle de deux semaines. Mais cette histoire-là m'a inspiré un album que j'ai écrit pendant un an. Et ça m'a pris aussi un an à oublier un peu cette idylle. C'était comme un coup de foudre, mais ce n'est jamais arrivé. Ça ne s'est jamais consommé. Donc je me suis dit que j'allais faire mon deuil par le biais de chansons. Je ne sais pas si c'était une bonne idée. Il ne doit pas être très content. Il a écouté l'album ? Je crois qu'il l'a écouté, je crois qu'il l'aime. Enfin, j'espère. Mais j'ai mis tout mon cœur dedans. Ça parle de rupture amoureuse, c'est quand même un thème large. Je pense que tout le monde peut s'y retrouver un peu, quand même.

    Pourtant, il y a une chanson qui s'appelle "Soleil", avec un clip tourné à Dubaï.

    En fait, on ne savait pas qu'il faisait 50ºC à Dubaï, en juillet. On va voir des images dans le désert.

    C'était une expérience assez particulière parce qu'il faisait tellement chaud qu'on pouvait juste tourner le matin. Deux heures entre 5h00 et 7h00 du matin.Sinon, c'était insupportable.

    On voit les images. C'est dans le désert. Ce n'est pas facile de danser dans le sable. 

    No. Enfin, on a coupé beaucoup de scènes où je tombe, où j'étouffe de chaleur, où je suis rouge vin. C'est plus un obstacle qu'un clip. Mais, je suis contente. On peut tout raconter dans les chansons ? Même des choses si intimes que ça ?  Oui, parce qu'en fait… Quand j'écoute mon album, ce n'est pas vraiment ça qui est arrivé. C'est mon imagination, j'ai coécrit l'album avec plein de gens, donc les chansons sont allées partout. Mais je suis juste partie d'une histoire qui m'a touchée, mais au final dans l'album je raconte toutes sortes de choses qui n'ont peut-être pas nécessairement de sens dans ma vie à moi. Mais je ne sais pas, c'est vraiment une histoire qui m'a inspirée des chansons. Le public est un confident, quelque part ?

    Oui, parce que je sens que je peux tout dire et on ne me juge pas, on ne m'appelle pas après : "Tu sais, ta chanson…" C'est sûr que les gens m'écrivent et tout. J'aime ça aussi, savoir leurs histoires, parce que les gens vont, par la suite, me partager leurs expériences. Puis, l'amour, c'est un sujet universel, donc ça touche tout le monde. Et puis, à un moment donné, on le disait tout à l'heure, il y a une maison de disques qui frappe à la porte, qui dit : "On a envie de vous amener avec nous dans nos bagages, en France." Ce qui est drôle, c'est que mon label au Canada a entendu parler de moi par la France, avant. C'est quand même une aventure excitante. C'est un gros bouche-à-oreille, ce projet. Mais bon, c'est un rêve. Allez, bonne chance. Merci.

    Elle s'appelle Elirose, ici aux Francos de Montréal, en première partie d'Angèle. Oui !

    J'ai hâte. C'est tellement un honneur, j'ai vraiment hâte.

    Merci, Elirose. Merci. [ "Ma vie c'est un movie" - Jacobus]

    Bonjour, Jacobus. Bonjour.

    Acadien, Baie Sainte-Marie, Nouvelle-Écosse.  Exactement.

    Et là, les Francos de Montréal. Oui. Et le public est là.

    Oui, c'est ça. Tout dépend un peu de la météo. Je pense que le monde, les gros fans viennent qu'il y ait de la pluie ou pas. C'est fun avev Montréal, c'est un bon festival pour tout le monde, une belle fête.

    Puis, jouer dehors ! Oui.

    Dedans, c'est cool parce qu'il n'y a pas de pluie, mais dehors c'est fun parce qu'il y a plus de public pour découvrir. C'est fou. C'est une musique qui donne envie de se parler, de se resserrer, d'être ensemble. En général, les Francos, c'est pour que le monde communique une expérience. Ma musique, c'est plus pour danser et vraiment oublier ses problèmes. Le côté de voyager, puis aller découvrir des nouvelles choses, aller en voyage, quelque chose en dehors de la norme, des expériences qu'on va avoir habituellement. Gone sur (une) trip, c'est une expérience psychédélique, un peu comme si tu prenais des substances psychédélique. C'est vivre une expérience qu'on ne pense pas qu'on va nécessairement réaliser normalement. C'est aller sur une trip, c'est vraiment aller sur une autre planète.

    Allez, Jacobus. [ "Gone sur (une) trip" - Jacobus ]

    C'est lovely. C'est une chanson qui racontait un souvenir d'enfance, enfin un copain d'enfance.

    Oui, un de mes meilleurs amis qui a fait la transition. Il est né un homme, masculin, puis est devenu une femme. C'est une belle femme. J'étais en studio, j'ai reçu un email qui expliquait sa transformation. Je change tout, j'écris une chanson pour supporter la communauté LGBTQ ; et en plus, mon ami (Ray). C'est mon premier meilleur ami, je le respecte énormément, ou je LA respecte.

    Par exemple, Ma vie c'est un mot, ça veut dire que c'est plutôt le côté sympa et drôle.

    Oui, c'est chanson que je veux voulais marquer un peu de tout, puis je voulais faire un clip vidéo avec mes amours. J'aime la lutte, j'aime Star Trek, la science fiction. J'aime aussi les films, comme Indiana Jones, découvrir des choses. Alors, pour moi, c'est comme la vidéo fétiche que je voulais faire toute ma vie. Parfois, comme artiste, tu fais des choses que tu ne ferais pas habituellement. Quand j'ai commencé à travailler à Baie Sainte-Marie à 12 ans, à empaqueter des boîtes de poissons secs. C'est un mauvais film, ça. Maintenant, je suis un artiste, je voyage autour du monde. Je vis bien de mon métier. Là, c'est comme si c'était surréel, c'est comme un film. Ce n'est pas censé être normal, ne pas aimer mon emploi, et ne pas avoir de fun, deux semaines de vacances par année. Non, je vis de mes vacances, c'est ça. Allez, la magie d'un spectacle de Jacobus quand il joue, quand il chante, ici à Montréal, pour les Francos. C'est ça, il faut entrer dans mon univers.  (inaudible)  d'aller voir mon spectacle et penser à un spectacle de hip-hop très sérieux, avec des textes de violence, de choses comme ça. Ce n'est pas ça, il faut entrer dans mon spectacle comme si tu allais voir un spectacle de lutte. Tu sais que ce n'est peut-être pas que de l'amour, mais il faut que tu embarques dans mon monde, mon univers. J'essaie de le créer le mieux possible. Tu as du fun pendant une heure, et après tu vas vivre ta vie comme tu veux.

    C'est cool, on va le faire. Allez, on va tenter l'expérience. Venez voir Jacobus. C'est bon, on se voit le 20 juin ! Merci, Jacobus.

    Voir plusmoins
    00:08:12
    Tous publics
    Tous publics