Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    L'INVITE - 03/11/19

    Entretien avec un invité au coeur de l'actualité politique, économique, culturelle...

    Présentation : Patrick Simonin.

    Transcription

    C'est Place des Victoires. D'abord, bonjour Piti Puia.  Bonjour. Ça commence bien. C'est une star ? Une star énorme. À côté, Guillaume De Tonquédec, impressionné. J'ai intérêt à bien me tenir. C'est (inaudible) qui dit : "Ne jouez jamais avec des enfants ou des animaux, ils vont vous piquer la vedette."  

    J'avais intérêt à être à la hauteur. C'est bien qu'il… Ouais, c'est la révélation d'un être humain avant tout, et d'un comédien, il est super.

    C'est Place des Victoi (...)

    C'est Place des Victoires. D'abord, bonjour Piti Puia.  Bonjour. Ça commence bien. C'est une star ? Une star énorme. À côté, Guillaume De Tonquédec, impressionné. J'ai intérêt à bien me tenir. C'est (inaudible) qui dit : "Ne jouez jamais avec des enfants ou des animaux, ils vont vous piquer la vedette."  

    J'avais intérêt à être à la hauteur. C'est bien qu'il… Ouais, c'est la révélation d'un être humain avant tout, et d'un comédien, il est super.

    C'est Place des Victoires, c'est formidable.  Yoann Guillouzouic, ce film est une histoire de fraternité. C'est une histoire d'humanité profonde et de lien qui se crée, de liens qui nous touchent.

    Oui, et entre deux individus, il y a un petit Roumain, c'est un film aussi qui parle de ça, c'est la rencontre vraiment de deux individus. Il n'y a pas de communauté, il n'y a que des individus. Ce sont deux destins singuliers qui se rencontrent, et qui se rencontrent parce qu'ils sont à ce moment-là aussi de leur existence. Le rôle de Guillaume, cet homme qui est comme ça et qui tombe, qui n'est pas tombé encore, qui est dans le glissement, qui tombe. C'est parce qu'il est à ce moment-là de sa vie qu'il peut rencontrer… Il rencontre ce petit bonhomme-là. …ce petit bonhomme. Il ne le rencontre pas d'une manière super agréable au départ. Non, mais les rencontres des fois voilà, c'est… Si on regarde la bande-annonce, nos amis vont tout comprendre. Regardez, Place des Victoires. Tu veux faire quoi dans la vie, hein ? Réparer des animaux, je ne sais pas.

    Avant, je faisais le travail. J'étais un patron, moi. Patron ? Ouais, ouais. Pourquoi t'es plus ?

    Putain. T'es fier de toi ?  Je vais vous faire expulser, moi ! Laissez-moi jusqu'à la fin de la semaine, ok ? Bien sûr, bien sûr. 70, tu dégages. Plus ! Hey, regarde-moi dans les yeux, on va casser ta gueule. Ooooh ! Regarde ! C'est qui ? C'est Mbappé. Mbappé ? C'est Mbappé, oui. Il ne faut surtout pas ouvrir le cadre, tu me promets ? Ok.

    La première rencontre, ce n'est pas pas top, tous les deux.

    Non, mais comme disait Yoann, mon personnage est à un moment de sa vie aiguë. Il est dans une situation où… Il fait des choses pas raisonnables. Il est capable d'attraper ce petit voleur, parce que le téléphone représente le seul lien qui lui restait encore avec ses enfants, qu'il n'a plus le droit d'approcher. C'est après ça qu'il court, ce n'est pas tellement après son portable. Et il va être capable de séquestrer ce petit garçon quelques heures pour qu'il lui rapporte absolument ce téléphone. Contre toute attente, le petit garçon va lui apporter la lumière dans sa vie, lui redonner le goût de vivre, alors qu'il était en train de le perdre, il était en train de tomber. On comprend aussi très vite que pour le petit garçon, ce n'est pas rose tous les jours non plus certainement, là où il habite. Et il aime bien retrouver ce type avec qui il aime bien rigoler. Du coup, ce sont ces deux solitudes qui vont finir par créer un duo. Ce petit gosse va changer la vie du personnage que vous incarnez. C'était comment de jouer ça ?

    Facile. Facile ? Oh là là, qu'elle maîtrise. Il est incroyable.

    Il est dément, il fallait être à la hauteur. Très vite, avec Yoann, on a compris que ce qu'il fallait c'était commencer par créer le duo avant même d'attaquer le texte. On a commencé par une séance de lecture classique. Je lui ai dit, un peu paniqué, il faut trouver, ce pas du tout comme ça qu'on va faire le film. Il faut que le duo existe. Qu'est-ce qu'on a fait, Piti, tous les deux ? On est allé au zoo.

    On est allé passer la journée au zoo pour faire un truc qui nous amuse tous les deux. On a mangé.

    On a mangé, on a déconné. On a vu des animaux. Comment il s'appelle ? La panthère noire. La panthère noire. Les lions. Les lions.  Les hippopotames. Aussi les singes. Les singes, ouais.

    Toute la ménagerie. Vous avez vu tout ça.

    C'est grâce à tout ça qu'il est si formidable dans le film ?

    Il avait beaucoup travaillé en amont avec Yoann et quelqu'un qui le faisait répéter, un coach, parce qu'il ne sait pas lire le français. Donc il a tout appris. Tu as appris comment ?  J'apprenais dans la tête. Il apprenait dans sa tête. Tout en phonétique.

    C'est là où il s'est révélé être un acteur. C'est ce que je disais tout à l'heure : on lui montrait les scènes, je jouais à sa place : "Voilà ce que je veux, tu fais ça, tu dis ça." Il n'y a pas d'improvisation, pas beaucoup dans le film. Il n'était pas rassuré quand il devait improviser. Et il vous le refait, il vous le refait à sa manière en y amenant sa personnalité, sa singularité. Il compose avec sa nature. Il s'est révélé être un super acteur. Il peut en parler.

    Tu disais un exemple que tu avais connu ça en jouant avec…

    Il faut le suivre, quoi. En fait, il fallait le mettre en état de jeu. C'était ça. Il y a une autre réalité, c'est que au cinéma en France, et c'est tant mieux, les enfants sont protégés donc on ne peut pas tourner très longtemps avec eux. On répétait avec des doublures. On préparait tout techniquement. Et quand Piti arrivait, on se mettait enfin à jouer. Mais on avait très peu de temps, donc il y avait une urgence aussi sur le plateau tous les jours, mais qui a servi finalement le propos du film, et la vie qui était importante dans le film.

    Il est, dans le film, un petit Tsigane qui fait du pickpocket avec sa famille, qui vit dans un bidonville. Il va découvrir tout ça, lui-même qui est en proie à une séparation difficile, privé de ses propres enfants. Il va finalement adopter ce petit bonhomme. C'est cette relation qui est magnifique.

    Ce sont ces deux personnes… À un autre moment de leur vie, ils ne se seraient jamais rencontrés. C'est ça qui est beau dans l'idée de Yoann, c'est qu'il peut arriver un moment dans nos vies qu'on fasse des rencontres incroyables ou des actes incroyables qui vont changer notre destin et nous aider à mieux vivre après.

    C'est aussi un des thèmes du film

     Qu'est-ce qu'il pourrait nous dire, Piti ? Je ne sais pas, je réfléchis.

    Tes meilleurs souvenirs du tournage ?  Moi ?  Ouais.

    Je suis obligé ?

    Tu as aimé faire ça ? Tu n'as pas une scène que tu as préférée ? Ah, la scène ! Parle d'une préférée, par exemple, dans le film. C'est quand je vends les habits à monsieur, et il sort son copain. (inaudible)

    On dirait que c'est une conscience.

    Ce n'est pas dans le film, ça ? Si, si.  Heureusement qu'il est là pour te rappeler ce qu'il y a dans ton film.

    C'est quand il est à la casse, où il trouve un receleur pour lui refourguer des trucs contre un peu de liquide. Piti s'est beaucoup amusé, il s'est retrouvé face à deux géants, deux acteurs géants, assez impressionnants, à les insulter, à ne pas être du tout impressionné par eux, c'est ça ?

    Il donne 70, et moi je dis : Plus, je veux plus". Je dis : "Si tu ne donnes pas plus, quand tu viens chez moi je vais casser ta gueule."  

    Il parle comme ça dans le film. Il s'appelle Place des Victoires. C'est un film qui touche, qui a bouleversé tous ceux qui l'ont vu ici, au Festival d'Angoulême, qui ont beaucoup applaudi le film. La première rencontre au public, c'était très émouvant.

    Merci à tous les trois. Merci, monsieur. Merci, Piti. Qu'est-ce tu penses? Piti, tu serais content si on fait combien ? 300 000 entrées ? 300 000 entrées, ça va ? Plus, donne-plus. Un million ? Ça ne va pas, 300 000. Il n'y a pas places de cinéma.

    500 ?  Plus. Vous avez entendu. Tu as un message à dire aux gens pour la sortie le 6 novembre ? Le 6 novembre, on vous attend au cinéma, messieurs et mesdames. Attention, il vous attend. C'est une annonce. Merci ! Merci !

    Voir plusmoins
    00:08:09
    Tous publics
    Tous publics
    label.disponibilite