Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Alice on the Roof

    Invitée : Alice on the Roof, chanteuse belge.

    Alice on the Roof, qui vient de triompher au Forest National de Bruxelles, est l'une des stars des Francofolies de Spa. Sa musique et son univers, à la fois onirique et pop, ont séduit le chanteur français Vianney qui a écrit son dernier titre « Malade ». Une chanson qui est devenue rapidement un tube en Belgique.

    Présentation : Patrick Simonin. Depuis les Francofolies de Spa.

    Transcription

    Cela se passe comme ça aux Francofolies de Spa. Le public est là, assiste aux spectacles, des spectacles vivants, des spectacles en plein air. Moi, je vais retrouver tout de suite Alice on the roof. C’est une véritable révélation ici, en Belgique.

    Ça va, Alice ?

    Ça va très bien.

    On est dans les coulisses, là…

    Oui, oui, on y est. Les coulisses de la scène (inaudible).

    Oui, coulisses… Alors qu'est-ce qui se passe dans les coulis (...)

    Cela se passe comme ça aux Francofolies de Spa. Le public est là, assiste aux spectacles, des spectacles vivants, des spectacles en plein air. Moi, je vais retrouver tout de suite Alice on the roof. C’est une véritable révélation ici, en Belgique.

    Ça va, Alice ?

    Ça va très bien.

    On est dans les coulisses, là…

    Oui, oui, on y est. Les coulisses de la scène (inaudible).

    Oui, coulisses… Alors qu'est-ce qui se passe dans les coulisses comme ça ? On a envie de savoir, nous, quand on est public, on a envie de savoir…

    Oh, on ne peut pas… mais on ne peut pas tout dire !

    On ne peut pas tout dire… ?

    Je suis contrainte de… du secret ! Non, il ne se passe évidemment rien de grave, mais que des chouettes trucs…

    Oui, on voit qu'il y a à boire, à manger… On attend… On est un peu anxieux peut-être ?

    Oui, beaucoup. Il y a des gens, étonnement, qui n'ont pas de trac, mais ça, moi, je ne le comprends pas en fait…

    Mais le trac, c'est positif, c’est bien…

    Oui, on m'a dit que même Adamo était encore parfois pris de trac avant ses concerts donc…

    Ah ! Alors si Adamo a le trac, alors là, c’est clair qu’Alice on the roof aussi… "Malade", c’est Alice on the roof…

    … Malade, mais je pense que ce sont tous les fous. Malade, ils pensent qu'on est fous quand on est nous. Malade, mais je pense que ce sont tous les fous…

    Alors, moi, j’ai lu qu’Alice on the roof, c'est un peu un mélange entre Alice au pays des merveilles et la Fille d'à côté. En même temps, on rêve et en même temps, tu es la copine…

    C'est vrai que j’ai un peu ce paradoxe. Mais je pense qu'aujourd'hui, avec le monde dans lequel on vit, c'est-à-dire Instagram majoritairement et tout, il y a ce côté-là aujourd'hui, je pense, où il y a une proximité qui fait partie de notre façon de communiquer et tout. Et moi, je… c’est vrai que je viens de (inaudible)…je viens de la campagne, donc j'essaie vraiment de garder les pieds sur terre et en même temps évidemment, quand on est sur scène, pour moi, le but, c'est quand même que les gens voyagent pendant une heure, une heure et demie - alors aujourd'hui, moi, c'est une heure et quart -, mais partent ailleurs quoi et rêvent un peu…

    Oui, oui… Alors on entendait "Malade", là… La chanson, elle dit quoi ? Elle dit au fond…

    Elle dit… En fait, c'est très simple : C'est un peu une chanson étendard où je dis "Ma maladie, c'est d'être moi". Donc…

    C’est une belle maladie, ça…

    C'est une belle maladie que parfois, moi, j'ai du mal à assumer, mais c'est justement le but du message : C'est de dire qu’il faut s'assumer comme on est, quoi…

    Dans ce clip, on voit tes grands-parents, on voit un personnage que j'adore, c'est Arno…

    Ah oui, excellent !

    Mais comment Arno… en quoi… c’est-à-dire il est la Planète des singes ? C’est quoi ? C’est…

    Oh non ! Il ne sera pas content ! Non… mais il a un petit côté, c’est vrai, il a un petit côté bestial avec ses cheveux blancs et le costume de yéti, ça lui allait bien…

    Justement, c’est ce qu’il fait là, c’est animal…

    Moi, je ne comprends rien… Clip, c'est quoi ça, un clip ?

    Puis alors, il y en a un autre qui apparaît soudain, qui enlève son masque : C'est Vianney.

    Oui. Ben en fait, j’avais… Vianney, c'est plus logique parce que c'est avec lui que j'ai écrit la chanson et donc je voulais… je voulais lui faire faire un peu n'importe quoi dans ce clip et il a dit Oui. Arno, ça, c’est un peu hasard parce que… alors, moi, je suis fan évidemment, il s'est dit : "Qu'est-ce qu'elle veut, celle-là ?" et puis quand je lui ai dit qu'il allait être déguisé en yéti et qu'on allait croire que c'était lui qui danse…

    Ah, c’est un yéti… je croyais… oui, c’est ça…

    Ça l’a motivé…

    Je crois que c'est la Planète des singes… Non, c’est un yéti ! Moi, je veux dire : C'est la fille sur le toit que j'ai là… Alice on the roof, regardez…

    … Moi je suis la fille sur le toit, la fille aux petits pois. Quand sonne minuit, je m’imagine danser dans tes (doigts), ou danser dans tes bras…

    On va s'asseoir là, tiens… Alors là, c’est (inaudible), c'est magnifique…

    Oui.

    … je ne sais pas si on peut le voir à l'image, mais vraiment, cet endroit-là, pour chanter, c’est…

    Oui… À trois, quatre… On y va à quatre !

    Allez, on va chanter !

    On fait un duo !

    Ah ! Ouh là, là, c’est mon rêve ! C’est mon rêve ! Je ne sais pas si ce serait une réussite, je ne suis pas sûr que ça (fasse) un tube, mais bon… Écoute, dans tous les cas, je ne sais pas si on le voit aussi ça, mais il y a du monde autour. C’est que les gens t’adorent…

    Oh, je ne sais pas, mais les gens sont curieux…

    … ll y a des gens qui (inaudible) à nous voir, il y a le public qui fait plein, plein de photos, là… Ils sont timides, ils sont timides autour…

    Ils sont timides, oui…

    Mais le public, qu'est-ce qu'il te dit finalement quand il te rencontre ?

    Alors souvent, ils sont un peu timides. Parfois… alors c’est marrant, j'ai déjà eu des histoires comme ça où les gens… alors déjà, les gens me posent beaucoup la question de mes cheveux roses, avec mes cheveux roses, sans mes cheveux roses. Alors il faut savoir que parfois, je les lave et donc ils sont blonds. Il faut quand même, c'est plus propre…

    C’est le genre de question importante…

    Eh ! Et puis non, mais le… pour moi, c'est très important de… justement, j'habite toujours dans mon village et donc quand je vais faire les courses, voilà, je croise toujours beaucoup, beaucoup de gens et ça remet aussi les pieds sur terre parce que ce qu’on fait, la musique, ça peut être très, très abstrait. Parfois, on se dit : "Mais en fait,… " Voilà, c’est des nombres d'écouteurs, de vues, d’etc. Et puis l'idée de voir les gens en vrai, forcément, c'est toujours chouette. Et les gens en Belgique sont… avec moi, ils sont souvent bienveillants.

    Oui, les gens de Belgique, ils sont d'une telle gentillesse… On monte sur scène, comme ça, c'est une prise de risque, c’est… ?

    Ben oui ! Alors ça, c'est très particulier quand même comme exercice. Il faut savoir qu'au début, moi, ça me terrorisait, mais vraiment !

    Il y a de quoi, il y a de quoi !

    Je me souviens de mon premier concert à Spa où j'avais… j'avais dû faire un truc mnémotechnique : J'avais dû imaginer les gens en tout petit, comme des nains, c’est un truc visuel pour me… en tout petit, avec d'énormes mains pour dire : ("Waouh, waouh, waouh … ") et d'énormes oreilles pour écouter. C'était très bizarre. Alors, aujourd'hui, je ne fais plus ça, je vois les gens comme ils sont, voilà. Mais c'est vrai que quand on est sur scène, on est un peu la version… la meilleure version de soi-même. C'est ce que moi, j'essaie de faire et on a une heure. En plus, en festival, les gens ne viennent pas nécessairement pour nous écouter, nous donc on a une heure pour convaincre.

    Si, si, je confirme, ils viennent pour toi, là… On va leur demander, ils sont là, on va leur…

    Et donc… c'est des challenges, mais avec le temps, j'ai appris au fur à mesure des concerts que le mieux, c'est de se laisser aller en fait. Il y a beaucoup, beaucoup de lâcher-prise. Les gens sentent, je pense, quand on s'amuse et c'est là qu’eux s'amusent aussi.

    Oui, oui, c'est clair. Alors il y a une chanson qui s'appelait Lucky you…

    Oui.

    Lucky, mais c’est un beau mot parce que finalement, quelle chance…

    Ben oui !

    Quelle chance !

    Lucky me ! Évidemment ! Alors, c’est vrai, j'y ai pensé après. Je me suis dit : Oui… C’est vrai que j'ai énormément de chance. Je suis… Je fais partie de ces gens quand même qui… dont la musique, c'est le métier ! C'est quand même… c’est quand même unique ! Alors, rien n'est jamais acquis et la musique est un monde qui change énormément, où c'est bien de toujours s'adapter et aller plus loin. Mais voilà, quand on est bien entouré- ce que j'ai été pour mon album - et qu’on peut bénéficier de plein d'apprentissages d'autres gens… voilà, on peut… on peut faire des… on peut faire des choses.

    Merci beaucoup, Alice on the roof. Venez, Alice. On va aller voir le public qui est là… Mais ils sont timides alors… Ils sont timides… Mesdames, vous connaissez Alice ?

    Oui…

    Vous avez envie de lui dire quelque chose ?

    Qu'on l'apprécie beaucoup…

    Oh, merci !

    Je l'ai déjà vue plusieurs fois en concert et que c'est toujours un plaisir…

    Venez, regardez la caméra…

    On l'a vue en interview à la télé récemment, hier ou avant-hier et alors, c'était super. Je vous ai découverte en fait… vraiment simple et tout…

    Oh, merci !

    Franchement, c'est génial…

    Merci, merci. N'ayez pas peur, toutes les caméras… N'ayez pas peur, n'ayez pas peur !

    Ah là, là ! Je crois que ça y est, là, vous êtes obligée de donner un autographe, Alice…

    Oui, avec plaisir, avec plaisir…

    Allez…

    À quel nom ?

    C’est pour Tania…

    Avec un H ?

    Non, T.A.N.I.A, simplement.

    Tania sans h. Voilà. Un bon moment qu'on passe… Mais là, Alice, vous savez, le public est tellement nombreux qu'il est aussi devant la scène et il vous attend…

    Oui ! Oui, oui, oui !

    Il va falloir chanter ! Il va falloir y aller et nous, on va vous suivre ! C'était Alice on the roof, elle est super… Elle est sur scène ici, à Spa. Merci, Alice.

    Merci beaucoup.

    Merci à toi.

    Voir plusmoins
    00:08:28
    Tous publics
    Tous publics