Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Zaz

    Invitée : Zaz, chanteuse française.

    Zaz a fait l'ouverture des 26e Francofolies de Spa, en partenariat avec TV5MONDE. Avec son énergie et ses succès qui sont sur toutes les lèvres, la chanteuse au succès international a fait chavirer le public qui était venu l'applaudir.

    Présentation : Patrick Simonin. Depuis les Francofolies de Spa.

    Transcription

    (langue étrangère) Jusqu'où j'irai, j'en sais rien. (langue étrangère) Sans penser à demain. (langue étrangère) Zaz ! Alors moi je vois Zazie, Angèle, Orelsan et je vois Zaz, oui Zaz, ma préférée. Ah non, c'est mon concert préféré ici, allez viens. Tu n'as pas vu encore, tu n'en sais rien. C'est un mytho ! C'est un mytho !

    Tiens, on va s'asseoir là, regarde. Et moi je te dis qu'à chaque fois tu m'épates, sur scène. Attends ! Tu ne m'as même pas vue encore. Ah mais je ne t'ai pas vu (...)

    (langue étrangère) Jusqu'où j'irai, j'en sais rien. (langue étrangère) Sans penser à demain. (langue étrangère) Zaz ! Alors moi je vois Zazie, Angèle, Orelsan et je vois Zaz, oui Zaz, ma préférée. Ah non, c'est mon concert préféré ici, allez viens. Tu n'as pas vu encore, tu n'en sais rien. C'est un mytho ! C'est un mytho !

    Tiens, on va s'asseoir là, regarde. Et moi je te dis qu'à chaque fois tu m'épates, sur scène. Attends ! Tu ne m'as même pas vue encore. Ah mais je ne t'ai pas vue, mais je sais d'avance. Peut-être que tu sera déçu. Non, je sais que non, ce n'est pas possible. Mais quelle pêche tu as comme ça ! Oui en plus, je viens d'arrêter de fumer, donc là je suis un peu… Ah, tu as arrêté de fumer ? Là là, aujourd'hui.

    Ah c'est pour ça ? Oui. Ah, c'est pour ça que tu as la pêche ?

    Oui oui oui oui. Non, mais j'ai tout le temps la pêche mais là du coup, je suis…c'est compliqué, je pense qu'on est un peu 150 dans la tête, là.

    Ah, tu es un peu énervée à cause de la clope. Bon, Zaz aux Francofolies de Spa. C'est un retour ici, c'est un endroit que tu aimes ?

    Et je suis dégoûtée, j'ai oublié d'appeler ma meilleure pote qui habite là et je ne l'ai pas prévenue. Elle m'a dit : "Mais pourquoi" ? j'ai dit : "Eh bien j'ai oublié". Tu as oublié de la prévenir ? J'ai oublié, je ne savais plus dans quel… Mais il y a quelques milliers de spectateurs qui n'ont pas oublié de venir, en tout cas. Eh bien oui oui, tant mieux. Et là, ça fait quand même un truc. On a l'impression qu'à chaque fois, c'est comme la première fois pour toi, quand tu montes sur scène. Quand on se voit, tout les deux ? Ah ça oui, ça oui ! Ça oui, ça oui !

    Eh bien oui, chaque spectacle c'est un nouveau show, donc c'est une nouvelle journée, c'est un nouveau public, c'est souvent un nouveau pays enfin voilà, tout est nouveau, quoi.

    Oui, mais tu le testes comment le public ? Tu le sens ? Quel rapport tu as comme ça, sur scène ?

    Oui c'est ça en fait, tu vas le chercher. Et puis en plus, ça dépend de ton état, il y a des fois où tu es plus renfermé, donc il faut aller le chercher plus, des fois le public il te donne beaucoup, donc tu as juste à te laisser porter et puis il te porte, tu n'as rien à faire, quoi.

    Moi, je suis sûr que ça va être le cas ce soir. Mais d'ailleurs attends, écoute-moi, j'ai même la preuve, j'ai déjà les images du concert de ce soir. Ah bon ? Oui oui regarde, on va les voir là, non mais c'est magique, c'est la télé du futur. Ah ! Le mec connaît le futur ? Alors je vous transporte dans le futur - par rapport au présent où nous sommes -, c'est Zaz sur scène, aux Francofolies de Spa, regardez. On a les pieds sur terre, on a la tête ailleurs. On est les gens d'hier, on est cette lueur, Qui brille même dans le noir, qui jamais ne meurt,

    Oh sûr, que l'on est bien ensemble, Je jure que nos vies se ressemblent… Et là, on a un extrait. Ah ! Oui, parce qu'on va le prendre ce soir et on le mettra demain. Non mais attends ! Vous ne voulez pas me parler de cigarettes ? Elles sont par là. J'aime quand tu es comme ça, Zaz.

    Non, tu tiens ton micro… Là, il faut le tenir comme Julio Eglesias un peu là… Eh eh ! Je peux le tenir comme ça, si tu veux. Non mais toi, tu ne t'es jamais prise au sérieux. Ah si si si, ça m'arrive. Non. Par contre, je ne suis pas très concentrée, tu vois ? Ce n'est pas vrai ! Et pourquoi tu n'es pas concentrée ? Eh bien parce que je suis dissipée et puis quand j'arrête de fumer, c'est pire. Ah non mais c'est ça. Transportation du futur dans le présent, nous revoici ici, donc avant le concert. Dans le passé. Non, le futur qu'on vient de voir… Passé composé. Le passé composé dans lequel on se retrouve maintenant, avec Zaz, en coulisses ici, aux Francofolies de Spa, quelque part derrière la grande scène, où on vient de te voir sur scène, comme ça. Avec le  (inaudible), c'est un chevalier. Ah, c'est ça ! Ah oui c'est ça, oui c'est une statue, parce que là on est quelque part sur la place de Spa. Alors Qué vendrá, alors. Oui, Qué vendrá, eh bien le meilleur j'espère, en tout cas. Qué vendrá, ça c'était le film tourné à Cuba. Si, si.

    C'est ça, c'est ça Zaz, tu peux chanter des chansons ensoleillées et puis tu peux chanter aussi Demain c'est toi, par exemple. Elle est belle, enfin je veux dire elle parle d'espoir et d'amour. Et c'est Gaël Faye qui l'a écrite et elle est trop belle.

    Oui. Alors Gaël Faye Petit Pays, magnifique écrivain d'origine rwandaise et cet enfant qui va venir. Oui. C'est l'amour, c'est un message d'espoir. Oui et puis c'est pour l'humanité. Un enfant épanoui, heureux, conscient, respectueux, ça devient un adulte qui aura développé aussi toutes ces qualités et puis apprendre à vivre ensemble, c'est notre humanité. Et pour ça, il faut qu'on prenne soin de nous, parce que l'enfant fait tout par mimétisme, tout le temps. Donc c'est important de le faire pour nous-mêmes, pour que nos enfants…on n'a pas à les éduquer - en fait -, on a juste à prendre soin de nous. Enfin si, il faut qu'ils aient un cadre - parce que les enfants, ils testent -, mais il faut qu'on prenne soin de nous. Je forge pour demain, Des bonheurs que je souhaite, Aussi grands que les miens, Demain, c'est toi…

    Moi j'ai plein de citations - alors c'est Zaz qui l'a dit, ce n'est pas moi -…

    Alors elle dit des conneries, Zaz, souvent. "De ma vie, je veux juste vivre à 200 à l'heure". Ah oui. Ça, c'est toi qui l'as dit.

    Oui oui. Eh bien oui je suis une pile, donc…et puis j'ai envie de faire des trucs, il y a plein de trucs à faire, il faut les faire. À 200 à l'heure. Alors j'ai une autre citation : "Moi je parle, le silence m'effraie".

    Oui. Après, je dis aussi qu'il y a des silences qui sont cools, tu vois ? Mais ça dépend…en fait, c'est que dans la relation, le silence - quand on a des trucs à se dire -, eh bien du coup ce n'est plus un silence, c'est un plein de trucs qui parlent fort, mais qui ne sont pas exprimés, donc ce n'est pas bon. Ce n'est pas bon et puis ça gangrène à l'intérieur et puis ça explose après, pas au bon moment, enfin plus de la bonne manière.

    Mais c'est la musique finalement, le langage, c'est une forme de langage la musique, pour toi ?

    Ah oui oui. Eh bien les émotions oui, c'est un langage, l'énergie, le corps, c'est un langage, enfin tout est langage, en fait.

    Mais quand je pense que tu es censée être énervée là, mais tu ne l'es pas du tout, moi je te trouve super calme. Si si si. Ah, tu me trouves calme ? Oui oui. Ah la vache ! Ah mais si tu voyais l'intérieur… Ah oui ? Je suis une bonne comédienne, alors. Je ne suis pas sûre d'être (inaudible). Il y a comme un manque, là, il y a comme un truc.  Ah, je suis énervée. Tu es énervée, oui. Et qu'est-ce que tu fais quand tu es énervée, alors ? Je fais de la boxe. Ah oui ? Oui.

    Non, tu n'as pas fait du Kung Fu ? Calme-toi ! Oh pardon ! Tu avais même fait du Kung Fu - je crois -, quand tu étais… Oui mais ça, c'était quand j'avais 25 ans.

    Tu mords ? Oui. Ouh la la ! Mais je mords moins que quand j'étais petite, quand j'étais petite, je mordais plus. Ah oui. Mais le pire, c'était mon cousin, il mordait beaucoup lui, mais il faisait mal. Ça, c'est un truc d'enfant. Eh bien oui. Oui. Tu n'as pas oublié le Kung Fu, quand même ? Non, non non, mais la boxe c'est bien, courir, enfin tout là, tu te fais des (inaudible). Oui.

    L'énergie quoi, non mais je veux dire l'énergie, l'énergie aussi, c'est quelque chose de génial. Dépenser, dépenser les choses, dépenser l'énergie, c'est pour ça, il faut que ça circule, il ne faut pas que ça reste bloqué.

    Oh ! Je veux, je veux, je veux. J'ai, j'ai, j'ai.

    J'ai, jai, j'ai. J'ai, j'ai, j'ai

    C'est Zaz. Tiens, si on se quittait avec un extrait du concert que tu n'as pas encore fait… Allez ! …et que tu vas faire tout à l'heure. C'est génial ! C'est génial. C'est super. Tu aurais bien envie de le voir, là tout de suite là mais nous, on a les moyens.

    Non parce que des fois, à trop projeter…tu vois, moi j'ai fait un truc maintenant dans ma tête, c'est que je ne me projette plus sur scène, sur les concerts parce qu'en fait, c'est comme si je l'avais déjà vécu. Du coup, je serais dans une espèce de manière de vouloir refaire quelque chose que j'ai imaginé, du coup, je suis plus présente et du coup je m'énerve et je ne suis pas bien. Alors du coup, j'ai arrêté de projeter, il faut arrêter, il faut être là, il ne faut pas projeter.

    Ça y est. Je me disais que tu n'étais pas énervée mais non. Non. Il m'énerve, il m'énerve !

    Merci Zaz. Merci à toi. Merci à toi. On t'aime pour ce que tu es, reste comme ça, reste énervée. Mais non ! Non, je n'ai pas envie d'être énervée, tu m'énerves !

    Voir plusmoins
    00:08:26
    Tous publics
    Tous publics