Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Audrey Tcherkoff, Natacha Régnier

    Invitées : Audrey Tcherkoff, vice-présidente de l'ONG Positive Planet ; Natacha Régnier, comédienne.

    Alors que va s'ouvrir la 72e édition du festival de Cannes, Audrey Tcherkoff, vice-présidente de Positive Planet, une ONG créée par Jacques Attali, et la comédienne belge Natacha Régnier, lancent la 4e semaine du cinéma positif en partenariat avec TV5MONDE. Un coup de projecteur sur les films engagés pour la protection de la planète et qui changent notre regard sur le monde.

    Présentation : Patrick Simonin.

    Transcription

    Bonjour Audrey Tcherkoff, vous êtes la directrice générale de la Semaine du cinéma positif qui va s'installer au Festival de Cannes dans quelques jours. Et puis à vos côtés, on est ravis d'accueillir Natacha Régnier. Vous avez eu le prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes en 1998 et vous êtes aussi membre du jury de cette semaine de cinéma Positif. Audrey Tcherkoff, pourquoi célébrer le cinéma positif au Festival de Cannes ?   D'abord parce que ça faisait trois ans qu'on le faisait, (...)

    Bonjour Audrey Tcherkoff, vous êtes la directrice générale de la Semaine du cinéma positif qui va s'installer au Festival de Cannes dans quelques jours. Et puis à vos côtés, on est ravis d'accueillir Natacha Régnier. Vous avez eu le prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes en 1998 et vous êtes aussi membre du jury de cette semaine de cinéma Positif. Audrey Tcherkoff, pourquoi célébrer le cinéma positif au Festival de Cannes ?   D'abord parce que ça faisait trois ans qu'on le faisait, puisqu'on a créé ce festival avec Jacques Attali et on fête sa quatrième édition cette année. Et le cinéma positif, pourquoi c'est important ? Parce que c'est un cinéma qui porte des messages, qui nous interpelle, qui nous fait réfléchir à des problématiques auxquelles on n'aurait pas forcément pensé et qui quelque part changent notre regard sur le monde. Alors ce n'est pas forcément un cinéma optimiste, mais c'est un cinéma qui, comme Jacques Attali le dit très bien, éveille les consciences. 

    Oui d'ailleurs il a cette fondation Positive Planet qui est derrière. Natacha, ça vous fait plaisir d'être aux côtés d'Audrey Tcherkoff et d'aller au Festival de Cannes, et de retrouver Cannes ? 

    Nous en tout cas, ça nous fait vraiment plaisir que Natacha soit à nos côtés.  

    Et j'aime bien pouvoir défendre en fait cette façon de voir parce que c'est vrai que le cinéma, autant dans le divertissement que dans des choses plus profondes, peut nous faire nous sentir moins seul, peut nous divertir, peut nous faire découvrir des choses, peut faire changer le monde par des regards singuliers qui peuvent faire évoluer les mentalités.   Oui c'est important. On va voir des images de l'année dernière, de ce qui s'est passé pendant cette semaine. Vous accueilliez Catherine Deneuve, vous accueilliez des personnalités, Juliette Binoche. Vous accueillez beaucoup de monde.   Oui absolument. Pendant une semaine en fait il se passe plein de choses. D'abord, et ça c'est très important pour nous, on organise toute une série de projections dans la ville de Cannes, dans les endroits convenus du festival, dans les cinémas, sur la plage du festival, mais on va aussi dans les quartiers un peu plus populaires pour amener cette fête du cinéma dans les endroits qui sont un peu éloignés du festival. Et ces projections elles sont gratuites, elles sont ouvertes à tous et nous allons projeter 10 films inédits qui ne sont jamais sortis en France et qui portent des messages assez formidables. Nous allons notamment pouvoir voir Laissez-moi Aimer, ce documentaire formidable de Stéphanie Pillonca qui apporte un regard très doux et très poétique sur le handicap. Sharkwater qui parle de l'extinction des requins dans le monde, de Rob Stewart. Et puis plein d'autres films qu'on vous amène à venir voir avec nous, parce que chaque film sera lancé avec l'équipe du film, Jacques Attali, le maire de Cannes et l'équipe de Positive Planet.  

    Et TV5 Monde qui est très fière d'être partenaire de tout ça. Natacha Régnier que de chemin parcouru depuis votre Belgique natale. Et vous retrouver comme ça, au Festival de Cannes et dire : "au fond, on représente quelque chose à travers le cinéma, comme le disait Audrey Tcherkoff, on est là aussi pour montrer une image quelque chose, donner envie".  

    Je trouve que Cannes c'est l'endroit où tous les extrêmes sont présents. On passe de choses très paillettes, très glamours à des moments d'amitié, de discussions autour du cinéma, à beaucoup de travail. Et dans toute cette vivacité, je sais qu'il y a des temps suspendus hyper profonds où on retrouve des gens avec qui on a partagé des films, avec qui on a partagé des moments de vie. Et ce foisonnement sur la passion du cinéma qui est quand même commune à tous est quand même très joyeux. (Et ?) La Vie rêvée des anges. Ça ça vous parle aussi, parce que c'est ce film évidemment qui a vu le triomphe de Natacha en 98 à Cannes.   Oui et que nous avions projeté lors de la première édition de la Semaine du cinéma Positif et qui est un film assez emblématique du thème de cette année par ailleurs, qui est celui du cinéma au service de la justice sociale.  Oui. 

    Et qui dénonce les inégalités.  

    Et tout ça ça vous parle Natasha ? 

    Oui ça me parle. Mais ce qui me parle c'est vraiment l'être humain dans toute sa dimension et de pouvoir exprimer des choses, qu'elles soient très lumineuses ou qu'elles soient très sombres et de trouver des gens qui ont le petit pas de côté qui élargit leur regard.   Oui et ça ça donne du plaisir quand on est une comédienne comme vous.  

    Forcément. Et ce qui fait plaisir c'est la diversité, de s'essayer un jour sur une espèce de garce épouvantable, le lendemain sur une bonne sœur, le surlendemain sur quelqu'un de marginal et encore sur complètement autre chose. C'est de jouer avec ce qu'on représente, avec le côté solaire que j'ai, de pouvoir tout d'un coup faire complètement l'inverse. C'est drôle, mais maintenant comme j'ai pas mal fait de choses, à l'inverse je peux aussi avoir envie de jouer de ce côté lumineux. 

    Oui, on va voir des images des films de cette année en compétition. Alors vous remettez des prix, Audrey.  

    Oui absolument. 

    Le prix du cinéma Positif, du film positif, le prix du documentaire positif… 

    Le court-métrage le plus positif, nous remettons des prix d'honneur aussi. En fait cette cérémonie de remise de prix vient clore cette semaine qui comme comme je vous l'ai dit et ponctuée de projections, de débats et de rencontres, puisqu'on organise aussi des masterclass et des conférences sur ce cinéma qui change notre regard sur le monde.   Changer le regard sur le monde, au fond c'est ça que vous voulez faire vraiment. Vous pensez que le cinéma peut changer dle regard ?  Alors nous on en est absolument convaincus, bien sûr. Et c'est ce qu'on essaie de faire en montrant justement ces films qui ont un réel impact. Nous aurons d'ailleurs une conférence qui sera dédiée à montrer l'impact que le cinéma a eu à travers le temps dans nos sociétés, avec des exemples très concrets, avec des historiens. On peut parler par exemple des frères Dardenne, puisqu'on en parlait en préambule, qui seront présents à Cannes cette année. Et les Dardenne ont fait un film qui s'appelle Rosetta et qui a influencé par exemple un programme de lutte contre le chômage. Des exemples comme ça il y en a plein. Et ce que nous souhaitons faire aussi c'est vraiment mettre un coup de projecteur sur ces films un peu plus confidentiels, qui n'ont pas forcément l'argent ou les soutiens pour avoir une diffusion importante. 

    Oui c'est pas facile de financer un film comme ça, sur un sujet un peu ardu on va dire. 

    Voilà, exactement. Et donc nous on aide ces jeunes réalisateurs en leur donnant des tribunes, en projetant leurs films ou leurs documentaires et en espérant qu'ils touchent un maximum de monde.   Je pense que c'est ces choses-là quand tout d'un coup, quels que soient les sujets, il y a un réalisateur qui a un vrai regard et une vraie mise en scène qui fait que soit ça nous apaise parce que ça nous rappelle des choses qu'on n'ose pas dire, qui sont en nous, soit ça nous fait rire et ça nous libère. Ces choses-là je trouve que c'est jubilatoire.   Audrey Tcherkoff, j'allais presque vous dire qu'on en a tellement besoin en ce moment, de tout ça, de positif. Du 16 au 23 mai au Festival de Cannes. Oui c'est ça, c'est un besoin réel.   C'est ça. Quand on a récompensé Agnès Varda il y a deux ans pour l'ensemble de sa carrière, Agnès disait : "c'est un cinéma qui nous fait du bien". Et je pense que c'est ça. Et vous savez la création d'un festival comme celui-là, il n'arrive pas par hasard. Je pense que c'est un signe des temps, dans une période de défiance globale, de fake news. On a besoin d'entendre des paroles qui sont vraies, qui sont intègres. Et ce cinéma qu'on appelle nous positif porte ces messages dont on a vraiment besoin.  

    Et c'est vrai que quand il y a une sensation d'une époque qui pourrait donner des impasses et d'avoir des films comme Demain, d'avoir des films qui disent, comme Woman at War, seul on peut vraiment bouger des choses. On a besoin d'entendre qu'on peut dépasser les impuissances et inventer des nouvelles choses et qu'on est à l'aube, peut-être, de choses extraordinaires et pas de nous rabâcher des choses plus sombres qui sont pourtant vraies.  Merci Natacha Régnier. Merci Audrey Tcherkoff. La quatrième semaine du cinéma Positif au Festival de Cannes en partenariat avec TV5 Monde c'est pour bientôt. On vous y invite. Merci à toutes les deux.   Merci Patrick Simonin. 

    Merci beaucoup. 

    Voir plusmoins
    00:08:18
    Tous publics
    Tous publics