Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • L'invité

    Noémie Lenoir

    Invitée : Noémie Lenoir, mannequin, actrice et réalisatrice française.

    Son documentaire événement « Habille-nous Africa » est diffusé en exclusivité sur TV5MONDE. Noémie Lenoir est allée à la rencontre de celles et ceux qui font la mode en Afrique. Un panorama exceptionnel sur des créateurs qui ont l'ambition de faire rayonner la culture africaine dans le monde.

    Présentation : Patrick Simonin.

    Transcription

    Bonjour Noémie Lenoir. Bonjour. On est tellement fier, à TV5 Monde, d'avoir une exclusivité grâce à vous. "HNA, Habille-nous Africa". C'est un documentaire absolument incroyable. Vous avez tourné aux quatre coins d'Afrique avec les créateurs, avec tous ceux qui font vivre la mode en Afrique. Et là, on fait des rencontres inoubliables.  Exactement. On va dans des endroits inoubliables. 

    C'est le Cameroun, c'est le Sénégal, c'est la Côte d'Ivoire et ce sont des gens qui disent quoi ? (...)

    Bonjour Noémie Lenoir. Bonjour. On est tellement fier, à TV5 Monde, d'avoir une exclusivité grâce à vous. "HNA, Habille-nous Africa". C'est un documentaire absolument incroyable. Vous avez tourné aux quatre coins d'Afrique avec les créateurs, avec tous ceux qui font vivre la mode en Afrique. Et là, on fait des rencontres inoubliables.  Exactement. On va dans des endroits inoubliables. 

    C'est le Cameroun, c'est le Sénégal, c'est la Côte d'Ivoire et ce sont des gens qui disent quoi ? On parle des problèmes qu'on peut rencontrer là-bas dans la mode. On parle du coton qui est la base d'un vêtement, qui est la base de la mode, et on finit sur un photoshoot à Dakhla, au Maroc, pendant la FIMA, le Festival international de la mode africaine, par le grand Alpha Di.  Regardez ces images. Au cœur de l'Afrique, il y a des gens qui créent des choses exceptionnelles. Regardez. C'est énorme ce qui se passe en Afrique. C'est vraiment incroyable. Malgré les contraintes économiques. Chaque jour, dans l'entreprise, on ne sait pas si on va tenir ou pas. Toutes les usines qui travaillaient dans le coton ont fermé. La créativité reste sans limites.  J'ai vu des choses extraordinaires.  Tu as déjà habillé des célébrités ? La dernière, c'était Beyonce.  Noémie Lenoir fait défiler les talents de demain. "Habille-nous Africa", un documentaire inédit sur TV5 Monde. 

    Absolument inédit. Pourquoi avoir eu envie d'aller rencontrer ces créateurs ? Depuis quelques années, j'ai remarqué que l'Afrique était tendance et je voulais rendre à l'Afrique ce qui appartenait, dans toutes ces tendances, à l'Afrique. J'ai voulu aller dans ces trois pays, rencontrer et savoir ce qui se passait là-bas. Quand j'y suis allée, il y a quelques années, je suis partie au Cameroun, j'ai fait un défilé et j'ai vu qu'il n'y avait aucune infrastructure dans la mode. Du coup, je voulais en parler. Car l'Afrique est tendance, mais elle est aussi une mode. Comme on le sait tous, une mode, c'est éphémère. Je n'ai pas envie de montrer cette mode éphémère. J'ai vraiment envie de montrer que les tissus dans ce documentaire sont des tissus ancestraux. Je voulais parler de tout ça, du problème du coton qui est exporté à 95 %, aller dans un village de tisserands qui fait vivre un village et laisser la parole aux gens qui y habitent, qui y travaillent, qui ont quelque chose à dire. C'est pour ça que dans ce documentaire, j'essaye de m'effacer alors que je me suis toujours mise en avant avec mon métier, 24 ans de mannequinat, mais là, je voulais laisser vraiment la parole aux gens. De temps en temps, on vous voit dans le film, essayer des vêtements. On s'amuse. C'est formidable. Il y a un côté vraiment de plaisir. Si on dit par exemple Pathé'o, quarante années de création. Il a habillé Mandela. Pathé'o est une grande figure de la mode africaine, comme vous dites, il y a 40 ans. Il a toujours défendu la mode africaine. De toute façon, tous les participants de mon documentaire sont là pour justement parler de la mode africaine et la mettre en avant. Monsieur Pathé'o, ça a été un honneur, comme Monsieur Alpha Di. C'était un honneur pour moi parce que j'ai commencé il y a 24 ans et ces personnes étaient déjà là. Je les connaissais via Monsieur Alpha Di qui avait fait un défilé en plein milieu du Niger pendant la guerre. Ça a cessé un conflit. J'ai envie de montrer ce côté, pas les paillettes de la mode qu'on montre tout le temps, quelque chose qui peut faire vivre des gens et qui parle au monde entier. Vous comme moi, comme n'importe qui, on est obligé de vivre avec la mode. On est obligé de parler des problèmes du coton parce que ça fait vivre des gens. Ça peut aussi, comme dit Aïssa Dione, empêcher de l'immigration parce que ça fait des emplois.  Vous rencontrez aussi des mannequins. Ils vous parlent aussi de la perception qu'on peut avoir. Ce n'est pas toujours facile.

    Ce n'est pas facile non plus parce que dans le mannequinat, il n'y a pas d'infrastructures. Ces filles n'ont souvent pas d'agence. Quand j'ai fait le défilé, j'ai vu qu'elles étaient venues en regardant sur une application via certaines applications Internet. C'est comme ça qu'elles sont venues. Il y a aussi le problème aussi des familles qui pensent que leurs filles font de la prostitution, que les garçons sont forcément homosexuels. Ce que je veux dire aussi, c'est que quand j'ai commencé le mannequinat, mon premier grand calendrier, ça a été le Pirelli et j'y montre mes fesses. Mon père, quand il a vu ça, il m'a dit : "Mais qu'est-ce que tu fais ma fille ?". Il est devenu fou. Il a eu peur pour moi et c'est normal parce que les parents ne connaissent pas forcément. J'ai grandi dans une ville et on n'était pas dedans, ouvrier, ma mère qui travaille dans une école à Gif-sur-Yvette. On ne connaît pas tout ça. C'est normal pour les parents. Il va falloir du temps. Il faut du temps. Il faut du temps. C'est grâce à ce documentaire que je veux montrer aussi les vraies facettes de la mode. Regardez. Petite bande-annonce pour donner envie. HNA. Exclusif. Tu as déjà habillé des célébrités ? La dernière, c'était Beyoncé.  La mode. C'est vraiment incroyable. L'Afrique. J'ai vu des choses extraordinaires.

    Noémie Lenoir. Habille-nous Africa, le 10 avril sur TV5 Monde. Il y en a qui font de la lingerie. Ce n'est pas toujours facile non plus. Ce n'est pas facile. Ça fait des années que Nafytoo fait de la lingerie. Il faut savoir que j'ai travaillé avec une équipe extraordinaire. Alexandra N'gan, c'est une amie que j'ai rencontrée au Cameroun. Grâce à elle, j'ai rencontré des grands stylistes comme (Silly Rabican), Rosa Malango. Ce sont des jeunes designers qui parlent de la mode sur les réseaux sociaux, ce qui est très important aussi. C'était vraiment un travail d'équipe. Je ne suis pas seule derrière ce bébé. Ça se voit et c'est fort parce que chacun de ces créateurs apporte quelque chose, comme une pierre à l'édifice différente. On se dit que de tout ça, il y a quelque chose qui bouillonne dans cette Afrique-là. C'est pour ça qu'on a envie de montrer plusieurs facettes de plusieurs designers de plusieurs générations. Ils ont tous un but, c'est de faire parler de la mode africaine et de montrer, au monde entier, qu'on peut avoir aussi des boutiques de fabrication africaine. Porter une tenue africaine ne veut pas dire forcément le boubou.  Ce n'est pas forcément non plus en Afrique. On peut le porter en Europe.

    On peut le porte en Europe, mais ce qui est bien avec ces jeunes designers dans mon documentaire, ils ont eu la chance de pouvoir partir. Il y en a à New York, à Paris, à Londres, un peu partout, mais ils sont revenus sur le continent pour créer leur propre marque. Ce qu'il faudrait, ce sont des écoles de formation, des écoles d'apprentissage pour apprendre à faire ça. Comme ça, il y aura beaucoup plus de formations sur le continent. "Habille-nous Africa". C'est un appel qui est lancé, Noémie Lenoir ?  Oui. Ça veut dire, allez-y les créateurs. Il faut maintenant. Il faut aussi que l'Afrique consomme africain. Je pourrais aussi faire ce documentaire partout dans le monde.  Noémie Lenoir. Surtout ne manquez pas ce documentaire le 10 avril sur TV5 Monde, partout dans le monde, "Habille-nous Africa". Noémie Lenoir. Merci beaucoup Noémie. Merci à vous. Merci d'avoir été avec nous.  Merci.

    Voir plusmoins
    00:08:07
    Tous publics
    Tous publics