Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Ce programme n'est malheureusement pas disponible pour votre zone géographique.
    Découvrez d'autres programmes disponibles dans les recommandations ci-dessous.
  • Destination francophonie

    Destination Budapest


    Comment donner envie aux Hongrois d'entrer en contact avec la langue française ? À Budapest, capitale de la Hongrie, l'Institut français propose d'immerger les Hongrois dans la langue française de manière ludique et interactive avec l'opération « Dis-moi à demi-mots ».

    Présentation : Ivan Kabacoff.
    www.tv5monde.com/df

    Transcription

    Cette semaine, Destination Francophonie vous emmène en Hongrie. Qu'est- ce qu'on a ? Le Petit prince, on a Romain Gary, Corneille… Bonjour ! Je suis dans une librairie, en plein centre de Budapest. Et là, il y a un rayon de livres français. Un peu petit. Après, on a un bon rayon de littérature allemande, et surtout un immense rayon pour la langue anglaise. On est un petit peu comme ça, en Hongrie : on a sur le podium, la première place c'est l'anglais, la deuxième place c'est l'allemand, puis la (...)

    Cette semaine, Destination Francophonie vous emmène en Hongrie. Qu'est- ce qu'on a ? Le Petit prince, on a Romain Gary, Corneille… Bonjour ! Je suis dans une librairie, en plein centre de Budapest. Et là, il y a un rayon de livres français. Un peu petit. Après, on a un bon rayon de littérature allemande, et surtout un immense rayon pour la langue anglaise. On est un petit peu comme ça, en Hongrie : on a sur le podium, la première place c'est l'anglais, la deuxième place c'est l'allemand, puis la troisième place c'est le français. Köszönöm! [Merci !] Au revoir. Au revoir.



    Et oui, ici, on parle anglais. C'est même la deuxième langue de communication du pays. Et le tourisme n'y est pas pour rien, car des milliers d'Européens viennent ici passer le weekend à Budapest, et on parle anglais. Quant à l'Allemand, c'est la langue de l'"économie" : celle qui offre pour les Hongrois des débouchés professionnels. Le Français là-dedans, c'est un peu la langue de la culture qui essaye d'avoir sa place. Ce n'est pas si simple.

    En Hongrie, environ 20 000 élèves apprennent le français. Sur 10 millions d'habitants, vous allez me dire que ça ne fait pas beaucoup. Pourtant, il y a quand même une communauté de 600 professeurs de français très motivés. Une dixième école bilingue francophone va prochainement ouvrir ses portes, et elle forme les meilleurs étudiants en français du pays. Il y a cinq Alliances françaises. Donc, ce n'est pas si mal. En fait, le problème c'est que les Hongrois sont peu en contact quotidiennement avec la langue française.

    Mais ce soir, à Budapest, les Hongrois vont pouvoir se frotter à la langue française, s'immerger dans un grand bain de mots, dans tous les sens. Ça ne se passe pas dehors, mais dedans. Ce sera un délice, et ça se passe ici à l'Institut français, venez !

    A, B, C, C, E, I, S, T et U. Et le O du O… Pierre Fourny est un coupeur de mots. Il les coupe en deux. Derrière un mot coupé, un autre apparaît. La cohabitation inattendue de ces deux mots crée une poésie à demi-mot.  La moitié de huit, c'est… ?

     Avec la compagnie Alice, il parcourt le monde francophone pour donner des conférences-spectacles. Il explique avec humour sa démarche fondée sur un logiciel qui connecte les mots ensemble. Au public hongrois, il donne ce soir à voir la langue française en explorant tous ses mystères.

    Bonjour, Pierre.

    Bonjour, Ivan.  Ça s'est bien passé, le spectacle ? Il me semble que les Hongrois ont bien capté cette idée de la coupure. Justement, comment on devient coupeur de mots ? On devient coupeur de mots en faisant du spectacle, donc en regardant les mots d'une façon différente. C'est capter le regard pour qu'il aille ailleurs. Et du coup, je pense que les gens partent effectivement ailleurs, en voyant des choses qui sont bien là. On les a sous les yeux, il n'y a pas de trucage. Sauf que ça nous emmène ailleurs dans la forme même des mots. Il y a toujours le plaisir de la découverte. On se dira : "Qu'est-ce qui va apparaître derrière le mot'rien'?" Et derrière le mot "rien", il y a le mot "dire". Parce que ça veut peut-être rien dire, tout ça. Pierre, l'aventure des mots continue demain. Il y a une grande journée portes ouvertes ici, à l'Institut français, on s'y retrouve ? Oui, j'y serai, et l'exposition et la machine pour que les gens puissent s'amuser avec ce procédé. On voit ça demain ? À demain ! Salut Pierre, bonne soirée ! Bonne soirée.

    Me voici de nouveau à l'Institut français. Aujourd'hui, c'est journées portes ouvertes. Je vous emmène à la découverte de l'exposition Dis-moi à demi-mots. Bah voilà. Nous partons, nous restons. Décoller, atterrir. Ici, il y a le mot "parole", mais quand je mets mon œil, je vois le mot "barque". Qu'est-ce qu'il y a dans le mot "rive" ? Il y a le mot "rêve".

    Alors ça, si c'est pas poétique… Et le clou de l'exposition, c'est Typomatic. Bonjour, Hélène. Bonjour.

    C'est quoi, le Typomatic ? Le Typomatic, vous avez vu le spectacle de Pierre où les gens sont spectateurs, il y a quelque chose qui se passe devant eux. Et avec le Typomatic, ils deviennent acteurs de la poésie à demi-mot. Allez, je deviens acteur ? Oui, oui. C'est parti.

    Qu'est-ce qu'il faut faire ? C'est très simple. Là, tu écris le mot qui te passe dans la tête. Moi, il y a un mot que j'aime beaucoup et qui m'est très propre, c'est le voyage. Je mets "voyage". Par exemple. Rechercher. Et là, il y a toute une liste de mots qui s'affichent, qui sont les mots qui peuvent se combiner avec le mot "voyage". Et dans cette liste de mots contraints, il y en a peut-être un qui… Oui, il y en a un que je vois tout de suite, c'est le mot "valises" puisque vraiment je l'ai fait souvent. Tac.  Il y a un petit pliage quand même à faire. À la bordure des lettres coupées, toujours. Et on revient. Sous le voyage est caché le mot… Valises. Bonjour ! Bonjour.

    Quel mot vous avez pris ? "Ciel". Osez le ciel. Pourquoi c'est intéressant pour vous de venir ici et de voir cette exposition ? J'avais entendu sur l'internet et suis venu pour le voir parce que je assez intéressé par les jeux de mots. 

    De voir aussi les concordances entre le français et le hongrois. On peut, bien sûr. Sur cette table, il y a ce mot. Qui veut dire quoi ? Langue (mater). Il y a aussi "divine voix" en français. Il y a une sorte de relation… Oui, il y a une relation entre les deux, bien sûr. Bonne suite d'exposition ! Merci. À bientôt. À bientôt, merci. Bonjour, Andy. Bonjour, Ivan.

    C'est incroyable, ce projet. Andy, pourquoi c'est important de faire venir les Hongrois à la langue française ?

    Ce qui est important pour nous, c'est en fait que les gens découvrent la langue française comme ils ne s'attendent pas à la découvrir : une version interactive, amusante et visuelle de la langue. Il faut qu'on essaye sans arrêt de se renouveler, de trouver de nouveaux moyens qui nous permettent d'attirer des nouveaux publics.

    Dis-moi demi-mots, c'est une opération de la Semaine de la langue française. Mais là, on n'est pas du tout au moment de la francophonie. Est-ce que ça aussi, c'est important ?

    La langue française, ce n'est pas seulement le mois ou la semaine de la francophonie, c'est toute l'année. De montrer aussi aux enseignants de français, aux élèves, aux francophiles que l'Institut a quelque chose à leur offrir ,et que la langue française c'est quelque chose que l'on peut vivre au quotidien. Et toi Andy, quel est ton mot caché préféré ? Ivan, mon mot caché préféré c'est le mot "futur", qui donne "idéal", parce que le futur du français en Hongrie est idéal.

    Ben oui, c'est évident. Alors si vous souhaitez en savoir plus sur la poésie à demi-mots, rendez-vous sur notre site internet. Nous, on se retrouve bien sûr la semaine prochaine pour une nouvelle destination. Et d'ici là, n'hésitez pas à tout oser sur la planète francophone. Salut ! Salut !

    Voir plusmoins
    00:08:05
    Tous publics
    Tous publics