Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Transformer

    Aujourd'hui, dans sa chronique sur la langue française, ses curiosités, son actualité et ses accents, le professeur Bernard Cerquiglini nous parle de "transformer". Merci professeur !

    Transcription

    On connaît la formule célèbre du grand chimiste Antoine Laurent de Lavoisier,

    rien ne se perd, rien ne se crée, tour se transforme.

    Elle est représentative de l'esprit de la science moderne

    qui se fonde en ce XVIIIe siècle, la matière est un continuum.

    Il en est de même de la vie.

    Un gland se transforme en chêne, un oeuf en oiseau, écrit Voltaire.

    Transformer le grand verbe de la science,

    de la tech (...)

    On connaît la formule célèbre du grand chimiste Antoine Laurent de Lavoisier,

    rien ne se perd, rien ne se crée, tour se transforme.

    Elle est représentative de l'esprit de la science moderne

    qui se fonde en ce XVIIIe siècle, la matière est un continuum.

    Il en est de même de la vie.

    Un gland se transforme en chêne, un oeuf en oiseau, écrit Voltaire.

    Transformer le grand verbe de la science,

    de la technique, plus tard de la politique.

    Transformer la société, tel fut l'objet des penseurs au XIXe siècle.

    Empruntée au latin transformare, fait sur format, la forme,

    transformer signifie, proprement, changer de forme.

    Ce n'est pas fortuit si on le rencontre, pour la première fois,

    dans une traduction française des "Métamorphoses" d'Ovide.

    Certes, le terme a été appelé par la science dès le XVIIIe siècle, ainsi que ses dérivés.

    Le transformateur appartient à l'équipement électrique.

    La transformation est chimique, algébrique, thermodynamique.

    Le verbe, toutefois, se rencontre dans la langue courante,

    on transforme un vêtement, un essai au rugby, sa coiffure.

    Nul hasard s'il est également fréquent en esthétique.

    Pour paraphraser Lavoisier, l'art ne crée rien, il transforme, par l'alchimie du style.

    Comme le disait Léopold SEDAR SENGHOR, seul le rythme provoque le court-circuit poétique et transforme le cuivre en or, la parole en verbe. Transformer par le rythme, le grand écrivain Sénégalais définissait ainsi, au mieux, son art poétique.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:53
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics