Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Sur

    Et si vous en appreniez un peu plus sur le mot sur avec le professeur Bernard Cerquiglini ? Regardez Merci professeur !, une chronique sur la langue française, ses curiosités, son actualité et ses accents.

    Transcription

    Bonjour Professeur.

    Bonjour Marie.

    Régis, de France, nous envoie un courriel dans lequel il s'interroge sur l'usage de "sur" à tout bout de champ. Il cite : "Habiter sur Lyon, venir sur Paris, évolution sur 2007". Dites-nous, Professeur.

    Marie, il est significatif que cette question provienne d'un téléspectateur Français. Cher Régis, vous avez raison d'être en colère. Il y a une bonne vingtaine d'années, j'ai entendu un de mes éminents collègues universi (...)

    Bonjour Professeur.

    Bonjour Marie.

    Régis, de France, nous envoie un courriel dans lequel il s'interroge sur l'usage de "sur" à tout bout de champ. Il cite : "Habiter sur Lyon, venir sur Paris, évolution sur 2007". Dites-nous, Professeur.

    Marie, il est significatif que cette question provienne d'un téléspectateur Français. Cher Régis, vous avez raison d'être en colère. Il y a une bonne vingtaine d'années, j'ai entendu un de mes éminents collègues universitaires parisiens me demander : "Seras-tu sur la fac demain ?" Il voulait dire : quelque part dans l'université. C'était le premier symptôme d'un mal qui s'est répandu. Et l'on entend couramment de nos jours : être demain sur Lyon, ne pas trouver de chambre sur Montpellier, etc. "Sur" devient l'unique préposition spatiale, voire temporelle. Noter une tendance sur 2007. D'où vient cette évolution récente ? J'ai d'abord pensé à l'extension d'un emploi classique, "sur" désignant le lieu où l'on se rend ; marcher sur Rome, ou bien le lieu où l'on constate une présence ; il y avait foule sur le port. J'y verrais plus tôt, aujourd'hui, l'effet de cette mobilité superficielle dont nous sommes affectés. On se déplace constamment, emportant avec soi, ordinateur et téléphone portable. On vole, on survole : Je ne suis pas à Marseille, je ne circule pas dans Marseille, je suis sur Marseille. Ce nomadisme prépositionnel est seulement français. Si à l'aide d'un moteur de recherche, vous cherchez l'expression, sur Paris, dans la toile, vous en trouverez plus d'un million d'exemplaires, tous issus de pages françaises et tous, à vue de nez, fautifs. Sur Montréal, en revanche, est beaucoup moins testé et toujours correctement, les fenêtres donnent sur Montréal. Alors ? Les Français sont modernes, branchés, nomades, j'en conviens, mais ce n'est pas une raison pour donner à la préposition "sur", le privilège du lieu.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:02:24
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics