Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Super et hyper

    Partez à la découverte de la langue française : ses curiosités, son actualité et ses accents grâce à Merci Professeur !. Dans cette chronique, le professeur Bernard Cerquiglini va parler des superlatifs hyper et super.

    Transcription

    Bonjour, je m’appelle Mike et je suis Irlandais. Que pensez-vous de l'emploi des superlatifs genre : "hyper", "super" ? Par exemple : hyper hyper beau, hyper sympa, hyper… Est-ce qu'à votre avis l'adjectif "très" est en train de disparaître ? Merci pour votre réponse. La prolifération de termes nouveaux en "super" ou "hyper", ne doit pas inquiéter. Elle traduit tout d'abord une belle inventivité de la langue. Ces éléments ensuite sont parfaitement intégrés au Français, et depuis longtemps. "Supe (...)

    Bonjour, je m’appelle Mike et je suis Irlandais. Que pensez-vous de l'emploi des superlatifs genre : "hyper", "super" ? Par exemple : hyper hyper beau, hyper sympa, hyper… Est-ce qu'à votre avis l'adjectif "très" est en train de disparaître ? Merci pour votre réponse. La prolifération de termes nouveaux en "super" ou "hyper", ne doit pas inquiéter. Elle traduit tout d'abord une belle inventivité de la langue. Ces éléments ensuite sont parfaitement intégrés au Français, et depuis longtemps. "Super" est d'origine latine. Il a d'abord servi à désigner une position au-dessus : superposer. Mais "super" avait déjà en latin une valeur intensive qui s'est développée dès l'ancien français. Cette valeur s'est accrue au cours du 20e siècle sous l'influence de l'anglais "super" : super-préfet, super pétrolier, supercarburant, etc. "Super" reste un des préfixes les plus productifs : former un mot nouveau est super simple. "Hyper" provient du grec où il avait un sens spatial : hyperbole. Mais la valeur intensive déjà présente en grec s'est développée au 16e siècle. Hyper a servi à former des termes du vocabulaire médical, grâce en particulier à l'opposition entre "hyper" et "hypo" : hypertension, hypotension. Cet élément reste selon moi un préfixe savant, et dans la langue courante de très haut degré. Par exemple, un hypermarché est à l'évidence plus vaste qu'un supermarché. Et d'ailleurs un petit grand magasin si j'ose dire, est qualifié de supérette, pas d'hyperette. On peut s'agacer devant certaines créations : super génial cet appart hyper romantique. Mais il s'agit d'emploi familier et sans doute éphémère, de préfixes parfaitement intégrés à la langue. Et quant aux bons et vieux adverbes d'intensité, n'ayons aucune inquiétude : il reste très vivant et fort courant.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:02:27
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics