Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    soeur, e dans l'o

    Enrichissez vos connaissances sur la langue française, ses curiosités, son actualité et ses accents avec la chronique du professeur Bernard Cerquiglini. Au programme : l'origine de la lettre oe. Merci professeur !

    Transcription

    Bonjour Professeur.

    Bonjour Marie.

    J'ai une question qui va vous faire plaisir.

    Véronique, des Etats-Unis, aimerait connaître l'origine de la lettre E dans l'oe,

    que l'on retrouve soeur, oeuf et boeuf.

    Alors, dites-nous, Professeur.

    Marie, on m'interroge souvent sur cette curieuse graphie française

    qui lie les voyelles o et e.

    Cette graphie traduit un singulier conservatisme de l'ortho (...)

    Bonjour Professeur.

    Bonjour Marie.

    J'ai une question qui va vous faire plaisir.

    Véronique, des Etats-Unis, aimerait connaître l'origine de la lettre E dans l'oe,

    que l'on retrouve soeur, oeuf et boeuf.

    Alors, dites-nous, Professeur.

    Marie, on m'interroge souvent sur cette curieuse graphie française

    qui lie les voyelles o et e.

    Cette graphie traduit un singulier conservatisme de l'orthographe.

    Il faut distinguer deux cas.

    Tout d'abord, les termes empruntés par filiation savante à des mots grecs

    qui comportaient la double voyelles oi, comme oedipe, oenologie.

    Ces termes se prononcent avec un é,

    mais la prononciation e est devenu courante par confusion avec le second cas.

    Pour les autres, il ne s'agit pas de grec,

    mais du latin, dont la voyelle o s'était diphtonguée,

    était devenue double en ancien français.

    Par exemple, on prononçait et on écrivait suaire de soroer.

    A la fin du Moyen-Age, ces diphtongues se sont réduites à une voyelle simple,

    et on a prononcé, soeur. Mais comment écrire ce son e ?

    Le plus souvent, on le transcrivait par eu, comme dans fleur,

    mais pour certains termes,

    les grammairiens de la Renaissance ont choisi une autre option

    afin de montrer la filiation latine,

    (inaudible) latin comportant une voyelle o.

    Ils ont inscrit cette voyelle o dans la graphie e. Voilà pourquoi on écrit soeur, coeur, etc. Pourquoi diable conserver une graphie latinisante du seizième siècle ? Il serait simple et pratique d'écrire seur, euf, beuf, veux, mais ne rallumons pas la guerre de l'orthographe.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:56
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics