Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Sellette et travail

    Les mots sellette et travail vous posent question ? Le professeur Bernard Cerquiglini vous éclaire sur les méandres de la langue française... Merci professeur !

    Transcription

    Il faut l'avouer, j'ai enregistré la première série de ces émissions sur un tabouret fort mal commode. Je m'en suis ouvert au réalisateur, lui disant : "vous m'avez mis, non seulement au travail, mais sur la sellette". Comme c'est un fin connaisseur de la langue française, il a compris. "Sellette", en effet, comme sellerie et sellier est un dérivé de selle. Il désignait, en ancien français, un petit tabouret sur lequel on essayait l'accusé pour l'interroger, et pour l'interroger vivement. Être s (...)

    Il faut l'avouer, j'ai enregistré la première série de ces émissions sur un tabouret fort mal commode. Je m'en suis ouvert au réalisateur, lui disant : "vous m'avez mis, non seulement au travail, mais sur la sellette". Comme c'est un fin connaisseur de la langue française, il a compris. "Sellette", en effet, comme sellerie et sellier est un dérivé de selle. Il désignait, en ancien français, un petit tabouret sur lequel on essayait l'accusé pour l'interroger, et pour l'interroger vivement. Être sur la "sellette", c'est donc subir des critiques, des pressions de toutes sortes, être dans une situation peu confortable. "Travail" a une origine voisine. Il est issu du latin "tripalium", "trépied", qui désignait un instrument de torture. "Travail", en ancien français, signifie la fatigue, la douleur. On disait, par exemple, se travailler, pour faire un effort physique intense. La langue actuelle a gardé des traces de cette ancienne signification, en particulier en médecine où travail signifie les douleurs de l'accouchement, d'où les expressions : travail d'enfant, salle de travail, femme en travail. C'est seulement à partir du 15e siècle que travail a pris le sens d'activité productrice et rémunérée, mais qui reste pénible, comme on le voit dans "travaux forcés", ou en psychanalyse dans "travail du deuil", et comme on le vérifie tous les jours. "Être au travail" et "sur la sellette", c'est donc souffrir mille maux. Rassurez-vous. Désormais, je suis confortablement assis.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:54
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics