Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Saboter

    Enrichissez vos connaissances sur la langue française, ses curiosités, son actualité et ses accents avec la chronique du professeur Bernard Cerquiglini. Au programme : le mot saboter. Merci professeur !

    Transcription

    Dans la trame des mots les plus courants s'aperçoit l'image de l'ancienne société. Prenez "saboter" et "sabotage". Pense-t-on, quand on les emploie, aux sabots. Ils proviennent pourtant de cette chaussure rudimentaire faite de bois. Saboter signifiait d'abord fabriquer des sabots. Il a pris, ensuite, le sens de faire du bruit avec ses sabots, puis enfin, de marcher lourdement, grossièrement. Aux sabots, s'associent l'idée de naïveté rurale, avoir les deux pieds dans le même sabot, voire de rusti (...)

    Dans la trame des mots les plus courants s'aperçoit l'image de l'ancienne société. Prenez "saboter" et "sabotage". Pense-t-on, quand on les emploie, aux sabots. Ils proviennent pourtant de cette chaussure rudimentaire faite de bois. Saboter signifiait d'abord fabriquer des sabots. Il a pris, ensuite, le sens de faire du bruit avec ses sabots, puis enfin, de marcher lourdement, grossièrement. Aux sabots, s'associent l'idée de naïveté rurale, avoir les deux pieds dans le même sabot, voire de rusticité épaisse, jouer comme un sabot. On comprend que le verbe, au début du 19e siècle, ait pris le sens d'accomplir maladroitement sa tâche. C'est à la fin du 19e siècle qu'une intention maligne apparaît dans le terme. On relève, en effet, dans Le Père Peinard, journal révolutionnaire du 19 septembre 1897, "saboter" et "sabotage" au sens de "destruction clandestine du matériel de l'entreprise". Certains historiens de la langue ont imaginé des ouvriers lançant leurs sabots dans la machine ou dans le métier à tisser. Cette explication romanesque n'a pas d'autre défaut que l'absence de preuves. On n'a aucune attestation du fait justifiant l'expression. Je crois qu'il faut partir, tout simplement, de l'emploi courant de saboter au sens de bâcler son travail. Il était facile, à la pensée révolutionnaire, d'adjoindre une intention délibérée à ce sabotage. Restons prudents, la recherche étymologique ne doit pas arriver à la vérité avec ses gros sabots.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:54
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics