Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Rester

    Aujourd'hui, dans sa chronique sur la langue française, ses curiosités, son actualité et ses accents, le professeur Bernard Cerquiglini nous parle de rester. Merci professeur !

    Transcription

    La façon dont la norme se constitue en français est parfois singulière. Prenez le verbe rester. On peut l'entendre au sens de résider, habiter, par exemple, elle reste près de chez moi, il a longtemps resté dans cette rue. Dans ce cas, le verbe rester se conjugue avec l'auxiliaire avoir. Cet emploi est des plus courant dans une grande partie de la France, en Picardie, en Champagne-Ardenne, dans le Cantal, en Corrèze, en Aquitaine. On peut l'entendre également en Suisse, en Belgique, en Amérique (...)

    La façon dont la norme se constitue en français est parfois singulière. Prenez le verbe rester. On peut l'entendre au sens de résider, habiter, par exemple, elle reste près de chez moi, il a longtemps resté dans cette rue. Dans ce cas, le verbe rester se conjugue avec l'auxiliaire avoir. Cet emploi est des plus courant dans une grande partie de la France, en Picardie, en Champagne-Ardenne, dans le Cantal, en Corrèze, en Aquitaine. On peut l'entendre également en Suisse, en Belgique, en Amérique du Nord. Cela fait tout de même beaucoup et constitue un réel usage. Cependant, les puristes l'ont toujours condamné. Au 17ème siècle, Vaugelas y voit un mauvais usage qu'il attribue aux Normands. De façon générale, quand cet emploi est cité par un dictionnaire, il est qualifié de populaire ou régional, malgré sa fréquence, il est maintenu dans les marges. Que faut-il dire alors ? Revenons à Vaugelas : "Les Normands ne se peuvent défaire de leur rester pour demeurer". Voilà le verbe de bon usage qui ne cesse d'être recommandé depuis. Mais pourtant, dites-moi, quelle différence y a-t-il entre rester et demeurer ? Ils ont presque le même sens, qui est "continuer d'être" et particulièrement dans le même lieu, mais ils n'ont pas le même destin. Le premier, quoique fort vivant, est tenu pour régional, le second, bien qu'assez recherché, appartient au beau langage. C'est comme ça.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:48
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics