Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Rappeler, souvenir

    Vous vous interrogez sur la différence entre rappeler et souvenir ? Le professeur Bernard Cerquiglini vous éclaire sur les méandres de la langue française... Merci professeur !

    Transcription

    Ne craignons pas d'être peu puristes, à bon escient du moins. En français, on se souvient de quelque chose, on se rappelle quelque chose. Le verbe latin "subvenire", "venir sous", signifiait venir en aide à quelqu'un. Il a donné le verbe médiéval, "souvenir". En ancien français, en effet, on souvient quelqu'un de quelque chose, on lui vient en aide avec quelque chose. Par suite, "se souvenir de quelque chose" signifie se conforter avec quelque chose, et particulièrement en rappelant un fait à sa (...)

    Ne craignons pas d'être peu puristes, à bon escient du moins. En français, on se souvient de quelque chose, on se rappelle quelque chose. Le verbe latin "subvenire", "venir sous", signifiait venir en aide à quelqu'un. Il a donné le verbe médiéval, "souvenir". En ancien français, en effet, on souvient quelqu'un de quelque chose, on lui vient en aide avec quelque chose. Par suite, "se souvenir de quelque chose" signifie se conforter avec quelque chose, et particulièrement en rappelant un fait à sa mémoire. Ce qui explique que ce souvenir se construise normalement avec la préposition "de". "Rappeler", en revanche, est un simple dérivé du verbe "appeler", dont la construction est transitive directe. J'appelle un fait à ma mémoire, je me rappelle ce fait, d'où les syntaxes différentes, je me souviens d'un événement, un événement dont je me souviens, je me rappelle un événement, un événement que je me rappelle. Curieusement, depuis le 18e siècle au moins, la langue familière a tendance à généraliser la construction avec préposition, et l'on entend souvent, on lit aussi chez de bons écrivains, je me rappelle d'un événement. Dans la langue soutenue orale ou écrite, cette construction est fautive. On se souvient de quelque chose, on se rappelle quelque chose, voilà une distinction qu'il convient de respecter et d'abord de mémoriser. Point.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:49
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics