Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Quartiers

    Connaissez-vous l'expression "prendre ses quartiers" ? Laissez vous guider par le professeur Bernard Cerquiglini pour en apprendre un peu plus sur la langue française. Merci professeur !

    Transcription

    Bonjour Professeur.

    Bonjour Marie.

    Ophélie d'Allemagne aimerait savoir d'où vient l'expression "prendre ses quartiers". C'est vrai ça, ça vient d'où ? Dites-nous Professeur.

    Marie, l'expression, n'est pas jeune, mais on l'entend encore. Il convient donc de l'expliquer. Quartier est un dérivé de quart, il peut en être synonyme. En héraldique, par exemple, le quartier donne écu, d'où les quartiers de noblesse, mais en général, quartier signifie un gros mor (...)

    Bonjour Professeur.

    Bonjour Marie.

    Ophélie d'Allemagne aimerait savoir d'où vient l'expression "prendre ses quartiers". C'est vrai ça, ça vient d'où ? Dites-nous Professeur.

    Marie, l'expression, n'est pas jeune, mais on l'entend encore. Il convient donc de l'expliquer. Quartier est un dérivé de quart, il peut en être synonyme. En héraldique, par exemple, le quartier donne écu, d'où les quartiers de noblesse, mais en général, quartier signifie un gros morceau, un quartier de pomme ou de roche. Cette idée de portion importante s'applique aux agglomérations. L'arrondissement en est la division administrative, mais je dirais que le quartier en constitue la division sentimentale. C'est la partie d'une ville ayant sa physionomie propre, mon quartier. C'est l'endroit où l'on vit, où l'on se connaît, un médecin de quartier. Cette tension de vie collective se retrouve dans le langage militaire. Quartiers, généralement au pluriel, désignent l'endroit où s'installent une troupe et ses officiers. Quartier est alors synonyme de cantonnement avec, en son centre, le quartier général où travaille l'état-major. Chère Ophélie, voilà votre expression : "Prendre ses quartiers d'hiver ou d'été" signifie s'installer dans un endroit pour une saison. Cet emploi militaire a entraîné une dernière expression : "S'emparer d'une ville, mais en laissant un réduit à l'armée vaincue, c'est lui donner quartier. " Ce dernier terme a pris le sens de vie sauve. On demande et l'on accorde quartier. Le plus souvent, hélas, l'expression est d'emploi négatif : "faire aucun quartier", c'est-à-dire massacrer, tout le monde, point de quartier. Je crois que chemin faisant, nous avons balayé l'ensemble des emplois du mot quartier, ne lui faisant grâce de rien.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:02:08
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics