Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Prescription et proscription

    Vous avez des difficultés avec les mots prescription et proscription ? Le professeur Bernard Cerquiglini vous éclaire sur les méandres de la langue française... Merci professeur !

    Transcription

    Ne craignons pas d'être un peu puriste, à bon escient du moins.

    Je n'aime pas, mais alors pas du tout,

    que l'on confonde la prescription et la proscription.

    La première est liée au verbe prescrire,

    celui-ci est issu du latin praescribere, de prae devant, et escribere écrire,

    c'est-à-dire écrire par avance ou écrire en tête,

    d'où les deux sens du verbe prescrire.

    Tout d'abord, écrire par avance,
    (...)

    Ne craignons pas d'être un peu puriste, à bon escient du moins.

    Je n'aime pas, mais alors pas du tout,

    que l'on confonde la prescription et la proscription.

    La première est liée au verbe prescrire,

    celui-ci est issu du latin praescribere, de prae devant, et escribere écrire,

    c'est-à-dire écrire par avance ou écrire en tête,

    d'où les deux sens du verbe prescrire.

    Tout d'abord, écrire par avance,

    c'est-à-dire libérer quelqu'un d'une obligation, au-delà d'un certain temps.

    Il peut s'agir d'une dette ou d'une condamnation,

    d'où le sens actuel de prescription.

    Cet homme ne peut pas être condamné car il y a prescription.

    Ensuite, écrire en tête, c'est-à-dire ordonner expressément.

    La prescription est ce qui vous est ordonné, généralement par votre médecin.

    Proscrire, lui, vient du verbe latin proscribere, de pro, avant, et scribere.

    A l'époque romaine, proscribere signifiait mettre un écrit devant les yeux de quelqu'un,

    publier par affiche, et plus précisément annoncer par affiche

    la confiscation des biens d'un condamné.

    Proscrire a hérité de ce sens technique, puis à partir du XVIIe siècle

    a signifié chasser quelqu'un.

    C'est alors un proscrit, victime d'une proscription.

    Dans l'usage actuel, proscription est synonyme d'interdiction,

    proscription d'un mot ou d'un usage.

    C'est bien là que le bât blesse,

    car la prescription est ce qui vous est ordonné par votre médecin, la proscription, ce que la grammaire interdit. Il est donc proscrit de les confondre et prescrit de les distinguer.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:54
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics