Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Première ministre

    Partez à la découverte de la langue française : ses curiosités, son actualité et ses accents grâce à Merci Professeur !. Dans cette chronique, le professeur Bernard Cerquiglini va parler de Première ministre.

    Transcription

    Une téléspectatrice du Québec me demande si elle a le droit de dire une Première ministre. Evidemment, chère téléspectatrice, vous en avez le droit. Vous en avez même le devoir. Et ceci, pour trois raisons. Tout d'abord parce que cela ne pose aucun problème grammatical. Ministre fait partie de ces termes que les grammairiens appellent épicènes qui ont la même forme au masculin et au féminin. Il suffit donc de changer l'article : un journaliste, une journaliste ; un ministre, une ministre. Et en (...)

    Une téléspectatrice du Québec me demande si elle a le droit de dire une Première ministre. Evidemment, chère téléspectatrice, vous en avez le droit. Vous en avez même le devoir. Et ceci, pour trois raisons. Tout d'abord parce que cela ne pose aucun problème grammatical. Ministre fait partie de ces termes que les grammairiens appellent épicènes qui ont la même forme au masculin et au féminin. Il suffit donc de changer l'article : un journaliste, une journaliste ; un ministre, une ministre. Et en accordant l'adjectif une Première ministre. Ensuite, parce que la féminisation des noms de métiers est socialement juste. Il n'est point de neutre lexical en français. Seulement du masculin et du féminin. Ce qui est fort évident avec les noms de métiers qui renvoient à des êtres sexués. Vous êtes boulanger ou bien boulangère. Vous serez donc un ministre ou une ministre. Imposer un masculin à une femme chargée d'un ministère, c'est nier son identité. Enfin, parce que cette légitime innovation linguistique est apparue d'abord au Québec. Elle s'est étendue ensuite à d'autres variétés du français, en Belgique, en Suisse, enfin en France. Voilà un bon usage de la francophonie. Si être francophone, c'est avoir le français en partage, il importe d'en partager également le légitime progrès.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:49
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics