Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Poubelle

    Partez à la découverte de la langue française : ses curiosités, son actualité et ses accents grâce à Merci Professeur !. Dans cette chronique, le professeur Bernard Cerquiglini va parler de poubelle.

    Transcription

    Le vocabulaire français est traversé de fantômes bien sympathiques. Je voudrais, aujourd'hui, évoquer la mémoire d'un grand préfet de Paris qui régla la question du ramassage des immondices. Le problème était ancien. Au Moyen-Age, on confiait les ordures aux ruisseaux qui couraient au centre incurvé des rues, mais la saleté était universelle. Au 18e siècle, tous les voyageurs se plaignent qu'à Paris, on doive marcher dans la crotte et les ordures. En 1883 et 1884, notre brave préfet prend 2 arrê (...)

    Le vocabulaire français est traversé de fantômes bien sympathiques. Je voudrais, aujourd'hui, évoquer la mémoire d'un grand préfet de Paris qui régla la question du ramassage des immondices. Le problème était ancien. Au Moyen-Age, on confiait les ordures aux ruisseaux qui couraient au centre incurvé des rues, mais la saleté était universelle. Au 18e siècle, tous les voyageurs se plaignent qu'à Paris, on doive marcher dans la crotte et les ordures. En 1883 et 1884, notre brave préfet prend 2 arrêtés fort intéressants. Tout d'abord, il tente, mais sans succès, il a plus d'un siècle d'avance, d'imposer le tri sélectif. Il demande qu'on distingue, en effet, les matières putrescibles, les papiers chiffons et la faïence, le verre et les coquilles d'huîtres, on mangeait beaucoup d'huîtres à la fin du 19e siècle. D'autre part, il impose, avec succès, l'usage de boîtes métalliques fermées, cylindriques, d'un volume de 80 litres, que l'on devait descendre à heure fixe et qui allaient être ramassées par un service municipal. Très vite, ces boîtes prirent le nom du préfet, ce nom, vous le connaissez. Il était né à Caen en 1831, avait été préfet de Grenoble, avant d'arriver à Paris, il s'appelait Eugène Poubelle. Il a aujourd'hui sa rue à Paris, mais elle est bien courte et n'a qu'un numéro, pas même le numéro un. De grâce, ne jetons pas le souvenir de ce grand serviteur de l’État dans les poubelles de l'histoire.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:53
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics