Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Me trompé-je

    Connaissez-vous l'expression Me trompé-je ? Laissez vous guider par le professeur Bernard Cerquiglini pour en apprendre un peu plus sur la langue française. Merci professeur !

    Transcription

    Les francophones sont si respectueux de l'orthographe qu'ils en viennent à prononcer

    selon les anomalies graphiques, et non pas conformément aux lois de la phonétique.

    En voici un bon exemple.

    Quand le pronom je, de première personne, suit un verbe se terminant par un e muet,

    cet e final est remplacé, à l'écrit, par un é.

    Il peut s'agir d'une interrogation, me trompé-je ? ;

    d'une inversion, sans doute employé-je (...)

    Les francophones sont si respectueux de l'orthographe qu'ils en viennent à prononcer

    selon les anomalies graphiques, et non pas conformément aux lois de la phonétique.

    En voici un bon exemple.

    Quand le pronom je, de première personne, suit un verbe se terminant par un e muet,

    cet e final est remplacé, à l'écrit, par un é.

    Il peut s'agir d'une interrogation, me trompé-je ? ;

    d'une inversion, sans doute employé-je une mauvaise méthode ;

    d'une exclamation, puissé-je revenir !

    Ceux qui se risquent à utiliser ces constructions à l'oral,

    mettent un point d'honneur à prononcer cet é.

    Me trompé-je mon cher confrère ? Ils ont tort.

    Prenons le groupe puissé-je, il se termine par un e muet, celui du pronom je.

    Dans ce cas, le e qui précède est toujours prononcé ouvert, è, et jamais fermé, é.

    Pensons à collège, manège, arpège, etc.

    Il faut donc prononcer comme je l'ai fait depuis le début de cette chronique.

    Ce sont les grammairiens du dix-septième siècle qui ont imposé une graphie avec e accent aigu aberrante et qui prête à l'erreur. Dussè-je passer pour un iconoclaste, je soutiens qu'il faut corriger cette orthographe et employer, dans ce cas, un e accent grave, ce qui évitera, à ceux qui se lancent dans un tonitruant, me trompé-je, de commencer en se trompant de prononciation.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:44
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics