Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Manche

    Enrichissez vos connaissances sur la langue française, ses curiosités, son actualité et ses accents avec la chronique du professeur Bernard Cerquiglini. Au programme : le mot manche. Merci professeur !

    Transcription

    Notre vocabulaire figé reflète parfois des usages culturels anciens et révolus. Il en devient opaque. Prenez le terme "manche". Je lisais, l'autre soir, dans un conte de MAUPASSANT : "Elle murmura, en se grattant le menton, si seulement on avait un député dans sa manche". Nos "manches" actuelles, serrées au poignet, ne permettraient pas qu'on y glisse un député, encore moins un sénateur. Cette expression renvoie à une époque, disons la fin du Moyen-Age et la Renaissance, où les manches montraien (...)

    Notre vocabulaire figé reflète parfois des usages culturels anciens et révolus. Il en devient opaque. Prenez le terme "manche". Je lisais, l'autre soir, dans un conte de MAUPASSANT : "Elle murmura, en se grattant le menton, si seulement on avait un député dans sa manche". Nos "manches" actuelles, serrées au poignet, ne permettraient pas qu'on y glisse un député, encore moins un sénateur. Cette expression renvoie à une époque, disons la fin du Moyen-Age et la Renaissance, où les manches montraient une double particularité. Tout d'abord, elles étaient larges et fonctionnaient comme des poches. On y glissait un mouchoir, un peigne, un miroir. Avoir, tenir, mettre quelqu'un dans sa manche, c'est donc, par image, le tenir à sa disposition, pouvoir compter sur son soutien. Ensuite, elles étaient amovibles ou du moins de fausses manches, agrafées et détachables, se superposaient au vrai, d'où l'expression, c'est une autre paire de manches. D'où peut-être l'idée que vêtement et manches étant dissociables, pouvaient désigner les diverses parties d'un jeu de cartes, la première, la deuxième manche, que l'on pouvait gagner. C'est l'hypothèse habituellement retenue. Il est une autre explication que, pour ma part, je préfère. Au Moyen-Age, l'enjeu d'un tournoi était souvent la manche amovible, qu'une belle dame offrait au vainqueur. Hypothèse risquée sans doute, mais dont j'aime bien le romanesque.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:57
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics