Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Le Rouge et le Noir

    Enrichissez vos connaissances sur la langue française, ses curiosités, son actualité et ses accents avec la chronique du professeur Bernard Cerquiglini. Au programme : le Rouge et le Noir. Merci professeur !

    Transcription

    Une des questions les plus épineuses de la grammaire française

    est l'emploi de l'article contracté devant les titres d'ouvrages.

    Vous savez que le français possède des articles particuliers

    qui résultent de leur contraction avec une préposition, au, aux, du, des.

    Vous n'ignorez pas qu'on emploie ces articles devant les toponymes,

    la ville du Mans.

    Qu'en est-il des titres d'ouvrages qui commencent par un article ? (...)

    Une des questions les plus épineuses de la grammaire française

    est l'emploi de l'article contracté devant les titres d'ouvrages.

    Vous savez que le français possède des articles particuliers

    qui résultent de leur contraction avec une préposition, au, aux, du, des.

    Vous n'ignorez pas qu'on emploie ces articles devant les toponymes,

    la ville du Mans.

    Qu'en est-il des titres d'ouvrages qui commencent par un article ?

    Le Misanthrope.

    En général, la contraction s'opère, Molière est l'auteur du Misanthrope.

    La situation se complique

    quand le titre comporte deux noms : le Rouge et le noir.

    L'usage est flottant et les grammairiens indécis.

    Certains conseillent la contraction.

    Un critique parlera de la fin du rouge et du noir.

    D'autres la déconseillent et font écrire la fin de Le rouge et le noir.

    Quel est mon sentiment ?

    Eh bien que, dans les deux cas,

    l'expression a quelque chose de maladroit, sinon de bizarre.

    Elle semble enfreindre les règles de la grammaire française.

    Je recommande donc une conduite courageuse, la fuite, ou du moins le contournement de l'obstacle par l'emploi d'un terme intermédiaire. Je dirais donc la fin du roman Le Rouge et le noir. Cela manque peut-être de légèreté ou d'élégance, mais pas de naturel, et c'est ce qui importe.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:38
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics