Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Godillot

    Et si vous en appreniez un peu plus sur le mot godillot avec le professeur Bernard Cerquiglini ? Regardez Merci professeur !, une chronique sur la langue française, ses curiosités, son actualité et ses accents.

    Transcription

    Le XIXe siècle fut l'âge d'or des entrepreneurs dynamiques,

    qui partis de rien, firent fortune.

    Les romans de Balzac, puis de Zola, nous les dépeignent.

    En voici un assez romanesque.

    Il était né à Paris en 1816 dans un milieu des plus modestes.

    Ayant fait trente-six métiers, il eut idée, après la belle révolution de 1848,

    de créer une entreprise d'organisation de fêtes publiques.

    Rallié à l'Empire, (...)

    Le XIXe siècle fut l'âge d'or des entrepreneurs dynamiques,

    qui partis de rien, firent fortune.

    Les romans de Balzac, puis de Zola, nous les dépeignent.

    En voici un assez romanesque.

    Il était né à Paris en 1816 dans un milieu des plus modestes.

    Ayant fait trente-six métiers, il eut idée, après la belle révolution de 1848,

    de créer une entreprise d'organisation de fêtes publiques.

    Rallié à l'Empire, il devînt organisateur officiel des fêtes,

    chargé de décorer, en particulier, chacune des villes que traversait Napoléon III.

    Ce goût pour l'aménagement urbain trouva à s'exercer

    d'une part, à Saint-Ouen près de Paris,

    où il ouvrait des tanneries et dont il devint le maire,

    d'autre part, à Hyères, dans le Midi de la France,

    dont il révolutionna l'urbanisme, un quartier porte encore son nom.

    Mais il fit surtout sa fortune et sa gloire comme fournisseur aux armées,

    principalement durant la guerre de Crimée de 1853,

    au cours de laquelle il équipa les troupes en tentes,

    en selles, et en solides chaussures montantes.

    Ces gros souliers résistants et malcommodes,

    prirent aussitôt son nom et le gardèrent.

    Il s'appelait Alexis GODILLOT.

    C'est grâce à lui que nous qualifions, ainsi,

    nos bonnes grosses godasses, usagées, mais fidèles.

    A ce sujet, rappelons-nous que durant les années 1960,

    les gaullistes, pour marquer leur fidélité et leur obéissance au général,

    se qualifièrent de parti Godillot.

    Quelle gloire posthume pour notre entrepreneur entreprenant !

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:53
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics