Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Forcené

    Connaissez-vous le mot forcené ? Laissez-vous guider par le professeur Bernard Cerquiglini pour en apprendre un peu plus sur la langue française. Merci professeur !

    Transcription

    L'action, quand elle n'est pas forcenée, me devient de plus en plus antipathique, écrit Gustave Flaubert dans une lettre. Nul doute que le grand écrivain emploi forcené, conformément à sa conception de l'art, et selon l'usage moderne du mot. En effet, un forcené est une personne qui, saisit d'une folie violente, n'a plus le contrôle d'elle-même. Nul doute également que Flaubert, comme l'orthographe l'y invite, rattache forcené, à force. C'est l'usage actuel devant lequel le linguiste doit s'incl (...)

    L'action, quand elle n'est pas forcenée, me devient de plus en plus antipathique, écrit Gustave Flaubert dans une lettre. Nul doute que le grand écrivain emploi forcené, conformément à sa conception de l'art, et selon l'usage moderne du mot. En effet, un forcené est une personne qui, saisit d'une folie violente, n'a plus le contrôle d'elle-même. Nul doute également que Flaubert, comme l'orthographe l'y invite, rattache forcené, à force. C'est l'usage actuel devant lequel le linguiste doit s'incliner. Mais l'historien de la langue peut rappeler que l'étymologie est tout autre. "Forcené" est, au départ, le participe passé du vieux verbe "forséner", perdre la raison, sans référence aucune à la force. D'ailleurs, on écrivait ce verbe avait un "S". Il était formé de la préposition "fort", "hors de", et du mot "sens" issu de l'allemand (zin), qui signifiait "la raison". "Forséner", c'est donc "sortir du sang", "perdre l'esprit". Le mot "sang" ayant disparu et bien que la préposition "fort" fût encore vivante, on rattacha, au cours du seizième siècle, le terme "forcené" à force. L'orthographe suivie et la langue française qui désigne toujours ainsi quelques actions forcées. Pensons à l'expression "travailler comme un forcené". Comme Gustave Flaubert travaillait.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:50
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics