Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Feu ma mère

    Connaissez-vous l'expression Feu ma mère ? Laissez vous guider par le professeur Bernard Cerquiglini pour en apprendre un peu plus sur la langue française. Merci professeur !

    Transcription

    L'une des singularités de la langue française est l'adjectif feu.

    Cet épithète n'a rien à voir avec le nom feu.

    Il ne s'agit pas d'incinération.

    A partir du mot fatum, le destin,

    le latin populaire avait fait l'adjectif fatutus,

    qui a accompli sa destinée, c'est-à-dire qui est mort.

    Ce fatutus a donné le français feu, qui signifie donc défunt.

    Feu a deux particularités.

    Sémantique, tou (...)

    L'une des singularités de la langue française est l'adjectif feu.

    Cet épithète n'a rien à voir avec le nom feu.

    Il ne s'agit pas d'incinération.

    A partir du mot fatum, le destin,

    le latin populaire avait fait l'adjectif fatutus,

    qui a accompli sa destinée, c'est-à-dire qui est mort.

    Ce fatutus a donné le français feu, qui signifie donc défunt.

    Feu a deux particularités.

    Sémantique, tout d'abord.

    Il est lié au monde dont nous sommes les contemporains.

    Ainsi, il s'applique à des individus morts depuis peu.

    Vous ne direz pas feu Louis XVI.

    Par exemple, le feu pape désigne le souverain pontife qui a précédé le nôtre.

    Morphologique ensuite, et c'est le plus bizarre.

    Précédé de déterminant, feu s'accorde comme un adjectif ordinaire.

    Il varie en genre, la feue reine,

    comme en nombre, les feux rois de Suède et du Danemark.

    En revanche, employé seul devant le nom,

    il est considéré comme une sorte de préfixe et reste invariable.

    On se souvient de la superbe comédie de Georges FEYDEAU

    "Feue, la mère de Madame".

    Résumons.

    Précédé de déterminant et pleinement épithète, variable, ma feue mère. En emploi absolu comme introducteur, invariable, feu ma mère. Ce n'est pas simple, mais je vous rassure, un arrêté ministériel du 26 février 1901 a autorisé l'accord en genre et en nombre dans les deux cas. Comme on le voit, la France est gouvernée.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:46
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics