Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Embrasser et baiser

    Vous vous interrogez sur les mots Embrasser et baiser ? Le professeur Bernard Cerquiglini vous éclaire sur les méandres de la langue française... Merci professeur !

    Transcription

    La langue française, dans son évolution,

    a souvent joué au jeu des chaises musicales,

    un terme en remplaçant un autre.

    En voici un exemple assez coquin.

    Dans l'ancienne langue, prendre dans ses bras, se disait embrasser.

    Il en reste quelque chose au sens figuré, embrasser tout l'horizon,

    comme dans les proverbes, qui trop embrasse, mal étreint.

    Ensuite, poser ses lèvres sur quelqu'un ou sur quelque (...)

    La langue française, dans son évolution,

    a souvent joué au jeu des chaises musicales,

    un terme en remplaçant un autre.

    En voici un exemple assez coquin.

    Dans l'ancienne langue, prendre dans ses bras, se disait embrasser.

    Il en reste quelque chose au sens figuré, embrasser tout l'horizon,

    comme dans les proverbes, qui trop embrasse, mal étreint.

    Ensuite, poser ses lèvres sur quelqu'un ou sur quelque chose, se disait baiser.

    C'est le sens que l'on retrouve dans le baisemain.

    Enfin, l'activité qui suit souvent,

    se disait en ancien français, tout simplement, foutre.

    Ce dernier verbe étant devenu vulgaire, a été remplacé par le verbe baiser,

    et ceci depuis plus longtemps qu'on le pense,

    depuis le XVIIe siècle, sans doute.

    C'est en effet, pas innocemment, que Molière fait dire à sa jeune héroïne

    Baiserai-je, mon père ?.

    A l'évidence, le dramaturge entendait faire rire.

    Baiser ayant remplacé foutre, vous me suivez,

    c'est embrasser qui est venu prendre son sens.

    Des amoureux s'embrassaient dans l'ombre.

    Ces verbes ayant échangé leur place,

    ont malheureusement laissé en plan les substantifs,

    une embrassade est une accolade, un baiser n'est pas un coït.

    Afin de désigner cette dernière activité, la langue familière à utiliser la dérivation régressive, le verbe baisers a donné, pardonnez-moi, la baise, laquelle est fort bien faite, sur le plan de la grammaire j'entends.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:56
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics