Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    De belles filles

    Partez à la découverte de la langue française : ses curiosités, son actualité et ses accents grâce à Merci Professeur !. Dans cette chronique, le professeur Bernard Cerquiglini va parler de belles filles.

    Transcription

    Bonjour Professeur. Je suis Faustin (inaudible), professeur de français en Zambie. Ma question est autour de "de". Pourquoi dit-on : des filles et de belles filles. Merci.

    Le bon usage, cher Faustin, est très clair. L’article indéfini pluriel, des : des filles, se réduit à "de", quand le nom qu’il introduit est précédé d’une épithète, de belles filles. Cette règle, que résume la formule célèbre d’excellents hommes, des hommes excellents, a été formulée au 17e siècle par le grammair (...)

    Bonjour Professeur. Je suis Faustin (inaudible), professeur de français en Zambie. Ma question est autour de "de". Pourquoi dit-on : des filles et de belles filles. Merci.

    Le bon usage, cher Faustin, est très clair. L’article indéfini pluriel, des : des filles, se réduit à "de", quand le nom qu’il introduit est précédé d’une épithète, de belles filles. Cette règle, que résume la formule célèbre d’excellents hommes, des hommes excellents, a été formulée au 17e siècle par le grammairien VAUGELAS. Aujourd’hui, elle paraît respectée à l’écrit ou dans l’oral soutenu, mais qu’en est-il de la langue familière ? Il semble que l’usage évolue, mais pas n’importe comment. Quand l’épithète et le nom forment un tout, l’article "des" semble se maintenir : donnez-moi des petits pois. Il semble normal de dire : des petits boulots, des anciens combattants. En revanche, l’apparition d’un adverbe paraît distinguer l’épithète, rendant quasi-obligatoire l’article de : de très bonnes conditions, de tout jeunes poussins. Cela dépend aussi du sémantisme de l’adjectif. Quand celui-ci est léger, il semble que l’article "des" se maintient. C’est le cas de l’adjectif petit : des petites sociétés, des petits effectifs. Quand le sémantisme est lourd, la règle paraît encore respectée. C’est le cas de l’adjectif grand : de grandes sociétés, de grands effectifs. Au total, la règle de VAUGELAS semble respectée à l’oral, quand l’épithète joue pleinement son rôle, avec un sens fort ou en présence d’un adverbe. Partout ailleurs, l’article "des" paraît se maintenir. Tel est, semble-t-il, cher Faustin, l’usage actuel à signaler à vos élèves.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:02:12
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics