Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Chausse-trape

    Partez à la découverte de la langue française : ses curiosités, son actualité et ses accents grâce à Merci Professeur !. Dans cette chronique, le professeur Bernard Cerquiglini va parler de chausse-trape.

    Transcription

    Un des pièges les plus diaboliques de l'orthographe française, c'est le mot chausse-trapes.

    L'usage veut, en effet, qu'il ne prenne qu'un seul P,

    alors que trappe, de sens voisin, en prend deux.

    L'usage est en fait étymologique.

    Au départ, chausse-trape, n'a rien à voir avec trappe, d'origine germanique,

    qui désigne un piège pour animaux.

    Chausse-trapes est d'origine obscure.

    Il vient, sans doute, d (...)

    Un des pièges les plus diaboliques de l'orthographe française, c'est le mot chausse-trapes.

    L'usage veut, en effet, qu'il ne prenne qu'un seul P,

    alors que trappe, de sens voisin, en prend deux.

    L'usage est en fait étymologique.

    Au départ, chausse-trape, n'a rien à voir avec trappe, d'origine germanique,

    qui désigne un piège pour animaux.

    Chausse-trapes est d'origine obscure.

    Il vient, sans doute, des deux verbes d'ancien français,

    chauchier et tréper, qui signifient, tous les deux, marcher sur quelque chose.

    Au Moyen-Age, la choche-trepe, devenue chausse-trapes,

    désigne un objet métallique garni de pointes

    que l'on pose sur le sol afin que les fantassins ou les chevaux ennemis s'y blessent.

    C'est en somme l'ancêtre de notre éclate-pneus

    qu'on répand sur le sol pour arrêter les voitures.

    Rien à voir donc avec une trappe.

    L'ennemi doit s'y en ferrer, pas s'y enfermer.

    Dès la fin du Moyen-Age,

    chausse-trapes a pris le sens de piège pour animaux

    avec des emplois dérivés, la prison, oubliettes, ou figuré,

    encore bien fréquent, il importe d'éviter les chausse-trapes du fisc ou de l'orthographe.

    Comme on le voit, le mot trappe a attiré à lui, sémantiquement,

    chausse-trapes, mais pas graphiquement.

    L'usage graphique reste conforme à une étymologie perdue de vue depuis longtemps. Soyons donc cohérents. Si la chausse-trape est aujourd'hui une sorte de trappe, écrivons-la avec deux p. L'Académie française accepte, d'ores et déjà, les deux graphies, ce qui est fort sage. Cela fera toujours un piège de moins dans l'orthographe du français.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:54
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics