Ouvrir Menu
TV5MONDE+
Profitez de votre espace

Pas encore inscrit ?

Créez vos alertes selon vos préférences, partagez voc contenus favoris, et accédez à vos recommandations personnalisées

  • Chargement du lecteur...
  • Merci professeur !

    Chanter, mais devoir partir

    Aujourd'hui, dans sa chronique sur la langue française, ses curiosités, son actualité et ses accents, le professeur Bernard Cerquiglini nous parle de chanter, mais devoir partir. Merci professeur !

    Transcription

    Le son R n'est pas universel, et il est des plus fragiles.

    Certaines langues ne le possèdent pas, comme le japonais.

    Dans d'autres, comme l'anglais contemporain,

    il a tendance à disparaître.

    C'est ce qui a failli se passer en français.

    L'ancien français possédait un r roulé,

    comme celui que l'on entend aujourd'hui au Québec,

    en Louisiane, ou chez les braves Bourguignons de Bourgogne.

    A (...)

    Le son R n'est pas universel, et il est des plus fragiles.

    Certaines langues ne le possèdent pas, comme le japonais.

    Dans d'autres, comme l'anglais contemporain,

    il a tendance à disparaître.

    C'est ce qui a failli se passer en français.

    L'ancien français possédait un r roulé,

    comme celui que l'on entend aujourd'hui au Québec,

    en Louisiane, ou chez les braves Bourguignons de Bourgogne.

    A partir du XVe siècle, quand il était la finale,

    cet r s'est affaibli, et il a peu à peu disparu.

    Au cours du XVIIe siècle, sous la poussée des grammairiens,

    pour une fois d'une grande efficacité, il a été peu à peu rétabli,

    mais malheureusement, pas partout et pas de façon cohérente.

    D'abord, cela concernait le français de bon usage,

    ce qui explique que régionalement,

    on puisse entendre encore, par exemple, un faucheu pour un faucheur.

    Ensuite, et surtout, les infinitifs du premier groupe,

    les plus nombreux ont résisté à cette réintroduction de leur finale.

    Voilà pourquoi, et cela peut étonner plus d'un non-francophone,

    on prononce d'un côté chanter, et de l'autre devoir et partir.

    Il y a eu, enfin, des absurdités.

    L'ancien français velou, issu du latin, vilusu, velu, ne possédait pas de r final. Il en a reçu un au dix-septième siècle et il est devenu du velours. Quand elle restaure, la langue française, on le voit, ne fait pas dans la dentelle.

    Voir plusmoins
    Publié le 31 juil. 2014
    00:01:48
    Disponible jusqu'au : 5 mars 2050
    Tous publics
    Tous publics